Débat : quelle est la meilleure histoire publiée par Marvel Comics : chez Spider-Man ?

Hier je lançais les hostilités avec un débat qui est aussi vieux que le monde et je débutais en cherchant du côté des FF. Enchaînons du coup, avec l’autre grande franchise historique de Marvel, qui compte nombre de très grandes histoires  : Spider-Man. Pourrait-on trouver ici une histoire qui surpasse Born Again ? et entre nous, je ne vous cache pas que j’espère que Bunny verra l’article ! je compte en effet sur sa connaissance encyclopédique de Spider-Man pour combler là aussi mes nombreuses lacunes !

La mort de Jean Dewolff

Episodes : Peter Parker : The Spectacular Spider-Man # 107 a 110

Auteurs : Peter David & Rick Buckler 

Avis : on commence très fort, avec une saga qui je pense reste importante dans l’évolution de la série et la franchise Spider-Man. Pourquoi ? parce qu’elle marque selon moi la première étape de la transition des séries Spider-Man vers des histoires plus adultes et plus matures. Et ce n’est pas un hasard si cet arc fut publié en 1985, grande année de changement pour l’univers des comics. 

Selon moi, pendant longtemps, les auteurs ont appliqués une sorte de formule sacrée sur Spider-Man, mêlant aventures de super-héros, soap opera, un peu de SF sur le dessus, le tout dans un contexte très urbain. 

La mort de Jean Dewolff vient un peu perturber, changer ses repères, alors qu’un personnage secondaire du cast de Spider-Man est découverte morte : le capitaine Jean Dewolff. Or nous savons une chose : Spider-Man a beaucoup de qualités, mais ce n’est pas un détective. Or l’apparition du Sin eater, principal responsable de la mort du capitaine Dewolff va l’emmener sur des chemins où il n’est pas à l’aise. 

Peter David écrit presque un vrai polar, alors que l’on voit Spidey en parallèle céder peu à peu à la colère et au ressentiment tandis que les crimes du Sin Eater se multiplient sans qu’il y puisse grand chose. Ce qui nous amène à un final où il cède à la violence piétinant presque un adversaire bien impuissant face à lui. La révélation de l’identité du Sin Eater est par ailleurs une vraie surprise et intervient vraiment comme un choc pour le lecteur. 

Peter David respecte parfaitement les règles du roman policier en faisant du tueur la dernière personne à laquelle on s’attend, tout en disséminant des indices au fil du récit. 

Verdict : est-ce que c’est mieux que Born Again ? je dirai que la saga de Miller & Mazuchelli est encore un cran au dessus, tant au niveau scénario que dessin, en allant plus loin dans les deux cas. 

La mort de Tante May 

Episodes : Amazing Spider-Man # 400

Auteurs : J.M.Dematteis & Mark Bagley 

Avis : voilà un épisode très cher à mon coeur pour plusieurs raisons. La première est assez simple, c’est l’un des tous premiers épisodes de Spider-Man que j’ai lu dans ma vie dans l’album relié Semic Spider-Man numéro 10 qui contenait les mags Spider-Man numéro 19 & 20. L’épisode 400 ouvrant le mag numéro 20. Donc vous voyez…ce n’est pas très récent !

La seconde raison est que l’épisode est écrit par J.M.Dematteis qui reste pour moi l’un des auteurs les plus importants que la franchise ait connu, l’un des meilleurs, l’un de ceux qui ont permis à la franchise de grandir (dans tous les sens du terme) pour aborder des histoires et des thèmes plus matures à un moment où justement le public suivant les aventures du personnage commençait à vieillir…

Enfin…c’est un épisode important, car il marque, pendant un temps, la disparition du personnage de Tante May de manière si réussie, si émouvante, si marquante, que je doute qu’un autre scénariste parvienne à faire mieux à l’avenir. Même pour un nouveau lecteur comme moi à l’époque, je comprenais parfaitement l’importance de ce qui était en train de se dérouler. 

La série était en train de changer, mûrir, avancer, et c’était là l’un des grands moments qui allait marquer l’histoire de la série avec un grand H. Le genre de choses dont on parlerait entre fans pendant des années. Et la manière dont c’est amené est grandiose, notamment cette conversation entre May et Peter au sommet de l’Empire State Building où elle lui avoue qu’elle sait qu’il est Spider-Man et ce depuis des années…

Sniff,…j’ai une petite larme qui monte rien que d’y repenser. Je me fiche bien que tout ait été annulé par la suite, pour moi l’épisode conserve une force et un impact qu’aucun retcon ou actrice malade pourra lui enlever…

Verdict : est-ce que c’est mieux que Born Again ? honnêtement ? pour moi, on en est pas loin. En termes de scénario et de dessin, c’est superbement mené. Je dirai que Born again mène de peu, mais de pas grand chose. 

