Tops et flops de la semaine

– le foutage de gueule de la semaine : Batman 0 par Scott Snyder et Greg Capullo. Alors je ne sais pas vraiment ce qui arrive à Snyder mais voilà son 3e épisode d’affilée sur le titre qui me déçoit profondément. D’abord l’épisode 11, qui clôturait son premier arc, qui était d’un classicisme absolument incroyable, si bien que l’épisode était dénué d’une quelconque surprise. Puis l’épisode 12 censé nous éclairer sur un nouveau personnage mais qui au final ne révélera son intérêt sans doute qu’une fois que le prochain arc de la série sera achevé, et cet épisode qui revient sur les premiers jours de Bruce après son retour à Gotham qui n’apporte pas grand chose, on se demande ce qui arrive au scénariste qui il y a encore un an avec Black Mirror nous ébahissait par son talent et son inventivité.

Mon principal problème avec cet épisode est qu’il s’achève avant d’avoir vraiment commencé, on peut résumer son contenu par : Bruce essaye d’infiltrer le gand du Red Hood, se plante, puis passe 10 pages à discuter avec Gordon. Fin. Franchement si vous avez besoin de faire des économies, alors sautez cet épisode qui n’apporte vraiment pas grand chose.

– le personnage de la semaine : Tim Drake dans le back up de Batman 0, si l’histoire principale de Batman 0 ne vaut pas tripette, ce n’est pas le cas de son back up consacré aux différents futurs Robin. Le passage consacré à Tim ne dure que quelques pages mais est tout simplement hilarant. A quelques minutes de se faire expulser de son école, Tim parvient à faire arrêter son principal pour détournement de fonds, tout en déduisant qu’il avait réussi un test de niveau universitaire ! Il faut bien le dire, Tim est ici bien mieux écrit en quelques pages qu’en une douzaine d’épisodes dans Teen Titans. Le monsieur qui écrit ce passage est aussi en charge de la future série Talon. Je n’avais pas la moindre envie d’aller lire cette série, mais le bougre a à l’air sacrément doué, donc à surveiller je pense !

– le comic-book de la semaine : Chew 28 par John Layman et Rob Gullory. C’est tellement beau quand ils lâchent Poyo sur les méchants, sniff c’est tellement émouvant.

– l’épisode de Batman à ne pas manquer cette semaine, parce que la série Batman était pas incroyable, batman & robin 0. L’enfance de Damian alors qu’il apprend à devenir le futur maître du monde tout en bottant les fesses de Man-Bats. Que demander de plus ?

– le gamin qui fait passer Hannibal Lecter, Attila, Gengis Khan et même Damian (fils de Batman) pour des enfants de choeur tout gentil tout beau  absolument sains d’esprit et pétris de respect et de bonnes manières avec tous..: Kade Kilgore dans Wolverine and the X-Men 16 de Jason Aaron et Chris Bachalo. En 22 pages le jeune Kilgore nous raconte sa courte vie, comment il a préparé le meurtre de son père, comment il s’est entraîné, et comment au final il est sans doute le pire gamin de 12 ans qui ait jamais arpanté la surface du globe depuis la seconde venue de l’ant-christ (quoi vous l’avez raté ?)

– le retour attendu de la semaine : Stumptown de Greg Rucka. La série avait connu une première mini il y a plus d’un an. on savait que le scénariste ne voulait pas lancer la suite avant d’avoir suffisamment d’épisodes prêts sous le coude, cela aura pris le temps mais voici le second volume qui ne déçoit pas puisque en moins de 22 pages Dex Parios, la privée la plus poissarde que vous croiserez jamais, arrive à nouveau à se mettre dans un caca bien noir et bien visqueux qui colle et s’enlève difficilement.

– le dessinateur clairement pas à sa place cette semaine  : Ryan Stegman sur Fantastic Four de Jonathan Hickman. Alors en introduction je précise qu’en temps normal j’apprécie beaucoup le boulot de Stegman. Le dessinateur est sans aucun doute l’une des meilleures découvertes Marvel de ces dernières années, il dispose d’un style vraiment bon et très adapté à des histoires au rythme effréné avec pas mal d’action (par exemple je pense qu’il ferait des merveilles sur Wolverine and the X-Men avec Jason Aaron). Mais cette semaine l’épisode de Fantastic Four a prouvé que son style n’était pas adapté à tous les types de récits. Le style de Hickman est en effet assez cérébral, bien qu’il y ait beaucoup d’action, mais il est plus en phase avec un style dessin plus posé et plus réaliste. On s’en rend notamment compte lors des échanges entre le sorcier et Reed. C’est dommage.

– la série qui est compréhensible cette semaine alors qu’en général on capte que dalle : Frankenstein 0 par Matt Kindt et Alberto Ponticelli. Depuis la reprise du titre par Kindt, j’avais beaucoup de mal à suivre, car le style de ce scénariste n’est pas dès plus simples. Manifestement il a eu pitié de nous, ou du moins de moi, avec cet épisode où il revient sur les origines de Frankenstein dans un excellent épisode on ne peut plus abordable. Une belle réussite, qui nous fait regretter encore plus la probable future annulation du titre (mais on retrouvera sans doute le perso dans Justice League Dark).

A propos Sam 1986 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.