Guide de lecture Comics VO : semaine du 27 Novembre 2013

DC COMICS

AQUAMAN #25

AQUAMAN #25Scénario : Geoff Johns

Dessin : Paul Pelletier

Sollicitation : THE EXTRA-SIZED CONCLUSION TO « DEATH OF A KING »! Aquaman now knows the true responsibility that comes with being King of Atlantis. But that means he and Mera face a difficult choice-one that could destroy the love that’s defined their lives! Villains become allies, friends become enemies, and the scope of Aquaman’s undersea world grows bigger than ever!

Avis :cet épisode marque la fin du run de Geoff Johns sur la série Aquaman, série et personnage qu’il aura fait passer en l’espace de deux ans du rang de blague à celui de super-héros que tout le monde prend au sérieux ! outre la réivention dans des versions plus crédibles de ses ennemis historiques que sont Black Manta et Ocean Master, il aura aussi rééllement donné un entourage stable et charismatique au personnage. Outre sa femme Mera qui a gagné un rôle à part entière, on peut noter la présence du Professeur Chin, du fidèle (à sa manière) Vulko, mais bien sûr également le groupe des Others.

Dans le précédent épisode, Geoff Johns a fini par nous révéler une grande partie des secrets qu’il avait patiemment mis en place au cours de ces deux années : la chute d’Atlantis, le premier roi, l’origine de la lignée d’Arthur ou encore des Trench. La question que l’on peut cependant se poser est comment Johns va t-il pouvoir conclure toutes ses intrigues en un seul épisode, d’autant qu’il avait fini sur un bon gros cliffanguer à la fin de l’épisode 23, alors que l’on apprenait qu’Arthur était resté dans le coma pendant des mois et que la situation de pas mal de ses alliés (dont sa femme) était désormais inconnue.

J’ai peur que tout cela ne soit trop rapidement expédié ou de manière si anti-climatique que cela pourrait bien gâché cette fin de run…Bon au moins il nous restera ces deux années de très bons épisodes superbement illustrés par Ivan Reis puis par Paul Pelletier

Verdict : BUY

LARFLEEZE #5

LARFLEEZE #5Scénario : Keith Giffen, J. M. DeMatteis

Dessin :Scott Kolins

Sollicitation :In the wake of the revolt of the Orange Lanterns, Larfleeze faces his worst nightmare: living as the possession of someone else!

Avis : ça tourne mal pour Larfleeze dans ces épisodes ! après s’être fait latté le derrière par des entités quasi divines venues d’une dimension qu’elles ont entièrement ravagées, voilà que son Corps de Lantern, composés uniquement de gens qu’il avait détruit puis reconstruit sous forme de constructions d’énergies s’est révolté contre lui ! Bien que leur premier instinct fut de trucider leur pauvre esclavagiste, ils ont du se retenir de lui faire manger ses viscères quand ils ont compris que Larfleeze était la source de leur pouvoir. Plus de Larz, plus de pouvoir.

Voici donc notre pauvre vieux Larz réduit au rang de recharge, maintenu en vie pour produire un pouvoir qu’il « partage » avec d’autres…bref la définition de l’enfer pour lui ! C’est bien entendu à Keith Giffen et J. M. DeMatteis que l’on doit cette idée et cette histoire qui agite cette série hilarante qui détonne bien avec le reste de la franchise GL.

Bien évidemment la série n’affole pas les ventes de chez DC et il est fort probable que la série disparaisse après une quinzaine d’épisodes, mais la série est vraiment trop marrante pour s’en passer. Je vous conseille donc d’en profiter tant que ça dure !

Verdict : BUY

RED LANTERNS #25

RED LANTERNS #25Scénario : Charles Soule

Dessin : Alessandro Vitti

Sollicitation : As the dust settles from « Lights Out, » Earth is no longer under the protection of the Green Lanterns. Sector 2814 is now the sole province of Guy Gardner and the RED LANTERNS! Criminals beware…psychopaths beware…hell, EVERYONE beware! How did this happen, you ask? Jump onboard with this issue and find out!