La conversation 

Episodes : Amazing Spider-Man # 38

Auteurs : J. Michael Straczynski & John Romita Jr 

Avis : si J.M.Dematteis est l’auteur qui m’a fait tomber amoureux de Spider-Man, JMS est celui qui sans conteste a produit mon run préféré sur le personnage. Il a pris un titre en perdition au début des années 2000, dans une impasse créative et a su sortir des sentiers battus pour présenter aux lecteurs quelque chose de neuf, de nouveau, de frais. C’était une bouffée d’air frais après de nombreuses années à voir un titre important pour Marvel et l’industrie resté enfermé dans la même routine. 

Mais vous savez quoi ? de tout cela, c’est moins la nouvelle mythologie que JMS a amené que je retiens, les nouveaux ennemis, l’intégration dans les New Avengers…Non, ce que je retiens c’est la manière dont il s’est concentré sur un cast restreint autour de Peter. Un Peter Parker qu’il a sans doute mieux écrit que quiconque. “Mon” Peter restera à jamais celui de JMS, celui où maturité, sens des responsabilités et humour sont parfaitement équilibrés. 

Et dans tout cela, je retiendrai avant tout cet épisode où l’on voit enfin la confrontation entre May et Peter. Celle-ci a finalement compris que Peter était Spider-Man et ils vont enfin réellement en parler. Bien évidemment, cela peut paraître redondant avec le numéro précédent que j’ai cité, sauf qu’ici JMS explore vraiment le sujet, les conséquences de cette information. 

Tout y passe, les années de mensonge, les oeillères de Peter, sa culpabilité pour la mort de son oncle Ben qui fait écho à celle de May. Un sujet qu’ils n’ont jamais partagés et qui se retrouve enfin sur la table. Voilà un auteur qui prend un élément présent dans l’histoire de Spider-Man depuis plus de 40 ans alors…mais l’aborde sous un autre angle…en mettant deux personnes autour d’une table pour en parler. 

C’est un épisode marquant pour moi, sans grand moment héroïque, sans grande bataille, mais qui touche au coeur de la série et des personnages. Sans aucun doute l’un des meilleurs épisodes de JMS sur Spider-Man et qui me rend d’autant plus furieux de voir le gâchis provoqué par One More Day ensuite. 

De fait, si l’on y regarde de près, on se rend compte que cela fait quoi…13 ans que One more day a été publié ? et au cours de toute cette période, nous n’avons jamais retrouvé la complicité Peter/May que nous avions au cours du run de JMS. Depuis, May est redevenu un personnage périphérique qui énerve plus qu’autre chose et qui la plupart du temps, ne sert pas à grand chose…

Verdict : est-ce que c’est mieux que Born Again ?…non. C’est un épisode charnière, mais je pense là aussi que Born Again va beaucoup plus loin dans l’exploration du personnage de Matt. Celui-ci se retrouve dépouillé pour exposer son coeur. Ici, nous avons la même idée, mais de manière plus positive. Et Romita Jr, même inspiré…n’arrive pas à la cheville de Mazzucchelli !

Kraven’s Last Hunt 

Episodes : Web of Spider-Man 31 & 32, Spectacular Spider-Man 131 & 132, Amazing Spider-Man 293 & 294

Auteurs : J.M.Dematteis & Mike Zeck 

Avis : sans aucun doute la meilleure histoire jamais produite sur Spider-Man…dans laquelle le personnage titulaire est absent durant la plupart des épisodes ! il est amusant de voir combien cette dernière confrontation entre le héros et Kraven brise la plupart des codes du récit super-héroïque. En effet, le héros est battu par l’ennemi dès le premier épisode, se retrouve enterré vivant pendant plusieurs épisodes pendant que son ennemi prend sa place…et le final…

Dematteis va même jusqu’à refuser à Spidey et aux lecteurs la catharsis du héros battant le vilain. Non. Ici nous avons un Kraven qui a accompli tout ce qu’il voulait. Il a battu son ennemi historique, a pris sa place et a battu un ennemi contre lequel Spidey avait déjà eu beaucoup de mal par le passé. Que peut-il faire de plus ? ou aller après cela ? quel défi reste-t-il à relever ? quelle vie à  mener ? 

Il y a beaucoup de thèmes qui sont sous entendus dans cette intrigue, notamment celui de l’héritage. Celui d’un Kraven obsédé par l’histoire de sa famille et le destin notamment de sa mère qui lui ont laissé un héritage qui a empoisonné son existence et dont il a essayé de se libérer en s’abandonnant à la sauvagerie de la vie animale. 

C’est aussi une histoire qui se distingue, outre son ton très sombre et adulte, par une mise en scène parfaitement maîtrisée ! Mike Zeck est au sommet de son art et on le sent investi, inspiré, alors qu’il tâche de livrer la meilleure prestation possible !

Verdict : est-ce que c’est mieux que Born Again ? en ce qui me concerne…je dirais que les deux arcs se valent. Les deux histoires sont clairement dans le panthéon des plus grandes histoires jamais publiées par Marvel et la franchise Spider-Man a rarement atteint de tels niveaux par la suite. 

