Marvel Icons 6

Un numéro où les surprises ne sont pas là ou on pense :

New Avengers 5

NEWAVENGERS_5_COVERScénario : Brian Michael Bendis

Dessin : Stuart Immonen

Avis : Tout ça pour ça ?!!! ce fut mon sentiment dominant à la lecture de cet épisode. Encore une fois 22 pages de blabla, pas très intéressant en plus, ni très drôle. Après 4 épisodes où il ne se passait pas grand chose à part des scènes d’apocalypse, entrecoupées de répliques plus ou moins drôles, le pourquoi du comment  nous est enfin révélé.

On pourrait se dire que l’identité du responsable est le fruit d’une déduction à la suite de l’enquête poussée de Strange, Voodoo, et consort. Ben non même pas, c’est Spider-man  le béotien qui découvre le pot au roses, et sans même le vouloir, au détour d’une remarque.

Après cet effort collectif majeur, le reste de l’épisode est consacré à la définition de la stratégie, qui est un gros pompage de l’avant dernier épisode de la saison 4 de Buffy (ça c’est de la référence, mais que voulez vous, faut pas pomper sur mes trucs préférés), et qui qui sait qui s’y colle encore : ben Wolverine pardi !

Ai je précisé que nous avons droit à la scène la plus ridicule jamais vu dans cet épisode, avec l’annonce par Hawkeye qu’il ne vient pas faire partie de l’équipe des New Avengers, et ce avant … de se tirer !!!

Une première saga qui avait beaucoup de potentiel, il y a des idées intéressantes, mais gachée par une décompression extrême et une utilisation ratée de personnages. Certaines scènes sont inutiles et rallongent artificiellement le récit.

Invincible Iron Man 30

8431121-invincible-iron-man-30Scénario : Matt Fraction

Dessin : Salvador Larroca

Avis : alors là je vais en surprendre plus d’un. Je ne me suis jamais caché de ne pas apprécier le boulot de Fraction, et son travail sur Iron Man m’ennuie la plupart du temps. Trop long, trop lourd, ses histoires sont décompressées encore plus que celles de Bendis, et ce alors que le monsieur ne dispose pas du talent de l’auteur de Powers pour les dialogues.

Pourtant malgré mes nombreuses réserves sur ce scénariste, j’ai bien aimé cet épisode. Enfin Stark se confronte à la famille Hammer, enfin surtout la fille Hammer, plus jeune mais aussi plus mortelle que la mère. L’essentiel de l’épisode repose sur le dialogue entre les personnages, qui contient nombres de sous entendus, mais révèle à nouveau deux visions de la technologie et de l’avenir.

Comment vainc-t-on  l’homme de l’avenir ? en le rendant obsolète. Voilà le sujet principal de leurs échanges.

Si la saga Stark Resilient est beaucoup trop longue, mais alors beaucoup trop, passant le plus clair de son temps à décrire un Stark tentant de réparer ses erreurs passées, et ses relations … cet épisode se concentre plus sur l’avenir. Mais comme toujours c’est loin d’être parfait, si ce dialogue entre Tony et la fille Hammer est très intéressant, on sent que le scénariste peine à lui donner toute la profondeur nécessaire. J’ai bien ressenti que Fraction essayait d’écrire un dialogue plus adulte, plus recherché, mais il ne réussit pas complètement dans cet objectif. Sans doute parce que la discussion ne tourne vraiment qu’ autour des sujets que Stark maîtrise : la technologie et le sexe.

En net progrés donc, mais là aussi il faudrait accélérer le rythme du récit.

Captain America 609 

609 !Scénario : Ed Brubaker

Dessin : Butch Guice

Avis : une question me turlupine depuis un moment : Bucky est il un crétin ? non sérieux, parce que pour un soldat qui est censé avoir des décennies d’expérience, il se comporte comme un idiot, et a tendance à tomber dans tous les pièges que lui tend Zemo. Le pire c’est qu’il sait que le vilain lui tend un piège, mais y va quand même, sans prendre la moindre précaution !

Je sais que Brubaker veut donner un degré de dangerosité élevé à Zemo, mais est il obligé pour cela d’abaisser autant le QI de son héros pour atteindre son objectif ? En outre la qualité des dessins me pose vraiment problème, on dirait vraiment, à la vue du trait et des couleurs, un comic-book produit dans les années 70, et c’est pas un compliment ! Je ne suis pas fan de ce que fait Brubaker avec ses titres super-héros, et cet épisode ne va pas me faire changer d’avis.

Fantastic Four 580 :

51_fantastic_four_580_02Scénario : Jonathan Hickman

Dessin : Neil Edwards

Avis : un épisode de transition où Johnny emmène son neveu dans un magasin de jouets, tandis que la Future Fondation révèle ses premiers travaux. Dans l’ensemble un épisode un peu décevant, et en deçà des précédents. Hickman continue de se concentrer sur les relations père/fils, qui est un des grands thèmes de son run.

Mais pour l’occasion il va creuser un peu la relation Johnny/Franklin, tout en nous ressortant un ennemi du passé. J’ai été quand même moins passionné par cet épisode, notamment par la révélation finale, concernant Ben,  que j’ai l’impression d’avoir déjà lu 150 fois !

Comme je l’ai dit un épisode de transition, avant l’arrivée en septembre de la saga 3, à ne rater sous aucun prétexte ! Pour la partie graphique, le trait de Neil Edwards ressemble de plus en plus à celui de Bryan Hitch. Une impression renforcée par l’encrage de Andrew Currie qui a encré Hitch pendant des années. Ce n’est pas pour me déplaire en tout cas.

A propos Sam 1877 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.