Avis : comme je l’ai déjà dit les deux séries les plus impactées par les derniers changements créatifs de la franchise GL sont aussi celles qui créativement étaient les plus faibles jusque là, à savoir New Gardians et donc Red Lantern. Après un an et demi à vivoter entre les mains d’un Peter Milligan qui lui même devait se demander ce qu’il faisait là, le titre a été repris par le staff edito et confié à Charles Soule.

Contrairement à Milligan qui avait axé son titre exclusivement sur les Red Lantern alien et un humain totalement nouveau et inconnu, Soule et les éditeurs ont clairement décidés de renforcer le titre en lui adjoignant un GL humain bien connu et surtout suffisamment populaire pour faire repartir le titre en la personne de Guy Gardner. Soule a lui eu la bonne idée de proposer cette incorporation de manière assez maligne, d’abord en présentant Guy comme une taupe, créant ainsi une tension bien particulière tout en le plaçant à la tête de ce corps de Lantern enragés…qui ne compte plus grand monde dans ses rangs.

Avec les évènements de Lights Out, la série, ce Corps et ses Lantern prennent donc une nouvelle direction étant donné qu’à l’image de l’accord passé autrefois entre les Gardiens et Larfleeze, Guy a passé un marché avec Hal Jordan nouveau leader des GL, la souveraineté sur un secteur entier et la garantie que les GL n’y mettraient jamais plus les pieds…

Bien entendu tout le sel de cet accord est de voir Guy choisir…le secteur de la Terre ! A voir donc comment Soule va gérer ce nouveau statut quo avec des GL expulsés du secteur 2814 et ce alors que plusieurs d’entre eux en sont originaires (d’ailleurs à ce titre, je me demande comment va être géré le cas Simon Baz).

Même si je ne suis pas un grand fan du style de Soule, ni un détracteur, il faut bien reconnaître qu’il est efficace, mais il n’est pas non plus incroyable. Son travail constitue en général une bonne lecture mais à mon sens il ne se détache pas vraiment du lot, excepté pour le nombre de séries qu’il écrit en ce moment…

Verdict : Check It.

TALON #13

TALON #13Scénario : James Tynion IV

Dessin : Emanuel Simeoni

Sollicitation :Sebastian Clarke’s endgame for the Court of Owls is unleashed upon Gotham City, with thousands of lives in the balance. How can Talon stand up and finally become the hero he never wanted to be?

Avis : tout comme Larfleeze plus haut, voici une autre série qui ne va sans doute pas durer très longtemps. Sauf que dans le cas présent, la gestion du titre par DC relève franchement du n’importe quoi. Après avoir changé l’artiste 4 fois en 14 épisodes, voici que le scénariste va changer 2 fois dans les prochains mois.

En effet après le départ surprise de Tynion IV, qui avait lancé le titre avec Snyder comme parrain, nous avons appris que son engagement dans l’hebdo Batman Eternal l’année prochaine le forçait à quitter le titre, la série avait été en apparence confié à Marguerite Bennett (autre protégée de Snyder).Tout cela pour finalement apprendre qu’après Bennett, Tim Seeley allait signer au moins deux épisodes. A ce niveau cela relève du franc bordel et je doute que cette succession permette le maintien du ligne scénaristique cohérente…

Voilà qui est bien dommage. Après l’épisode 4, le titre était clairement sur une pente ascendante avec un changement totalement inattendu du statut quo et des twists à répétition qui avaient rendu l’intrigue passionnante. L’apport de Bane aurait pu porter le titre beaucoup plus loin, mais les changements d’artistes impromptus et la nécessité d’intégrer les contraintes de Forever Evil ont stoppé nette la bonne évolution du titre en mettant un terme soudain à l’arc en cours. De fait la fin de l’histoire avec Bane était assez anti-climatique et en deça des attentes.

Heureusement, l’intrigue avec la talon sanguinaire et les pistes lancées dans l’épisode vilain month peuvent apporter une lueur d’espoir en une conclusion de série satisfaisante…

Verdict : BUY

IMAGE COMICS

RAT QUEENS #3

RAT QUEENS #3 CVR BScénario : Kurtis J. Wiebe

Dessin :Roc Upchurch

Sollicitation : »GOLD, GUTS AND GROG, » Part Three

One tablespoon of cayenne peppers, 2 ounces of 100 proof vodka, and 3 ounces of tomato juice makes one fantastic Bloody Murder. So does double-crossing the Rat Queens and foolishly thinking you can get away with it. Drink up!

