Guide de lecture Comics VF : semaine du 8 septembre 2021

Edito : et on continue le mois de septembre avec encore une fois une semaine un peu plus calme, reports obligent…ce qui me convient tout à fait, pour des raisons de longueur d’article, mais aussi …financières. Je vois en effet la bosse gonfler à l’horizon. Je parle bien évidemment du mois de novembre et de son programme dantesque tout partout ! 

Absolument partout des sorties en nombre, complètement dingues avec du contenu attendu parfois depuis des années, voire des décennies ! J’ai commencé à bosser sur mon budget de novembre et ma seule conclusion à ce stade est : ça passe pas. Nope, ça passe pas. J’en suis à prier qu’on ait des reports ! Entre les omnibus, les intégrales, la VO, les mangas…tous les éditeurs se déchaînent pour sortir le max de trucs avant noël et partir en vacances, mais aussi préparer l’année 2022, qui s’annonce …là aussi très chargée. 

Donc en attendant, oui des semaines calmes, c’est aussi très bien.

Infos de la semaine : ben tiens, dans les annonces pour novembre, le Seven secrets de Tom Taylor sorti chez Boom qui débarque chez Delcourt en novembre ! Parce que ! Évidemment, il fallait que ça arrive dans le mois de la mort qui tue (nouveau nom du mois de novembre). Bonne série qui arrive chez eux, qui montre que le catalogue de Boom trouve sa place un peu partout, essentiellement entre Urban, Delcourt et un peu Hi Comics. Panini ne s’est pas encore lancée dans la course à ce stade.

Et 2022 n’est déjà pas en reste, puisque Komics Initiative vient d’annoncer qu’ils allaient s’attaquer l’année prochaine à la légendaire série Love & Rockets ! Un classique absolu en cours depuis 30 ans aux USA cités par nombre d’auteurs, dont Terry Moore, comme une influence majeure !

Les sorties de la semaine : quelques petites sorties intéressantes cette semaine :

– chez Panini, un ovni avec Big Black stand at Attica ;

– chez Urban, double dose de Hellblazer : ohhhh  ouiiiii !!!

Les émissions de la semaine : trois émissions prévues cette semaine toujours à 21h sur Youtube et notre Discord, le programme est donc chargé :

– mardi, un nouveau podcatch toujours avec Jonat et Steve

– mercredi, un nouveau freaxity avec Laure et Steve

– jeudi, attention pas de Comixweekly cette semaine. En effet, le planning ne le permet pas, on se retrouve donc la semaine prochaine pour les reviews VO de la semaine !

BLISS COMICS

BLOODSHOT TOME 3

Date de sortie : 10 septembre 2021

Prix : 20€/208 pages 

Scénario : Tim Seeley 

Dessin :Marc Laming

Episodes : Bloodshot (2020) #7-12, Bloodshot #0 et un extrait du FCBD 2020.

Sollicitation : BATTU, VAINCU… BRÛLÉ !

D’incroyables monstres déchaînent l’enfer sur Terre ! Bloodshot et ses alliés, d’ancients agents connue sous le nom des Brûlés seront mis à l’épreuve. Maintenant entouré d’ennemis, en qui Bloodshot peut-il avoir confiance ?

Avis : pas d’avis, je signale juste la sortie. J’espère qu’on aura une intégrale ensuite. 

Verdict : pour ceux qui ont suivi ce volume de Bloodshot. 

À lire avant : les deux premiers tomes. 

RAI 

Date de sortie : 8 septembre 2021

Prix : 23€/248 pages 

Scénario : Dan Abnett 

Dessin : Juan José Ryp

Episodes : Rai (2021) #1-10

Sollicitation : Rai est le protecteur déchu du Néo-Japon. Il s’est rebellé contre Père, l’intelligence artificielle qui dirigeait la nation orbitale futuriste. Il pensait l’avoir détruit en faisant d’écraser le Néo-Japon sur Terre. Mais la menace de Père pèse encore sur la planète. Il cherche ses progénitures, des sauvegardes de lui-même, disséminées parmi les secteurs du Néo-Japon, afin de retrouver toute sa puissance. Rai et son grand frère (par l’âge et non par la taille), Raijin, vont partir en quête des progénitures afin de les détruire avant que Père n’impose sa tyrannie sur le monde…

