Unspoken VO : Secret Avengers 16

1bf235

Crédits :

Scénario : Warren Ellis

Dessin : Jamie McElvie

Couvertures :

– Couverture A : Johns Cassaday

– Couverture B : Jamie McElvie

Editeur : Marvel Comics

1bf235La série : après son retour Steve Rogers est devenu le 1er flic de la planète, et il semble que en plus des 14 000 équipes de Vengeurs, il se soit dit, eh si je montais une équipe secrète pour des missions secrètes, avec plein de mystères secrets très mystérieux dedans ? Très vite il va se retrouver en butte avec le shadow council aux objectifs aussi mystérieux que secrets

Avis : la série Secret Avengers fut créee dans les premières heures de Heroic Age, elle permettait à Ed Brubaker de conserver Bucky comme Captain America, tout en utilisant Steve Rogers, et enfin utiliser tous les trucs qu’il avait planter dans la mini série Le projet Marvels. Làs force est de constater que le sauce n’a jamais vraiment pris, en tout cas pour moi, la série étant d’un ennui assez profond …

Après 12 épisodes, il a laissé sa place à Nick Spencer qui a signé 4 épisodes, en comptant un .1. Son approche en épisode auto contenu, et centré sur un seul personnage fut bien plus efficace, bien qu’irrégulière à mon goût. En effet si certains épisodes sont très bons, comme celui sur Valkyrie, d’autres sont assez ratés, comme celui sur Steve Rogers ou la Veuve Noire.

Alors que donne le maître Warren Ellis sur une série qui est fortement inspirée d’une des ses créations Global Frequency ?

Scénario : en premier lieu, le scénariste reprend la formule qu’il avait adopté sur cette série, avec des épisodes auto-contenus.tumblr_lqvmk0bcT91qzw4uno1_500 Formule que Nick Spencer avait employé auparavant, là où Brubaker a continué de nous assommer avec ses arcs en 5 parties, style narratif qui personnellement me fatigue car se justifiant rarement.

Que dire sur le contenu de cet épisode ? On retrouve bien la patte de Ellis avec des idées au kilomètre toutes plus dingues les unes que les autres. Le pitch est d’une rare originalité, comme souvent avec lui. Rogers et son équipe découvre une vieille base de l’empire secret, une vieille organisation terroriste des années 70, sous une ville américaine. Et par base, je veux dire une ville sous une ville !

Que sont ils allés faire là ? et bien comme l’explique longuement, très longuement, the beast, ils n’ont réussi à detecter la ville, masquée depuis des décennies, que grâce à la détection de radiations  Von Doom (oui ce Doom là) émises depuis cette ville,  signe de l’utilisation d’une machine à remonter le temps. C’est alors que l’on découvre que le shadow council est aussi présent pour activer un vieux plan de l’empire secret, sans doute toujours pour satisfaire leurs buts secrets, oh oui comme ils sont secrets !

On découvre ainsi que l’empire secret n’avait pas construit le modèle réduit d’une machine à remonter le temps, non ils ont construit une machine capable … de transporter toute la ville !!! On retrouve comme toujours les idées fascinantes que Ellis est capable de faire sortir de sa caboche.

Secret-Avengers-page5Mais alors que m’extasiais devant une idée aussi dingue, j’en suis venu à me demander  » pourquoi un épisode avec une idée aussi dingue est aussi ennuyeux à lire ! ». Je pense qu’après avoir lu des reviews sur le net qui disait combien cet épisode était génial, je m’attendais à quelque chose de grandiose, là où j’ai eu une histoire sympa, mais pas exceptionnelle. J’ai retrouvé ici un Warren Ellis en mode automatique, j’espérais qu’avec des personnages comme Black Widow ou Moon Knight, il se lacherait un peu niveau dialogue, mais à part quelques réparties amusantes ici ou là, rien de bien passionnant.

Cela reste bien supérieur à ce qu’on a lu sur ce titre depuis son lancement, mais ça reste du petit Warren Ellis, et très inférieur à sa série Global Frequency.

Dessin : le trait de Jamie McElvie donne à tout ça une ambiance très années 60 pas désagréables, impression renforcée par les décors, les voitures et le scénario.

Liens Utiles :

Blog de Warren Ellis 

Note  : 7,5 – Un épisode sympathique, mais j’attends qu’Ellis se lâche un peu dans les prochains épisodes, bien que je doive bien avouer que le coup de la Cadillac atomique c’est bien vu.

secret-avengers.3
Cadillac atomique, j'en veux une... si possible avec Natasha dedans

A propos Sam 2066 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

1 Comment

  1. Dés la relance des titres « Avengers » ce titre était celui que j’attendais le plus.
    Un roster avec pas mal de seconds couteaux, mais des perso que j’adorais (hormis War-Machine mais bon … il n’a jamais vraiment existé dans la série).
    Une idée de base trés sympa, des black-ops, de l’espionnage, un scénariste idéal pou ce genre de titre
    Un dessinateur que j’apprécie
    Une petite mixture qui ne pouvais que me plaire et hélas … ca n’a jamais vraiment décollé.

    J’ai failli lacher le titre, mais quand j’ai vu se pointer à l’horizon Warren Ellis, j’ai décidé de continuer, bien m’en a pris.
    Le run de  Nick Spence était sympa et maintenant me voici avec le Warren Ellis dans les mimines.

    Que dire ? Niveau scénario et histoire, Sam résume plûtot bien ce que je pense. C’est pas vraiment le Warren Ellis déjanté qu’on a pu lire ailleurs (Sur transmet ou Planetary) on sent que Marvel doit un peu le cadrer (histoire d’éviter de voir Beast pisser sur la tronche d’un ennemi) mais c’est déja bien meilleur et interessant que les précédants opus, alors oui on attends que ca se lache un peu plus mais je n’y crois pas beaucoup.

    Par contre le dessin … euh au secours.
    C’est pas que c’est moche, non loin de la mais les visages manquent vraiment d’expression, ca manque souvent fortement de décors
    Dommage car dans la composition et le découpage des pages c’est vraiment bien foutu, pour exemple les deux page ou Moon Knight colle une branlée à deux types dans une voiture, est vrai petit moment de kiff.
    Mais hélas c’est plat, trop sage.

    Néanmoins c’est un bon numéro qui laisse présager le meilleur pour la suite
    oh et Mr Marvel … lache un peu la bride à tes scénaristes. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.