Avis : nouvel épisode de la dernière merveille en date de chez Image, oui je sais c’est un peu toutes les semaines les merveilles de chez Image, mais quand c’est du tout bon il faut le dire !!! Et il faut bien dire qu’avec cette série d’heroic fantasy version trash, les auteurs ont touché un des mes points sensibles : les femmes qui jurent comme des charretiers, qui boivent comme des trous et adorent la baston !

Mais en ce moment nos Rat Queens ont bien des problèmes en dehors de leur beuveries avec option baston (ou l’inverse), puisque la série s’est ouverte sur un complot visant à les tuer, elles et tous les groupes du même genre. Bien entendu, nos héroïnes n’ont pas bien pris la chose et sont bien décidés à faire payer le commanditaire, même si celui-ci est le big boss de la cité où les filles opèrent. Mais le suspect est-il seulement le coupable ?

C’est une vraie bulle de fraicheur qu’Image nous a balancé avec ce titre et j’espère que l’aventure va continuer un moment !

Verdict : BUY

SAGA #16

SAGA #16Scénario :  Brian K. Vaughan

Dessin : Fiona Staples

Sollicitation :WINNER OF THREE 2013 EISNER AWARDS!

Two war correspondents stumble onto the biggest story in the universe.

Avis : Saga est vraiment un titre étrange. En effet bien que cet arc soit archi décompressé et qu’on ait vaguement l’impression que l’histoire ne progresse plus depuis un moment (on est juste coincé sur la planète Quietus depuis 5 épisodes…), il est rempli de petites scénettes et de petits moments centrés sur les personnages tellement riches et surtout émouvant que l’on ne peut tout simplement pas s’arrêter de la lire (en tout cas dans mon cas).

Très clairement l’addiction à la drogue Saga est particulièrement effective et tend à aveugler le lecteur plus habitué dans un monde de comics où personne ne meure jamais et où toutes les relations finissent par être rompues par convenance éditoriale et par sensationnalisme, à un titre qui va lui donner des personnages qu’il va aimer parce qu’ils ne vont pas se comporter comme des connards…

Bref les qualités, les impressionnantes qualités du bouquin l’emportent sur les quelques défauts mineurs et telle une femme fatale, la série nous embroche une fois encore sans espoir de pouvoir sortir de ses filets. Nous savons tous à l’avance que nous allons finir l’épisode en en voulant toujours plus, mais c’est comme ça…

Verdict : BUY (what else ?)

MARVEL COMICS

INFINITY #6 + NEW AVENGERS #12

INFINITY #6 NEW AVENGERS #12Scénario : Jonathan Hickman

Dessin :Jim Cheung & Mike Deodato

Sollicitation : All roads lead to this!The over-sized conclusion of the Marvel Summer event! The heroes of Earth versus the forces of Thanos!

INFINITY TIE-IN – « THE WORLD WE HAVE »   The House of Black Bolt crumbles.  New friends, new enemies.

Avis : la première année de Hickman sur les Avengers n’aura pas vraiment été de tout repos et surtout pas franchement bien accueillie. En effet le scénariste s’est un peu perdu dans les idées qu’il voulait absolument poser et a un peu oublié les personnages…A force nous avons eu une série où les concepts établis par Hickman ont pris plus d’importance que les histoires qui devaient les animer. De fait jusqu’au lancement d’Infinity, Avengers était un titre relativement sec, avec un développement des personnages absent, acteurs impuissants d’une histoire globale qui les dépassait.