Avis : sortie en un seul tome de la dernière série Rai en date. Un run assuré entièrement par Dan Abnett, ce qui est déjà un gage de qualité de départ, avec la présence de Juan Jose Ryp sur une partie des épisodes. Je n’ai pas suivi en VO, mais je garde un intérêt marqué pour le personnage depuis le run de Matt Kindt qui me l’a fait découvrir et apprécier. Ensuite, je suis bien conscient que désormais il faut prendre chaque mini de manière indépendante des autres, même si au vu de la sollicitation, on dirait que Abnett a essayé de s’inscrire dans la suite de l’histoire de Kindt. Mais on a quand même l’impression que depuis le rachat de Valiant, la continuité est allée se faire voir ailleurs. Mais bon, on a une bonne équipe créative et l’univers de Rai demeure de bonne qualité.

Verdict : à tester.

A lire avant : rien – peut se lire de manière indépendante.

DELCOURT COMICS

TOMORROW 

Date de sortie : 8 septembre 2021

Prix : 15.95€/128 pages 

Scénario : Peter Milligan 

Dessin : James Hervas 

Episodes : 

Sollicitation : Lorsqu’un virus informatique franchit la barrière des espèces et touche la race humaine – éliminant au passage la plupart des adultes -, le monde se retrouve de facto entre les mains de la génération suivante…

Alors que la société d’effondre à cause d’un virus informatique qui a franchi la barrière des espèces, le prodige musical Oscar Fuentes est séparé de sa soeur jumelle, Cira. Parviendront-ils à se retrouver ou seront-ils tous deux perdus à jamais, dans une civilisation en pleine décadence qui remplace sans pitié le passé?

Avis : pas d’avis, je signale juste la sortie. Je dois dire que même si le nom de Peter Milligan est attaché au scénario, en ce qui me concerne, je ne connais pas du tout le bouquin. 

Verdict : à tester

À lire avant : rien – 

DELIRIUM EDITIONS 

COPRA TOME 1

Date de sortie : 10 septembre 2021

Prix : 24€/160 pages 

Scénario : Michel Fiffe

 Dessin :Michel Fiffe

Episodes : 

Sollicitation : COPRA : une équipe de sales types chargés de faire le boulot dont les agences gouvernementales ne veulent pas. Mais après une opération clandestine qui tourne mal, ils sont contraints de se faire discrets tout en retrouvant ceux qui les ont trahis. Comic-book sale, méchant, brutal, aux personnages moralement ambigus, COPRA est un pur classique en devenir, graphiquement sublime, bourré de références populaires tirées de BD, de films de SF ou d’action, resté inédit en Français jusqu’à ce jour !

Avis : voilà un titre dont j’entends parler de manière quasi légendaire depuis quelques années maintenant, sans que je sache vraiment de quoi ça parle. En fait, dès que j’entendais ou voyais le nom de Michel Fiffe cité, c’était en général accompagné d’un allez lire Copra…Nous aurons donc cette possibilité pour la VF à partir de cette semaine. 

Verdict : à tester. 

À lire avant : rien – tome indépendant.

PANINI COMICS

 

MARVEL CLASSIC : X-MEN – L’INTÉGRALE 1996

Date de sortie : 8 septembre 2021

Prix :  35,00 €I 328 pages

Scénario : Scott Lobdell, Mark Waid, 

Dessin :Joe Madureira, Bryan Hitch

Episodes : US Sabretooth Special (1996) 1, X-Men (1991) 48-49, Uncanny X-Men (1963) 329-332, Archangel: Phantom Wings (1996) 1 et X-Men Vs Brood: Day of Wrath (1996) 1-2, précédemment publiés dans MARVEL OMNIBUS : X-MEN – PRÉLUDE À ONSLAUGHT, X-MEN (V1) 3-4, 7-9 et inédit)

Sollicitation : La menace d’Onslaught se précise et fait même trembler Ozymandias, le disciple d’Apocalypse. De son côté, Bishop est assailli par des visions du futur : Y a-t-il un traître parmi les X-Men, et tout ceci est-il lié ?

