Unspoken VO : Morning Glories 8

Crédits :

Scénariste : Nick Spencer

Dessinateur : Joe Eisma

Couverture : Rodin Esquero

Éditeur : Image Comics

morning-glories-8Histoire : Admis dans une des plus célèbres académies du pays, six ados vont très vite découvrir que cette institution a des méthodes pédagogiques très particulières. Outre les menaces de mort qui planent régulièrement sur eux, nos jeunes héros tentent de percer les très nombreux mystéres qui planent autour de la Morning Glories Academy.

Episode : Après un premier arc qui nous présentait l’académie et ses très nombreux secrets, la série revient sur chaque personnage, et en profite pour nous révéler leur passé et les mystères qui entourent leur existence. Nous arrivons à l’histoire de Hunter, qui décide enfin à se lancer et invite Casey à sortir avec lui.

Avis : alors je préviens d’entrée de jeu mes millions de fans à travers le monde qui attendent chaque semaine mes chroniques avec impatience (oui je m’y crois mais c’est mon article,…. quoi faut que je parle de comics pas de moi, mais j’adore parler de m…. aie non on avait dit plus le fouet, d’accord d’accord je vais être sage) … où j’en étais … ah oui je disais donc préparez vous à un unspoken pas du tout objectif. Comme mes millions de fans …. aie ok j’arrête ! donc comme vous le savez sans doute Morning glories est ,depuis la sortie de son premier épisode il y a  de cela quelques mois à peine, devenue presque instantanément un de mes comics préférés. Donc je peux annoncer tout de suite que j’ai adoré cet épisode, comme les précédents.

Scénario: le premier arc de la série mettait en place le cadre de l’académie, et avait surtout mis en avant Casey, entre le meurtre de ses parents dans le 1er épisode et son statut de leader du groupe. En conséquence Nick Spencer n’avait pas réellement pu développer les autres personnages, seuls les dialogues lui avait permis de bien définir la personnalité de chacun. Et sur ce point il a parfaitement réussi car on arrive très vite à s’attacher à chacun des personnages, ce qui a permis de créer une bonne dynamique de groupe, lorsque celui ci s’est peu à peu formé et est passé à l’action.

Avec cet épisode le scénariste aborde le personnage de Hunter, qui est un peu le rêveur du groupe, le gars normal auquel chacun peut s’identifier très vite. Dans mon cas l’identification a été d’autant plus rapide que ce jeune héros est un fan de Morrison … oui oui je sais Steve. Bref plus sérieusement de tous les personnages de la série, peut être avec Jade, Hunter est celui dont on se demande le plus ce qu’il fait là. La Morning Glories Academy étant censée être pour l’élite alors que  le jeune homme n’est pas vraiment présenté comme étant un génie.

Dans l’épisode précédent, NIck Spencer a commencé à écrire ses histoires en appliquant une nouvelle technique narrative qui est connue de tous ceux qui un jour ont suivie la série Lost (ne mentez pas je sais que vous l’avez regardé). Je parle bien sur desprv8053_pg5 flashbacks insérés dans l’action présente, qui nous en apprennent plus sur le passé de chaque héros. La série n’a bien sur pas inventé cette technique, mais elle est devenue un peu sa marque fabrique au fil des saisons. Dans ce nouvel arc de Morning glories ces flashbacks, tout en révélant l’histoire de chacun des héros, installe un secret dans la vie de chacun. Un secret qui pourrait bien être la raison pour laquelle l’académie les a recrutés. Après ce second récit on en vient même à se demander si l’institution ne surveille pas ces enfants depuis longtemps. En effet entre l’épisode précédent centré sur  Zoe, la garce ultime du groupe, et celui ci on se rend compte que depuis leur jeune âge  ils ont quelque chose de particulier, d’étrange, …

L’autre intérêt de cet épisode est bien sur l’avancée de l’histoire Casey/Hunter, ce dernier est amoureux de la jeune fille depuis bof à peine le début de la série et il finit par se lancer. Le début de la scène, et la sensation d’assister à un crash en direct, rappelleront des souvenirs à beaucoup.  Mais comme c’est un comics la fille canon finit par accepter, et là comme les gens plus tout jeunes que nous sommes disent : c’est le drame.

