Unspoken VO : Wolverine and The X-Men 6

Crédits :

Scénario : Jason Aaron

Dessin : Nick Bradshaw

Éditeur : Marvel Comics

Avis : alors que Wolverine décide de jouer l’avenir de sa nouvelle école sur un coup de dé, littéralement, pour la renflouer financièrement, celle-ci est attaquée par les Broods aux ordres d’un mystérieux individu arrivé dans le précédent épisode et qui a tracé son chemin au travers des cadavres d’agents du SWORD.

Jason Aaron continue dans sa veine délirante et humoristique des X-Men entre la planète casino et les élèves de l’école, notamment Kid Gladiator, tous plus barges les uns que les autres. Si la lecture reste très agréable, l’histoire patine un peu par moments.

Scénario : l’idée géniale d’Aaron d’associer Wolverine à Quentin Quire, ou l’emmerdeur suprême, rappelle pas mal de buddies movies des années 80 entre le flic sérieux et l’autre complètement barge. Dans cet épisode Logan fait donc faire au jeune anarchiste une petite visite de la planète Sin, planète extraterrestre uniquement dédiée aux jeux d’argent. Le duo fonctionne très bien et c’est un vrai plaisir de voir ces deux là se balancer des crasses d’un bout à l’autre de l’épisode.

C’est déjà moins marrant à l’école, alors que The Beast mène une petite aventure intérieure chez Kitty Pride qui est infestée de Broods microscopiques (ça c’est se choper des saloperies de niveau 1). Si le perso avait un rôle assez passif dans l’épisode précédent, elle retrouve un caractère beaucoup plus pro actif alors que le véritable instigateur de ses problèmes débarque avec des Broods en laisse.

On pense bien évidemment par moment à l’épisode 143 de Uncanny X-Men où Kitty devait seule affronter un autre truc bien monstrueux et finissait par s’en sortir de justesse. Cependant ces séquences sont assez lentes et une fois toute la partie poursuite passée, l’intrigue ne rebondit vraiment que dans les dernière pages lorsqu’est révélé le vrai but du méchant.

Si la série reste excellente, cet épisode s’est révélé un peu moins bon que les précédent notamment parce que sur le fond l’histoire n’a pas beaucoup avancé. Kitty a toujours son petit problème de Broods, elle a toujours pas mal de X-Men qui essaient de la sauver…On ne peut pas parler d’essoufflement car le rythme reste soutenu, mais je suis content que le conclusion approche.

Dessin : là aussi un trait un peu moins inspiré, non par manque de talent de Bradshaw mais je pense avant tout par manque de temps. Le dessinateur charge en effet pas mal ses planches et ce alors que le scénario joue déjà avec énormément de personnages et de situations. Cela reste bon, mais il aura bien mérité du repos à la fin de cet arc.

Liens Utiles :

– Blog de Jason Aaron

Note : 8/10 – La série reste très réjouissante à lire, ce qui est déjà plus que ce que l’on peut dire de beaucoup de séries actuelles.

A propos Sam 1912 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

1 Comment

  1. C’est la première série Marvel que je prends plaisir à lire de semaines en semaines. Merci Mr. Aaron (du coup je vais peut-être rajouter Scalped à ma liste)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.