Double Unspoken VO : FF 4

Crédits :

Scénario : Jonathan Hickman

Dessin : Barry Kitson

Couverture :

– Couverture A : Daniel Acuna

– Couverture B : Marko Djurdjevic

Editeur : Marvel comics

1790239-ff_4_1La série : Alors que la guerre entre les 4 cités débute, Reed recrute ses pires ennemis afin de venir à bout de ses doubles qui menacent de détruire la Terre dans le but de pouvoir rentrer chez eux !

Avis :

Sam : comme vous le savez, j’ai récemment classé FF comme ma série de super héros préférée en ce moment, et autant vous le dire c’est ce genre d’épisodes qui me donnent raison…

Nonö : Une des séries que je suis depuis longtemps en VO tellement qu’elle est bien ! Vraiment une des meilleures séries Marvel du moment, qui malgré un passage à vide au numéro 2 aura vite su revenir sur le devant de la scène.

Scénario :

Sam : comme l’a expliqué Bunny dans le récent comixweekly 50, l’ensemble des histoires lancées par Hickman lors de ses précédents épisodes, s’emboîtent ici même. Et si vous vous en souvenez dans le double unspoken de FF 2, Nono et moi avions émis de réserves sur la direction du titre, qui ont été levées dès l’épisode 3, et ce numéro 4 confirme aisément.

Malgré la tension importante qui règne dans ce numéro, le scénariste débute cet épisode par une petite scénette entre Sue et Spider-prv8715_pg4man. Si jusque là la présence de Peter dans le titre était un peu artificielle, on voit un peu mieux ce qu’il apporte dans ce petit échange. Il y a bien sur le côté humoristique de sa personnalité, mais dans le même temps Hickman exploite sa dimension scientifique comme dans l’épisode 3. Dans cet épisode c’est plus son côté petit frère de substitution que l’on voit, au travers d’une discussion avec Sue qui le met en avant, mais dans le même temps Peter est un personnage bien plus riche et surtout bien moins superficiel que Johnny. C’est bien un dialogue d’adultes qu’ils échangent, bien loin des gamineries de Johnny.

Personnellement j’ai toujours ressenti que le plus gros problème de Johnny n’était pas tant sa personnalité que … les scénaristes. En effet chaque auteur veut développer le personnage, lui donner plus de profondeur, et en général y parvient. Mais ses efforts sont réduits à néant par … son successeur qui en général annule tout, et nous revoyons revenir Johnny le gamin immature, alors qu’il approche de la trentaine …Les affres de l’évolution interdite dans l’univers Marvel. Bref passons au sujet véritable de cet épisode, la guerre des 4 cités et la conférence de Reed avec ses ennemis.

Car oui pour vaincre ses doubles, qui ont vendu la terre de l’univers Marvel pour rentrer dans leurs mondes respectifs, quoi de mieux que les pires ennemis de Mister Fantastic. L’ensemble est bien entendu, avec Hickman aux commandes il ne saurait en être autrement, très bien écrit. On a même droit au remontage de bretelles de Valéria par son père, que l’on espérait tous voir. Mais comme je l’ai dit, la guerre des 4 cités débute, et pour avoir une guerre ben il faut de la baston, et la fin de l’épisode nous donne notre dose. Avec en prime le retour d’un vieil ennemi des FF.

Donc  cet épisode c’est du tout bon. Les personnages sont bien gérés, Hickman propose en outre quelque chose d’assez inédit, ce qui n’était pas arrivé dans ce titre depuis un moment.

prv8715_pg5Nono : Je ne vais pas m’attarder comme Sam sur les différents traitement de Johnny aux grès des scénaristes, mais ici, j’ai eu un peu de mal avec Spidey, qui est employé comme un caméo de Johnny pour Susan… Ca m’a un peu dérangé, mais ca ne dure pas alors, passons.

Toutes les intrigues d’Hickman sont là et si on ne comprenait pas vraiment la direction qu’il voulait prendre dans les 2 premiers épisodes, la on comprend tout. Pourquoi Fatalis devait retrouver ses facultés mentales, pourquoi tous les vilains légendaires de FF devaient être réunis, ce que Valéria tramait dans son coin depuis belle lurette, ce que les 4 Reed fabriquaient, tout je vous dit ! Et ce qu’on peut dire, c’est que ça fait plaisir car ça commençait à me mettre un peu en rogne de poser des bases et de passer à autre chose continuellement.

On va enfin avoir de l’action après 3 numéros qui revenait aux sources suite à la tragique disparition de Flamme Boy.

Dessin :

Sam : ce mois ci point de Steve Epting, ce n’est pas grave puisque Marvel lui a trouvé un remplacant de choix en la personne de Barry Kitson, que personnellement j’aime beaucoup. Donc inutile de dire que pour moi la partie graphique est entre de bonnes mains.

Nonö : Barry Kitson… Ca faisait longtemps que je n’avais rien lu de lui et pour le connaître personnellement (oui, je me la pète ^^), je vais enfin pouvoir lui parler d’un truc récent la prochaine fois que je le vois. C’est chouette, très bien dessiné, mais faudrait quand même arrêter de changer de dessinateur à un moment, histoire d’avoir une cohésion graphique…

Sam : kewaaaaaaaaaaa tu connais Barry Kitson ?!!!!!

Nonö : il est l’invité récurrent du LCF, tu le verras cette année mon pti Sam ^^

Couverture :

Sam : comme d’habitude avec Daniel Acuna, on a du classique, mais eh le propre du classique c’est que ça marche. Donc ne renions pas notre plaisir. La couverture de Marko Djurdjevic, reste comme les mois précédents assez sobre et minimaliste.

Nonö : Perso, j’ai pas accroché à la couverture de Daniel Acuna. Je préfère nettement celle de Marko Djurdjevic. Même si elle n’est pas représentative de l’épisode (celle d’Acuna non plus en même temps…), elle est plus jolie à mon goût.

Liens utiles :

– site de Jonathan Hickman

– site de Barry Kitson

– site de Daniel Acuna

– site de Marko Djurdjevic

Note :

Sam : 9/10 – BUY, c’est même un archi Buy pour moi.

Nonö : Non, je ne donnerai pas de note. Vous aurez sans doute compris que c’est un BUY absolu.


A propos Sam 1913 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.