Comixity Special #11 : Transmetropolitan

Pour ce nouveau spécial nous avons choisi une série qui fêtera les 10 ans de son dernier épisode l’année prochaine mais aussi les 15 ans de son premier. C’est donc une série qui commence à avoir de la bouteille (oui le jeu de mot est volontaire) et que nous avons (re)lu pour vous. Bien sûr, la série étant très longue (60 épisodes), nous nous intéressons seulement aux deux premières années du titre mais au vu de tout les thèmes que brasse cette série, c’est déjà beaucoup.
Vous vous en doutez, les avis divergent mais après tout,n’est-ce pas normal quand on parle d’une série de Warren Ellis ? Retrouvez donc Claire, Sam, Nonö, Mr Honey Bunny et Steve pour une plongée dans un futur qui n’est pas peut-être pas si lointain. Toute ressemblance avec ce que l’on peut vivre tous les jours n’est pas fortuite…

Play
A propos Steve 1077 Articles
A l'origine du projet, chroniqueur sur tous les podcasts, c'est également à lui que revient la lourde et ingrâte tâche de l'enregistrement et du montage des émissions.

6 Comments

  1. Le label le plus court de DC serait bien le GirlFrienzy même si le nom n’apparaissait pas sur les couvertures au dela des trois séries de départ (Bad Girls, Icandy & Fallen Angel)Il n’y a jamais eu de 2nde vague.

    Marvel n’a jamais souhaité continuer les publications Malibu outre mesure car les royalties pour les auteurs étaient trop fortes à leur gout, c’est ce qui d’ailleurs en empêche les relaunchs et utilisations de persos autrement chez Marvel… En fait ce rachat avait pour seul but de récupérer leur logiciel de mise en couleur totalement révolutionnaire à l’époque.

    En 2000 Ellis a sorti « City of Silence » chez Image qui est en fait le scénario qu’il avait imaginé des années avant qui a dévié en Transmetropolitan. En 2003 il a également sorti « Mek » chez Wildstorm qui semble se passer dans le même univers que Transmetropolitan même si ca n’est pas officiel

    Le principe du premier épisode c’est pour moi clairement Alan Moore qui se transforme en Warren Ellis. Moore refuse de se confronter à ce monde des comics ou il est une star mais qui l’énerve.
    Ellis lui si vautre sans complaisance et se fait plaisir à cracher dessus et à jubiler du fait qu’on l’admire pour ça.

  2. Un bien bon podcast sur une bien bonne série. Par contre, je vous trouve un peu injuste avec ce pauvre lapin qui n’a eu pour seul tort que de parler de ses goûts. Même si je suis fan de Transmet, c’est une série que je ne recommanderais pas à n’importe qui. Sortie de l’aspect « humoristique » le propos est tout de même lourd et appuyé, c’est loin d’être une lecture évidente. En clair, comme essayait de l’expliquer Bunny, ce n’est pas vraiment le genre de lecture qu’on apprécie quand on a juste envie de se changer les idées.

  3. Bon podcast, si ce n’est deux points de désaccord. Je préfère la premiere partie de la série, en gros les 3 premiers big book français qui décrit cette société futuriste ( mais l’est-elle réellement ? ) avec un talent fou sans tomber dans une grosse morale ringarde. Il y a une scène que je trouve très forte. C’est celle ou les personnages principaux « fêtent » l’élection du nouveau président à coups de grenades balancées dans le ciel de l’ersatz de new-york ! La suite me plaît beaucoup moins avec toute l’intrigue autour du Sourire. On tombe dans les clichés du mauvais polar : témoins menacés, tentatives de meurtres sur spider etc …. On dirait un mauvais téléfilm policier. Pire, le personnage principal devient sa propre caricature, je pense par exemple à la dernière scène.

  4. Je soutiens bunny pour les blagues !! et j’assume totalement et je suis d’accord avec lui en un sens j’aime lire des comics pour me défouler et me détendre. je lis des trucs comme criminal mais un peu à coté de mes lectures sur les supér héros

  5. Merci a Nono qui m’a linké ce HS planqué dans les profondeurs d’itunes. A voir les commentaires , je craignais du Bunny bashing a profusion, mais a part une ou deux vannes faciles a la fin, je trouve pas que ce soit vraiment le cas.
    Vis a vis de la serie en elle meme, je pense pas que j’aurais continué a lire des comics passé les 25 ans, si je n’etait pas tombé sur ce Las Vegas Parano frenetique. Car c’est justement ce melange de satyre sociale qui me permet , perso, de me detendre tout en me defoulant; et m’aide a oublier les clichés sans cesse repris des comics mainstream de super heros, et donc de continuer a lire ces derniers aussi sans pour autant me lasser de leur stereotypes.
    Puis il faut pas oublier que par essence  meme, la science fiction a pour qualité premiere et naturelle d’exagerer les problemes contemporain en les transposant dans le futur ,afin de mieux les critiquer et les analyser. 
    Les repliques, comme d’hab chez Ellis, sont excellentes, croustillantes et acerées a la fois (  » Je refuse que tu puisse te reproduire !  »  » Je suis tout gluant en bas, donc soit il c’est passé quelque chose entre nous, soit j’ai ete violé par un pot de miel »). Les idées, et concepts originaux sont LEGION ( la chatte a deux tetes qui clope et bois, le pollen informatif, les cumulus, etc,etc)
    Et le personnage en lui meme de Spider Jerusalem , ce psychopathe obligé d’etre hai et sous l’emprise d’une multitude de drogues diverses pour ecrire, represente un concept aussi rare que subversif et jouissif de par son honnetete viscerale , a travers sa recherche de LA verite et son besoin de la communiquer.
    Mention speciale pour les vignettes hors series, ou Spider essaye une drogue vous mettant dans la peau de Superman, et fracasse la suspension d’incredulité en se demandant comment sa petite amie qui est censée etre la journaliste la plus douée et intelligente, est incapable de realiser qu’elle cotoye tout les jours Superman , car il porte des lunettes… ^^

    • On attend toujours d’ailleurs la réédition chez Urban de cette série évoquée dès le lancement de l’éditeur, parce que la moitié de ceux de Panini sont aujourd’hui épuisés et uniquement trouvables à des prix fous sur les sites marchands en ligne. Et puis vu sa qualité cette série mériterait les honneurs d’une belle édition cartonnée avec bonus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.