Je ne vous révélerai pas ce qui se passe mais disons que entre le mystère qui entoure la vie de Hunter et ce qui se passe dans ce récit, et bien on ressort de là avec encore plus de questions. Car oui le temps des révélations est loin d’être venu. Si l’on en apprend plus sur l’ histoire personnelle de chaque héros de la série grâce à ces histoires, le scénariste en profite pour ajouter de nouvelles intrigues et de nouveaux secrets

Pour moi c’est une bonne chose car ces mystères pourraient nous amener à la réponse à la question « pourquoi eux ? Pourquoi l’académie les a t elle choisis ? » », j’ai donc hâte de voir quels autres secrets contient cette série. On comprend d’autant mieux comment Nick Spencer a pu dire que la série était prévue pour durer entre 75 et 100 épisodes, il faudra au moins ça. J’espère juste qu’il évitera le syndrome Lost, ou Evangelion en son temps, de « je place des secrets partout et je ne réponds qu’a certains ». Mais bon apparemment il a un plan donc pour le moment j’ai confiance

Le seul regret que j’aurai à formuler concernant cet épisode est que j’ai parfois eu l’impression qu’il était surtout là pour amener le suivant centré sur Jun, sans doute le personnage le moins développé jusqu’ici.

Dessin : je l’ai dit et je me répète, je trouve que Joe Eisma s’améliore à chaque épisode, il faut juste lui laisser le temps de développer son style et de gommer peu à peu ses défauts. Eh après tout qui aurait cru en voyant ses première planches que Ryan Ottley deviendrait aussi génial sur Invincible ?

Couverture: chaque couverture de cette série est juste superbe, je ne sais pas où Nick Spencer a dégoté Rodin Esquero, mais j’espère qu’il accompagnera la série jusqu’à son terme parce qu’il est génial

Note : 8,5/10 – MUST READ – et ne me sortez pas l’argument j’ai pas de sous, le 1er TP est à 6,7€

 

A propos Sam 1996 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

2 Comments

  1. Bonjour,
    Personnellement cet épisode m’a fait arrêter la série…
    En effet je conclu actuellement mes études d’architecture et les décors dans les comics sont pour moi très important pour l’immersion et là… problème.
    Un exemple sur la planche de la demande linkée dans le post, on voit clairement sur la première vignette qu’il y a une fenêtre et une bibliothèque derrière Hunter mais sur les vignettes suivantes cela disparait… fainéantise, incapacité, délais trop courts? je me pose la question.
    Cette situation se reproduit lors de la scène de la bousculade : on voit le personnage sur un fond rosé dans le couloir puis on le voit quelques vignettes plus loin sur ce même fond mais surprise, il n’est plus dans le couloir mais dans sa chambre… là je ne me suis plus posé la question j’ai arrêté de lire la série.
    Un excellent scénario (attention à pas tomber dans battle royal) mais je trouve le dessin indigne de ce comics sans parler de la colorisation en aplats relativement pauvre.
    Sur ce, votre avis est le bienvenue.

    • Je suis désolé d’apprendre que tu as décidé d’arrêter cette excellente série (chaque lecteur compte).
      Mais je peux comprendre que si le dessin te gâche la lecture tu préfères arrêter.
      Pour moi, tant que ce n’est pas Larry Stroman, le dessin a tendance à passer au second plan, au profit du scénario et des personnages. Dans le cas présent ce sont vraiment les forces de cette série.
      Quant au dessin, il faut s’y habituer mais une fois qu’on l’y parvient ça passe sans problème.

      Ensuite tout dépend du lecteur, d’ailleurs c’est un bon débat à lancer que préférez en général dans une série : le scénario ou le dessin ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.