Tops et Flops de la semaine

– le cas Batman 17, de Scott Snyder et Greg Capullo. Cette semaine quelque chose de spécial s’est passé. Cette semaine l’ensemble de la critique sur le net a enfin rejoint mon point de vue sur l’arc Batman Death of the Family…juste au moment où j’adoptais une position légèrement moins critique. En effet ceux qui écoutent fidèlement les ComixWeekly savent que j’ai été on ne peut plus critique sur cette énième confrontation entre Batman et le Joker. Tout le monde y a vu la 8e merveille du monde, j’y ai vu une histoire assez classique dans le fond avec une absence de réelle trajectoire, puisque comme je le présageais, le Joker n’a aucun plan…

Alors du coup pourquoi mon avis est moins sévère qu’auparavant ? c’est simple, j’ai enfin compris où voulait en venir DC avec Batman : c’est simple, ils ne veulent rien faire du tout. Batman est depuis plusieurs années maintenant la vache à lait de DC, une machine à cash tant en termes de comics que de films, séries animées et un paquet d’autres produits dérivés.  Dès lors tout changement en profondeur, toute évolution est simplement impossible. Il faut garder le personnage tel quel et ne surtout rien toucher.

Snyder est clairement confronté à cette injonction de DC du « ne touche à rien, ne casse rien ». A partir de là, j’ai pu aborder la lecture de cet épisode sereinement en me disant : il ne se passera rien de significatif, pas de révélation, pas d’évolution, juste du Batman as usual. Dès lors, j’ai pris cet épisode un peu comme il venait et j’ai pu l’apprécier comme tel.

Il va donc falloir admettre que Snyder ne va rien révolutionner et que si son run sur le personnage est sympa, il ne restera tout simplement pas comme la référence attendue des années 2010. Dans les années 80, Miller avait révolutionné le personnage. Dans les années 90 les différents scénaristes ont incorporé tous les apports de l’auteur et ont plongé le personnage dans des grandes et longues, très longues, sagas qui poussaient toujours plus loin le personnage et son univers. Dans les années 2000, et quoi qu’on en pense, Morrison a pris tout ça et a décidé d’aller dans une autre direction, justement pour ne pas simplement répéter ce qui avait été fait. Avec son arc Black Mirror, Snyder avait développé tout un nouvel angle, qu’il a continué de creuser dans Batman, mais il se heurte ici à la limite de ce qu’on peut faire avec Batman comme figure iconique.

Il faut donc aborder ses épisodes comme étant sympas, voire très intéressants à lire, mais au final, cela n’ira pas au delà.

Batman-17

– la scène de la semaine : Batman and Robin 17, par Peter Tomasi et Patrick Gleason. Encore une fois Gleason montre dans cet épisode toute l’étendue de son talent.

Batman-and-Robin-17

– la série à lire pour les dessins et pas pour le scénario : Cable & X-Force, de Denis Hopeless et Salvador Larroca. Autant le scénario de cette série est peu entraînant, autant je suis ravi de ratrouver un Larroca en bien meilleure forme. Je trouve notamment que sa mise en scène s’est considérablement améliorée.

Cable and the X-Force 04

– la preuve que  BENDIS IS BACK BICTHES !!! : Uncanny X-Men 1 et Powers Bureau 1, de Brian Michael Bendis, Chris Bachalo et Michael Avon Oeming. Powers est une série sur laquelle Bendis ne m’a jamais déçu et avec son histoire de super-sperme qui met tout le monde en cloque y compris les mecs, ben il redémarre très fort !

Quant à Uncanny, si ce n’est pas l’épisode du siècle et que l’on peut deviner par recoupement l’identité du traître dès la première page, le scénario de Bendis ouvre pas mal de pistes d’histoires intéressantes : une taupe, un complot autour de sentinelles  et la soudaine popularité de Cyclope perçu par toute une génération d’humains et de mutants comme le rebelle ultime (dans ta face Wolvie !!!). Personnellement je trouve cette idée logique étant donné que pour moi Scott FAIT LE BOULOT DES X-MEN !!!! alors que le groupe de Wolverine reste à l’école …sans rien faire de plus, Cyclope se bat vraiment pour les mutants et les défend vraiment. Oui il a parfois recours à la violence (principalement quand on l’attaque…), mais il n’est pas le nouveau Magneto, puisqu’il n’a aucune intention de dominer l’humanité ou de l’exterminer, il veut juste l’égalité pour les mutants.

                          Powers - The Bureau1                   Uncanny X-Men v3 001

– la mort bien graphique de la semaine avec explosion de tripes et démembrement au programme : Manhattan Projects 9 de Jonathan Hickman et Nick Pitarra

The Manhattan Projects 009

A propos Sam 1962 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

2 Comments

  1. Ah la vache, Manhattan Projets ça va très très loin 😀 
    Entre l’implosion de mexicain dans le vide spatial ce mois ci et l’etat… »critique » de Von Braun le mois dernier… 
    Merci Sam de m’avoir fait découvrir cette série, je suis pas déçu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.