Unspoken VO – Zatanna #9

Crédits :
Scénariste : Paul Dini
Dessinateur : Cliff Chiang
Couverture : Stéphane Roux
Éditeur : DC Comics

zatana9 La série : Zatanna est une magicienne surpuissante capable de presque tout réaliser tant qu’elle prononce ses formules à l’envers !

L’épisode : dans l’épisode précédent, nous découvrions la phobie bien particulière de Zatanna : les marionnettes. Bien décidée à découvrir d’où provient cette peur qu’elle ne parvient pas à surmonter malgré le temps qui passe, elle finit par aller explorer sa mémoire jusqu’à un incident prenant place dans son enfance, auquel son père n’est pas étranger. Une fois découvert le moment qui a crée cette phobie, elle se retrouve la proie d’un serial killer !

 

 

Avis :
Zatanna a longtemps été un perso de second plan, que les fans appréciaient plus pour ses tenues affriolantes qu’autre chose. Après avoir joué un rôle important dans la JLA pendant des années, elle avait un peu disparu de notre radar, avant d’être remise au premier plan dans le crossover Identity Crisis, si bien que l’on attendait qu’une chose, que DC lui accorde sa propre série… Mais non, la maison d’édition n’ a pas bougé pendant des années. Grant Morrison a saisi l’occasion et a superbement utilisé Zatanna dans sa maxi série Seven soldiers, la belle est en outre dépeinte dans sa propre mini par un Ryan Sook, plus inspiré que jamais.Morrison lui confère un entourage, des ennemis, et suffisamment d’éléments pour lui fournir sa propre série, mais là encore rien ne vient.

Il faudra toute la persévérance de Paul Dini, qui l’a réintroduit à plusieurs reprises dans Detective Comics aux côtés de Batman (ça aide toujours) pour convaincre DC de lui confier une série dédiée à notre magicienne favorite. Depuis, la série est devenue un de mes chouchous, l’auteur tentant de rendre la série fun, tout en créant un univers autour de Zatanna, et de muscler par la même tout le côté magique de l’univers DC. Je dis tente, car il faut bien le dire, le scénariste n’est pas un modèle de régularité, comme le prouve ses prestations sur Gotham Sirens et Streets of Gotham entre-coupées d’épisodes fill in. Si bien qu’à l’heure actuelle, ces séries comptent moins d’épisodes de Dini que de scénaristes invités pour combler ses absences.

zatanna Le scénariste semble pourtant accorder une attention particulière à Zatanna, puisque en 9 épisodes nous n’avons eu qu’un épisode fill in, qui en plus était pas mal du tout, donc pas vraiment raison de se plaindre. En voyant revenir Dini, on se dit qu’enfin la machine va repartir, sauf que l’histoire dans cet épisode ne compte que … 12 pages, le reste étant comble par une dizaine de pages d’histoire fill in assumée par un autre. Cette dernière est assez drôle, là n’est pas la question, mais j’espérais avoir mes 20 pages…

Le contenu reste lui très bon, mais trop court, confronté à un serial killer, et au traumatisme de son enfance, Zatanna comprend que son père a tenté d’effacer sa peine en retirant le souvenir  en question. Zatanna n’étant pas toute blanche non plus (elle a effacé les souvenirs de pas mal de vilains, rendu Dr Light débile, et manipulé la mémoire de Batman) elle comprend que, comme elle, son père n’est pas parfait. De fait, elle décide de donner sa chance à celui qui l’a attaqué de s’expliquer. Je dois dire que c’est un peu l’élément de l’histoire qui m’a surpris, mais si l’épisode s’était résumé à Zatanna arrêtant un criminel, le numéro se serait achevé à la page 3 étant donné le niveau de puissance de l’héroïne.

La révélation sur ce que son père a fait à son esprit et au tueur remplie Zatanna de doutes, la poussant à écouter l’autre version des faits, voire à aider celui qui semblait vouloir la tuer quelques pages auparavant.

Bien que très court, cet épisode n’est donc pas dénué de surprises, l’une d’elle étant bien sur les dessins de Cliff Chiang, dessinateur absolument magistral, et on est triste de ne le voir que sur quelques épisodes. La rotation des artistes est d’ailleurs un souci sur cette série depuis son lancement, chacun n’exécutant que quelques épisodes et puis s’en va.

Note : 8/10 – Une série à suivre, surtout si les bas résilles vous branchent

A propos Sam 1974 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

2 Comments

  1. Tout à fait d’accord avec cette critique.

    Je trouve que DC, plus que Marvel, a pas mal de personnages féminins avec un gros potentiel. Cela a mis longtemps, mais certaines commencent enfin à être sur le devant de la scène comme Power Girl et évidemment Zatanna.

    Ici, j’aime beaucoup le côté détective et surtout le monde la magie.

    Bref, une très bonne série, qui montre bien que les héroïnes ont leur place parmi tous ces héros en caleçon 😉

  2. J’ai toujours apprécier Zee et je suis souvent friand des intrigues tournant autour de la magie dans l’univers DC que ce soit en compagnie de Shazam, du Shadowpact, ou du Phantom Stranger (<=fan inside).

    Bref si la série est bonne, je vais m'empresser d'acheter le premier TPB qui vient de sortir (et qui est déjà en rupture de stock OMG!)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.