Là où dans FF Hickman ramenait ça à la famille Richards et notamment aux relations entre Reed et son fils, ou Reed et son père, …ici le coeur a été oublié. Au final on avait une série où il se passait des choses qui ne pouvaient intéresser le lecteur, puisque pas du tout investi dans des personnages apparaissant comme interchangeables…Je ne vais pas dire qu’Infinity a vraiment bouleversé la donne de ce côté là, même si nous avons eu des petits bouts de quelque chose sur certains persos…mais au final la plupart étaient surtout là pour leurs pouvoirs (du style Eden, téléporte nous ça, là ou ici allez mon grand téléporte encore et toujours !), mais au moins la tournure des événements a commencé à prendre en compte le lecteur avec un scénariste qui s’est finalement dit qu’il serait peut être temps de faire un truc inédit : nous intéresser !

De ce point de vue la pari est réussi, puisqu’Hickman a sans doute pondu le crossover Avengers le plus riche et le plus attrayant de ces dernières années, sans doute depuis House of M et Civil War, mais dans un autre genre. Prions donc que le scénariste ne se rate pas sur la sortie et que la conclusion soit tout aussi réussie et surtout que ce qui va suivre ne retombe pas dans ce que nous avions avant Infinity.

Verdict : BUY

POWERS BUREAU #8

POWERS BUREAU #8Scénario :  Brian Michael Bendis

Dessin  : Michael Avon Oeming

Sollicitation :From the best-selling writer of ALL-NEW X-MEN and ULTIMATE SPIDER-MAN comes another explosive chapter of the Eisner Award-winning cops-and-capes epic! Walker and Deena head to Hollywood, where the most elite powers have gathered together as the Seven! Except one of them has been brutally murdered – and no one is talking. Plus: Walker isn’t supposed to be using his newfound superpowers on Earth, and he’s about to pay the price for it.

Avis : c’est avec une grande joie que je vois débarquer ce nouvel épisode de Powers. Et oui je dis du bien d’un titre écrit par Brian Michael Bendis, et si cette série sortait tous les mois, j’en dirais du bien tous les mois, en fait tout le temps. Il faut bien dire que dans l’océan de titres plus que passables que nous pond cet auteur toutes les semaines, Powers apparaît comme un îlot perdu dans le talent passé du scénariste.

Voilà maintenant plus de 13 ans que Bendis et Oeming ont débuté l’aventure Powers et cela fait plus de 13 ans qu’ils parviennent à maintenir une qualité constante (voire croissante). C’est presque comme si une fois devant son ordi pour écrire un épisode de Powers, Bendis se souvenait soudainement comment écrire, comment prendre des risques, comment remplir ses scénarios d’événements qui affectent profondément les personnages et tout simplement des histoires qui ne se résument pas à 20 pages de dialogues qui sont là uniquement pour faire du remplissage jusqu’à l’épisode suivant…

Avec Powers Bureau, les deux auteurs ont une nouvelle fois bouleversé le statut quo du titre…qui n’aura pas duré longtemps puisque nous avons appris récemment qu’une fois l’épisode 12 publié, le titre sera à nouveau relancé sous un autre nom car l’histoire l’exigera… Et vous savez quoi ? je n’en ai rien à battre, le titre pourrait être relancé tous les mois, ne présenter que des numéros 1 que j’irais tout de même le lire, tellement ses qualités l’emportent sur tout.

Powers est le dernier titre qui me fait croire que Bendis a encore quelque chose à dire, à raconter et bien évidemment je vous le recommande chaudement

Verdict : BUY

UNCANNY AVENGERS #14

UNCANNY AVENGERS #14Scénario :  Rick Remender

Dessin : Steve McNiven

Sollicitation : LEGENDARY ARTIST STEVE MCNIVEN (CIVIL WAR, GUARDIANS OF THE GALAXY) JOINS RICK REMENDER(CAPTAIN AMERICA, UNCANNY X-FORCE) IN SHAKING THE MARVEL UNIVERSE TO ITS CORE! How many Avengers must die to stop the Apocalypse Twins?!Wolverine fails mankind. Daken has his revenge.Wanda confesses her true love. Grim Reaper has his revenge. A heart-wrenching and desperate tale of betrayal, love, revenge and sacrifice.

Avis :  avec infinity, nous avons sans doute là l’autre grosse sortie Marvel de la semaine. Après deux épisodes essentiellement de transition qui dressaient en quelque sorte le banquet final, nous entrons avec ce numéro 14 dans l’acte suivant de la série. Nous connaissons donc finalement le grand plan des jumeaux apo, à savoir donner aux mutants leur propre planète loin des humains et de leur préjugés.