Avis : ahhh je suis très partagé sur cette sortie, car je possède déjà une partie des épisodes sous différents formats. Bon, certains me chambreront bien sûr en me disant que doublonner voire triplonner voire quadruplonner ne m’a jamais arrêté par le passé…Oui. Mais évitons d’abuser tout de même. En effet je dispose d’une partie des numéros dans le cadre, tout d’abord, de l’omnibus prélude à Onslaught, à savoir quelques épisodes d’X-Men et le one shot Sabertooth qui a pour fonction d’achever toute la sous intrigue avec ce personnage.

On suit ce qu’il est devenu et surtout la traque menée par les X-Men après qu’il ait agressé Psylocke et qu’il ait pris la fuite. Une agression dont nous verrons les retombées également dans les épisodes d’UXM que je ne possède pas, d’où mon dilemme, car ces épisodes dessinés par Joe Mad viennent apporter une résolution au sort du personnage. Je sais que peu de lecteurs ont apprécié le deus ex machina de l’aube rouge, mais comme c’était un élément présent et développé (avant d’être oublié par la suite) quand j’ai commencé les X-Men, je lui porte toujours une certaine affection.

Autres épisodes que j’ai également, la mini série en deux épisodes sur les Broods, publiés dans les premiers mags X-Men de Panini et dessinés par Bryan Hitch. Ces deux épisodes spéciaux permettent de clôturer une sous intrigue laissée en suspens par Chris Claremont dans le cadre de la seconde saga Brood qui voyait la race alien débarquer sur Terre et infecter des humains. Certains étaient restés secrets…jusqu’à ces épisodes. Une bonne manière de résoudre cette intrigue secondaire, dans ces épisodes efficaces sans être grandioses. C’est du bon X-Men des années 90.

Ensuite on retiendra bien évidemment le fait que cette intégrale est la dernière avant de plonger dans la folie Onslaught…qui comme Age of Apo va être publiée sous deux formats par Panini. D’abord, un bon gros omnibus de 1000 pages qui sortira le mois prochain et contiendra absolument tout (même les trucs bien inutiles) et ensuite les intégrales qui se focaliseront sur la partie X-Men. 

Est-ce mal si le complétiste en moi veut l’omnibus alors que je sais que la plupart des épisodes liés ne sont pas très bons ?

Verdict : à lire

A lire avant : au moins depuis le début des années 90, car à ce stade, les X-Men avaient une mythologie …dense !

 

MARVEL CLASSIC : X-MEN – L’INTÉGRALE 1986 (II) NOUVELLE ÉDITION

Date de sortie : 8 septembre 2021

Prix : 35,00 €/304 pages

Scénario : 

Dessin :

Episodes : US Power Pack (1984) 27, X-Factor (1986) 10, Thor (1966) 373-374, Uncanny X-Men (1963) 209-212 et Annual 10, nouvelle édition)

Sollicitation : Un album essentiel de la carrière des X-Men, avec l’agression des Morlocks, les mutants habitant dans les égouts de New York, par les Maraudeurs de Monsieur Sinistre. Thor, Facteur-X et Puissance 4 apparaissent en guest-stars.

Avis : réimpression attendue de cette seconde intégrale X-Men pour l’année 86. Il me semble qu’elle était en rupture depuis un petit moment, ce qui est d’autant plus dommageable que les épisodes qu’elle contient représentent un tournant pour la franchise X-Men, puisqu’ils présentent l’essentiel du crossover Mutant Massacre. Le premier vrai crossover de l’histoire des mutants qui rencontra un tel succès qu’il devint par la suite une tradition annuelle …voire plus au début des années 90. Le crossover devint en effet par la suite une drogue dure qui permettait de soutenir la plupart des titres de la franchise en expansion et d’assouvir l’appétit dévorant d’un lectorat qui n’était jamais rassasié.

