Unspoken VO : Ultimates Comics Ultimates 2

Crédits :

Scénario : Jonathan Hickman

Dessin : Esad Ribic

Couverture : Kaare Andrews

Éditeur : Marvel Comics

La série : alors qu’un grand nombre de conflits émergent un peu partout sur la planète, l’équipe américaine des Ultimates voit ses moyens considérablement réduits. Au moment même où leurs effectifs réduits tentent d’intervenir dans plusieurs points chauds du globe, un mystérieux dome apparaît dans le nord de l’Europe, les individus qui en sortent sont tous sauf amicaux !

Avis : autant le dire tout de suite, c’est un spectaculaire coup de pied aux fesses que j’ai pris à la lecture cet épisode. En effet depuis un mois maintenant chaque semaine est marquée par le relaunch DC, avec sa cohorte de numéros 1. Hors très vite un schéma s’est dégagé de chacune de séries. Dans le premier épisode est posé le pitch avec une présentation des personnages, bien que sympathique, cette manière de faire a comme inconvénient de diminuer le niveau d’action. Pour être plus clair et de manière générale, on ne peut pas dire qu’il se passe grand chose dans les séries DC. C’est exactement le contraire dans cet épisode de Ultimates Comics Ultimates 2, et oui je sais le nom de cette série craint.

Scénario : après un 1er épisode qui posait la situation, et surtout le monde dans lequel évolue désormais les Ultimates, et qui s’achevait sur l’apparition du « World » dôme construit par Red Richards, Jonathan Hickman a décidé de passer directement de la 1ère un peu molle à la 5e complètement cinglée.

Nous avons là sans aucun doute l’un des épisodes les plus denses, en terme d’évènements, et pourtant l’un des plus fluides que j’ai lu. Là où un Superman 1 était aussi dense, mais assez lourd en raison du mode narratif verbeux choisi, Hickman séduit par un enchaînement assez rapide des évènements.

Dès les premières pages on comprend ce que Red Richards a fait dans le dôme, à l’image de ce que fut « The World » conçu par Grant Morrison dans l’univers  Marvel classique, il a crée une structure en vase clos où le temps passe de manière accelérée et où sont développés des individus à super-pouvoirs. Je suis rentré dans l’épisode dès les premières pages qui nous narrent l’évolution de la vie dans le dôme pendant plusieurs siècles. Outre l’émergence de sur humains, Hickman nous décrit une civilisation avec ses codes et surtout une manière de pensée bien particulière.

A peine commence-t-on à comprendre qui sont ces gens que l’on est jeté dans l’action, et les enfants du dôme ne plaisantent pas. Très vite ils rencontrent les super-héros européens, dont ils ne font qu’une bouchée, mais rencontrent des difficultés avec Thor. Identifiant les dieux asgardiens comme une menace, ils se rendent en Asgard où nous assistons à une bataille épique. Ai-je précisé que tout cela se déroule en un seul et unique épisode !!!!

Là où un Fraction, un Bendis, ou autre, nous aurait raconté cela en 17 épisodes, avec tie-in, nous avons ici un épisode absolument incroyable ! le scénariste produit selon moi ce que devrait être chaque comic-book, c’est à dire quelque chose avec du contenu, et non pas des histoires à rallonge qui s’étirent sur des mois et des mois sans que l’on ait l’impression que  grand chose ne se passe. C’est bien simple dans mon cas j’ai failli m’évanouir sous le choc en m’exclamant « c’est pas vrai, il se passe des trucs dans ce comics ! ». Cela ne m’était plus arrivé depuis tellement longtemps que mon esprit a failli ne pas résister, et oui il n’est plus habitué !

Outre la bataille absolument cinglée qui se déroule dans cet épisode, et dont la conclusion est sans doute l’un des trucs les plus dingues que j’ai lu, j’ai particulièrement apprécié que Hickman ne néglige pas les relations entre certains personnages. Ainsi on voit Thor faire un choix quant à l’avenir de son fils, mais surtout en quelques cases il nous montre une interaction savoureuse entre Thor et Loki.

Ah oui ai-je précisé qu’avec tout ça on a quand même le temps de voir Iron Man, et que Hickman pose poursuit l’intrigue lancée dans le précédent épisode, et nous révèle qui est responsable de l’attaque dont a été victime Tony Stark. Et oui tout cela dans un seul épisode.

Après Fantastic Four, je pense que Hickman tient son nouveau succès, cet épisode est une réussite scénaristique sur toute la ligne , et je vous encourage vivement à aller le lire, surtout si vous aimez les comic-books où il se passe des trucs. Ah oui et pour une fois on a un français qui n’est pas décrit comme un lâche. Bon il nous sort quelques âneries, mais au moins il échappe à certains stéréotypes américains sur les français qui s’enfuient.

Dessin : si le scénario est une pure réussite, ce n’est pas tout à fait le cas de la partie graphique. Ce n’est pas particulièrement mauvais, cependant je dois dire que j’ai trouvé le dessin assez irrégulier selon les pages. En effet alors que certains pages sont superbes, comme la dernière, sur d’autres on sent que Ribic n’ a pas passé beaucoup de temps. Je pense que devant la densité du scénario, il a préféré se concentrer sur l’intrigue principale, et les scènes importantes, et a négligé ce qui n’était pas de premier plan.

Couverture : encore une fois Andrews présente une couverture classique, qui se veut iconique, comme toutes les couvertures du relaunch Ultimate, comme cela se faisait aux débuts de cet univers.

Liens Utiles :

– site de Jonathan Hickman

twitter de Jonathan Hickman 

Note : 9/10 – après un 1er épisode un peu mou, ce second relève considérablement le niveau et fait des Ultimates, à nouveau, une lecture immanquable !

A propos Sam 1978 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

10 Comments

  1. Excité je suis. J’ai absolument tous ce qui est paru en français sur l’univers Ultimate (oui même les grosses crottes) et du coup, j’attends d’autant plus la parution de ce relaunch.

    • pour info, et t’exciter un peu plus, j’ai gardé sous silence le plus gros truc qui se passe dans cet épisode, mais je te le dis tu vas aimer 

  2. En tout cas, je suis très content de voir qu’ils utilisent directement Reed Richards en tant que vilain. Je craignais qu’ils gomment ces changements « importants » par rapport à l’univers 616.

  3. Dis moi Sam, dans quel episode « ultimates » je pourrai trouver l’implication de Reed Richard, par rapport au dome.
    Parce que (de souvenir de lecture), ce n’est pas clairement explicite dans ces 2 episodes, ou me trompe-je?

  4. tu ne trompes pas
    l’implication de reed dans le dôme intervient dans ultimate fallout, vers la fin de la mini série il me semble  

  5. J’ai lu les deux premiers Ultimate Comics The Ultimates sur les conseils surexcités de Sam et commme questiondetemps, je m’étais posé la même question. Le cliffhanger m’a pas marqué et j’ai pas vu une seule trace de Reed (mais je n’ai pas lu Fallout…).

    • Reed est dans le dôme, à un moment tu vois un gars avec un casque, qui donne des ordres, et qu’ils appelent le maker il me semble, c’est lui reed.
      si tu lis ultimate fallout tu verras l’implication de reed  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.