Conclusion : j’aurais pu aborder au delà d’autres grandes histoires, comme la saga du Hobgoblin de Roger Stern, la mort de Harry Osborn de …Dematteis et Sal Buscema, ou encore des mini séries comme Spider-Man Blue de Jeph Loeb et Tim Sale ou encore Spider-man Life Story de Zdarsky et Bagley…mais si toutes ces histoires sont très bonnes…je ne pense pas qu’elles arrivent au niveau de Born Again.

A propos Sam 1964 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

9 Comments

  1. Merci Sam pour ce debat passionant (vivement la suite)
    Je te rejoins, aucune histoire centrée autour de Spidey n’arrive à la hauteur d’un Born again (a part ptete kraven’s hunt en effet). Spidey est LE personnage interessant de par sa continuité plus que par ses arcs marquants. je n’ai pas d’autres exemples en tête de personnages pour lesquels on puisse dire la même chose.
    Je suis assez surpris aussi en essayant d’y reflechir un peu dun faible nombre de mini-series existant autour des personnages stars Marvel si l’on compare a ce qui se fait chez DC. Batman, Superman ont eu droit a bien plus d’histoires hors continuité que Spidey, les FF ou Thor.

    • Je suis tout à fait d’accord avec toi et je pense que c’est dû à un fait simple : ce que j’appellerai le « narratif global » entre DC et Marvel. DC est pour moi plus une succession d’intrigues dans le cadre d’une continuité fluctuante régulièrement retouchée. Il leur manque cette cohérence générale dont dispose Marvel pour une bonne raison. Chez Marvel, on suit avant tout la vie de personnages, moins que leurs aventures.

      C’est le fameux « world trough the window » qui était cher à Stan Lee. Et c’est quelque chose qui demeure très présent. D’où le fait qu’après plus de 50 ans, Marvel n’ait pas vraiment besoin ou connu de réels reboots. Alors que DC les enchaîne.
      Mais je crains aussi que les choses soient en train d’évoluer chez Marvel depuis 20 ans car il faut admettre que l’on suit aujourd’hui moins la vie quotidienne de nos héros qu’une succession de runs qui établissent des softs reboots à chaque fois.

      En gros chaque nouvel auteur dit, avec mon run, on repart à zéro avec un statut quo « historique » ramené à chaque fois…

    • Et non, lucie, je n’ai pas voulu faire remonter de vieux traumatismes, juste les bons souvenirs. Mais maintenant que tu l’évoques, j’ai des sueurs froides dans le dos et je pense que je vais mal dormir.
      Tu sais que si tu répètes One more day trois dans le miroir en tenant dans tes mains l’épisode du mariage de Spider-Man, Joe Quesada apparaît dans ta chambre à 3h du mat pour te souffler dans l’oreille : Peter doit rester célibataire ! puis il se transforme en Mephisto !

  2. Kraven Last Hunt est tellement bon qu’il va au dela du perso. Il est, pour moi, aussi représentatif de l’époque à laquelle il a été produit que d’autres mini plus prestigieuses. Le récit est aussi sombre que le perso est normalement lumineux. C’est en cela que je le trouve à part et en même temps indispensable.

    Sans dire qu’il s’agit d’œuvres majeures, je me dois quand même de citer le passage de McFarlane sur le titre.
    Dans le run de Michelinie d’abord qui, sans être exceptionnel en terme d’histoires, l’est en terme de palier dans la continuité du titre et dans celle de Marvel…il y a clairement un avant et un aprés, visuellement.
    Son Spiderman en tant que scénariste/dessinateur ensuite, qui a fait beaucoup pour la popularité du titre en particulier et des comics en France, en général, et bien entendu, particulièrement aux Etats-Unis.

  3. Bonsoir
    Pourriez vous me dire si l’histoire la mort de tante May existe avec ce titre en français ou s’il se trouve dans u’ recueil ou autre ?
    Et si le titre Shed existe en français et vaut le coup ?
    Merci

    • La mort de Tante may peut se trouver dans le premier omnibus de la saga du clone sorti chez Panini il y a quelques mois.
      Sinon, il vaut mieux attendre que cela arrive dans les intégrales.
      Par contre Shed, je ne crois pas connaître. A moins que tu ne parles de l’arc SHed dans Amazing SPider-Man ?

  4. Merci pour la réponse.
    Concernant Shed j’ai lu une chronique sur la folie du Dr connors qui m’a appaté on va dire

    • Ok, donc c’est bien un arc de Amazing Spîder-man période Brand new day (Asm 630 à 633). D’après ce que je peux voir, cela n’a jamais été réédité en un quelconque format. Panini avait entamé la réédition de Brand new day en deluxe, mais le dernier tome s’arrêtait à ASM 626. Et le suivant et le récent qui reprenait le début du run de Dan Slott seul soit aux alentours du 648. Il y a donc un trou dans les rééditions de cette période. Il reste exclusifs aux mags Spider-Man de cette époque : soit Spider-Man 136/137.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.