Le plus ironique dans cette histoire est que le crossover avait été conçu par accident par les auteurs pour…se débarrasser d’un certain nombre de personnages. Claremont et Louise Simonson jugeaient en effet qu’il y avait trop de mutants, notamment du côté des Morlocks et qu’il fallait réduire cela de manière significative pour garder un cast de taille plus gérable par les auteurs. C’est l’une des raisons pour lesquelles les différentes équipes mutantes impliquées, notamment X-Men et X-Factor ne se croisent jamais vraiment dans ces épisodes. Il y a quelques petites mentions, mais rien qui n’officialise la rencontre entre équipes qui interviendra plus tard dans Inferno.

Mutant massacre reste cependant un des moments les plus marquants de l’histoire mutante, à tel point que l’on peut continuer à identifier des conséquences jusqu’à aujourd’hui sur pas mal de personnages.

Verdict : à posséder

A lire avant : tout le run de Claremont avant – non, je ne plaisante pas.

 

BIG BLACK STAND AT ATTICA

Date de sortie : 8 septembre 2021

Prix : 19,95 €I 176 pages

Scénario : Frank Smith, Jared Reinmuth

Dessin :Ameziane 

Episodes : 

Sollicitation : La révolte de la prison d’Attica en 1971 a marqué l’histoire américaine… découvrez-la de l’intérieur. Une histoire racontée par Frank Smith, alias « Big Black », qui a vécu l’insurrection et a confié son expérience à l’auteur Jared Reinmuth.

Avis : je découvre cette sortie atypique dans le programme habituel de Panini, on est loin des comics habituellement présentés par l’éditeur. Oh certes, nous avons de l’indépendant ici ou là, mais là un comic-book qui a l’air très puissant qui revient sur un fait de société important dans l’histoire US, c’est très intéressant. J’espère que le bouquin annonce d’autres prises de risques de la part de l’éditeur. Bien évidemment tout dépend du succès remporté par le présent bouquin.

Verdict : à tester si l’histoire vous intéresse.

A lire avant : rien – peut se lire de manière indépendante.

SNORGLEUX COMICS

ELFQUEST TOME 10

Prix : 19.90€/168 pages

Date de sortie : 10 septembre 2021

Scénario : Wendy et Richard Pini

Dessin : Wendy et Richard Pini

Sollicitation : Dans « Les Seigneurs de la roue brisée » Cutter « s’endort » afin de laisser le temps passer et ainsi pouvoir retrouver Leetahth. « Le temps du rêve » reprend les événements passés durant cette période …

Avis : un jour, il faudra que je me mette à Elfquest, cela fait partie des classiques désormais…

Verdict : à lire

A lire avant : les 9 premiers tomes !

URBAN COMICS

HELLBLAZER RISE AND FALL

Date de sortie : 10 septembre 2021

Prix : 16€/152 pages 

Scénario : Tom Taylor 

Dessin : Darick Robertson 

Episodes :  Hellblazer: Rise & Fall #1-3

Sollicitation : Un milliardaire est retrouvé empalé sur une flèche d’église. Un accident somme toute banal si l’on oubliait les ailes d’anges sanglantes de la victime. Ce qui ressemble au début d’une bonne histoire drôle est en réalité le point de départ d’une véritable hécatombe chez les hommes d’affaires de la City. Bloquée dans son enquête, la détective Aisha Bukhari fait appel à John Constantine, spécialiste de l’occulte et arnaqueur de première classe. Constantine découvre que ces meurtres pourraient être liés au premier décès dont il aurait été responsable, alors qu’il n’était qu’un gamin…

Avis : premier retour de Hellblazer cette semaine, mais un peu à part. En effet, ces épisodes ont été publiés dans le cadre d’une mini-série éditée dans le cadre du Black Label aux USA, donc libre de toute continuité historique en ce qui concerne le personnage de John Constantine. L’équipe créative, composée des très bons Tom Taylor et Darick Robertson étaient donc libres de faire ce qu’ils voulaient et ont livré au final une histoire …assez conventionnelle si l’on se fie aux critères d’une série Hellblazer habituelle. En effet, Taylor ne sort pas vraiment des canons habituels.