Comme toujours Remender propose ici une idée pas si neuve (euh Genosha les gens et la nation des mutants…) mais représentée de telle façon qu’elle interroge tous les personnages. Après tout il est difficile de dire qu’un tel plan est maléfique, il est plutôt ardu de dire que donner une utopie aux mutants où ils seront libres et où ils ne seront plus persécutés est un plan diabolique que l’équipe de Havoc doit absolument arrêté.

Ensuite, on se rend bien compte que les jumeaux ne sont pas des saints et qu’ils n’ont en outre pas l’air de donner le choix aux candidats désignés volontaires ! Mais comme souvent avec Remender la suite de l’histoire fera sans conteste souffrir nos héros confrontés à un choix impossible. L’avenir sur Terre craint, à cause de red Skull, et il ne semble pas vraiment y avoir d’alternative.

Au passage on note bien entendu l’arrivée de Steve McViven sur le titre. on regrettera bien entendu le départ d’Acuna qui a si bien servi la série et a permis de redresser la barre après la prestation décevante de Cassaday. Donc on ne perd pas au change mais un peu de stabilité ne ferait pas de mal…

Verdict : BUY

WOLVERINE AND X-MEN #38 + WOLVERINE AND X-MEN ANNUAL #1

WOLVERINE AND X-MEN #38WOLVERINE AND X-MEN ANNUAL #1Scénario : Jason Aaron

Dessin :Pepe Larraz  & Jorge Molina

Sollicitation : X-MEN BATTLE OF THE ATOM may be over, but its effects are many! Wolverine takes on a new enemy- SHIELD?!  INFINITY TIE IN!The Avengers find an unlikely ally against the forces of the Builders-KID GLADIATOR! What has the prince of the Shi’Ar Empire been up to since he left the Jean Grey School?

Avis : c’est donc avec une grande tristesse que nous avons appris avec les dernières sollicitations Marvel que Jason Aaron mettait un terme à la série Wolverine and the X-Men au mois de février prochain au numéro 42. Du coup à partir de maintenant chaque épisode va prendre une teinte particulière pour le lecteur accro à la version de l’école Jean Grey qu’a proposé le scénariste depuis le lancement du titre.

En quelques numéros, Aaron aura réussi à apporter un vent de fraicheur comme les séries X n’en avaient pas connu depuis des années avec une interprétation tout simplement dingue de nos pauvres martyres de mutants adorés. Fini la victimisation à outrance, Aaron dépeint ce à quoi devrait vraiment ressembler une école remplie d’ados en chaleur à super pouvoirs…

Même si son run sur le titre aura connu des hauts (ces 18 premiers épisodes) et des bas (grosso modo l’arc en terre sauvage publié en ce moment, car oui au final même l’arc avec le cirque Frankenstein se laisse lire sans déplaisir avec du recul), il sera resté l’une des lectures les plus agréables de la franchise X qui ne nous aura pas vraiment offert de raisons de se réjour de lire quoique ce soit depuis le départ de Whedon…

Pour ses derniers épisodes sur le titre, le scénariste va un peu plus creuser la conspiration anti mutante qui se déroule au sein du SHIELD qu’il a commencé à mettre  dans Battle of the Atom (l’une des rares histoires lancées à cette occasion). A cette occasion il nous ramène le duo des frères ennemis Cyclope et Wolverine bien décidés à dénouer se sac de nœuds ou à s’étriper ? En parallèle, l’annual de la série ramène l’un des élèves  perdus de Logan qui était aussi une des additions les plus marrantes de la première saison de Wolverine and the X-Men : Kid Gladiatoir, enfant à tendance punk de Gladiator, big boss des Shi ‘Ar…

Je sens donc que ça va bien péter. Dommage que Bradshaw ne dessine pas cet annual, mais encore une fois, après Chris Bachalo, Bendis a piqué l’artiste d’ Aaron…

Verdict : BUY

A propos Sam 1930 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.