On sent qu’il apprécie la liberté que lui donne le personnage, mais sa caractérisation ne correspond pas vraiment au personnage historique. Il y avait peut-être un souhait de de sa part de moderniser un peu les choses et un personnage très ancré dans les années 80, avec cette version que l’on peut voir comme parallèle. Par ailleurs, en termes d’histoire, on ne peut pas dire que le récit soit bourré de surprises ou soit très original. C’est un récit efficace où Constantine va aller chatouiller les forces infernales avec quelques pages assez marrantes tout de même.

Cela se veut très gentiment impertinent à défaut d’acide comme cela pouvait l’être auparavant. Si Taylor écrit un Constantine que je juge plus grand public, à mon sens Robertson est né pour dessiner le personnage et son univers. Son trait plus rude correspond parfaitement et j’espère qu’il pourra redessiner le personnage à l’avenir.

Verdict : à lire

A lire avant : rien – peut se lire de manière indépendante.

SIMON SPURRIER PRÉSENTE HELLBLAZER 

Date de sortie :  10 septembre 2021

Prix : 35€/376 pages 

Scénario : Simon Spurrier 

Dessin :

Episodes : Books of Magic #14 + The Sandman Universe Presents Hellblazer #1 + John Constantine – Hellblazer #1-12

Sollicitation : Brutalement réchappé d’un enchevêtrement de futurs apocalyptiques où les actes de Timothy Hunter signeraient la fin d’un monde, John Constantine retrouve les recoins sombres et hantés de Londres avec pour mission de sauver son âme promise une nouvelle fois à une éternité de souffrances. Sa quête est rapidement interrompue par le canon d’une arme pointée par le chef d’un gang local. Haruspice illuminé, ce dernier a lu dans les entrailles que seul Constantine serait capable de sauver son gang décimé aux prises avec un ange vengeur. Ce ne sont là que les premières péripéties d’une odyssée qui amènera le mage de la classe ouvrière à se confronter à son pire ennemi…

Avis :

Avis :  seconde dose (hé hé) de Hellblazer cette semaine et cette fois sans doute d’un autre niveau que la mini proposée par Tom Taylor et Darick Robertson. Il faut dire que si j’adore ces derniers, les auteurs impliqués dans la dernière tentative en date de ressusciter la série mythique du catalogue de Vertigo sont d’un autre calibre. En premier lieu, au niveau du scénario, Simon Spurrier. 

Comme je l’ai dit à la sortie de chacun de ses bouquins, qui a presque chaque fois été un coup de cœur de mon côté, il s’agit sans doute d’un des auteurs les plus inventifs et créatifs du marché des comics, et aussi l’un des plus sous-estimés. Il faut dire que son écriture très dense n’est pas pour tout le monde et il faut parfois savoir digérer tout ce que l’auteur propose dans chacun de ses scripts.

Dans le cas présent, j’attendais doublement l’arrivée de ce tome en VF. En premier lieu, parce que vous vous en doutez au vu de mon premier commentaire : j’adore le travail de Spurrier en général. Je ne crois pas avoir jamais été déçu par un de ses projets, qu’il soit en creator owned ou chez les Big Two. Et ce sera sans doute d’autant plus vrai avec cette série, car les critiques ont été plus que positives partout. On y saluait souvent le retour de l’esprit original de la série Hellblazer disparu avec le New 52 et l’intégration du personnage dans l’univers principal de DC.

Là on retrouve du Constantine bien sombre, éloigné des histoires de costume, qui traîne ses guêtres dans un Londres bien sale, bien loin des sites touristiques. Mais j’ai évité la VO en raison d’un commentaire que j’ai souvent vu et entendu de la part de Steve : la difficulté de lecture des dialogues en anglais. En effet, Spurrier ne s’est pas privé pour adopter un anglais populaire, rempli d’argot absolument imbitable pour tout non anglophone, voire tout non Londonien…Je tire donc mon chapeau à la personne en charge de la traduction parce qu’elle a dû sévèrement en chier !

Autre gros atout de la série, le dessin, principalement assuré par Aaron Campbell. J’ai pu voir les planches dans des pages previews, et c’est vraiment superbe, noir à souhait et propre à redonner à la série une ambiance et une identité propre. Donc c’est clairement une des sorties de cette fin d’année. Et ce sera un tome unique. Urban publie en effet ici, l’ensemble des épisodes publiés en VO, puisque DC a décidé d’arrêter la série avec le numéro 12 malgré les appels des auteurs à continuer …Ben oui, c’était très bon, il était donc nécessaire de tout arrêter…

Enfin, niveau continuité, cela reste très abordable d’après ce que j’ai compris. Spurrier ne fait pas vraiment de mention du passé, ce sont avant tout de nouvelles histoires détachées de la continuité historique.

Le tome viendra donc compléter tous les autres runs publiés par Urban, et comme avec chaque nouvelle sortie, je me pose la question : quel sera le prochain run traité par Urban sur Hellblazer : Andy Diggle ? Paul Jenkins ? Peter Milligan ? Il y a du monde et encore pas mal d’épisodes à publier !

Verdict : à posséder

À lire avant : rien – peut se lire de manière indépendante

URBAN LINKS 

GREEN LANTERN – LEGACY 

Date de sortie : 10 septembre 2021

Prix : 14.50€/

Scénario : Le Minh

Dessin :Tong Andie

Episodes : 

Sollicitation : Après avoir fui la guerre du Viêt Nam, les grands-parents de Tai Phan se sont installés à Coast City. Ils y ont rebâti une vie à partir de rien, fondé une famille et ouvert le Jade Market, devenu depuis le coeur de la communauté vietnamienne du quartier. À la mort de sa grand-mère, le jeune garçon s’aperçoit à quel point elle était une femme aimée et respectée des siens, oeuvrant quotidiennement pour les immigrés en détresse et ne fléchissant jamais devant les nombreuses tentatives d’intimidations racistes des locaux, bien décidés à les faire quitter ce qu’ils estiment être « leur mère patrie ». Véritable modèle pour lui, Tai n’imaginait pas qu’elle puisse lui cacher un secret plus admirable encore. L’anneau qu’il l’avait toujours vu porter au doigt sans jamais vraiment y prêter attention était en fait le signe d’une lourde responsabilité, une mission dont il est désormais l’héritier.

Avis : sortie cette semaine de ce petit bouquin sorti aux USA pour un public un peu plus jeune, situé dans sa propre continuité et qui vient apporter une autre perspective à la mythologie Green lantern. Une bonne manière de découvrir cet univers sans s’encombrer de décennies d’histoires ou vous pouvez passer directement au run de Geoff Johns, mais ce sera bien plus super-héros et plus adulte.

Verdict : à tester

A lire avant : rien – porte d’entrée parfaite pour de jeunes lecteurs !

THE MAGICIENS TOME 1

Date de sortie : 10 septembre 2021

Prix : 14.50€/

Scénario : Lilah Sturges 

Dessin :

Episodes : 

Sollicitation : En voyant son grand-frère, Charlie, partir pour son premier jour de cours à l’Université de Brakebills, Alice Quinn ne rêve que d’une chose : recevoir elle aussi la lettre tant attendue qui lui ouvrira les portes de cette prestigieuse école de magie. Malheureusement, les années passent, ne lui laissant que l’absence… Celle de cette convocation tant désirée, mais surtout celle de son frère, disparu sans laisser de trace durant ses années d’étude. Mais l’inaction ne fait pas partie du tempérament d’Alice. Si personne ne vient la chercher, c’est elle qui ira leur prouver de quoi elle est capable ; et si personne n’est en mesure de lui donner une réelle explication au sujet de son frère, c’est elle qui enquêtera et lèvera enfin le voile sur cette insoutenable omerta. Elle le sait, derrière sa façade envoûtante, la magie cache de sombres secrets, et ces huit années à la côtoyer de près ne feront que confirmer ses pires craintes.

Avis : pas d’avis, je n’ai jamais lu les livres, ni regardé le show TV.

Verdict : à lire pour les fans de la franchise.

A lire avant : rien, c’est un tome 1

A propos Sam 2121 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.