Tops et Flops de la semaine

Top 5 de la semaine

...oui je sais il y a eu une montagne de sorties cette semaine et en principe il devrait y  avoir suffisamment de choses pour un Top 10 au moins, sauf que j’ai commis une erreur de débutant en lisant Original Sin presque en premier. Bien évidemment cette sous daube m’a bien foutu en rogne, résultat … cette impression a teinté le reste de mes lectures…J’aurais été de bonne humeur cela aurait sans doute sauvé quelques trucs…

5 – Green Arrow 32, de Jeff Lemire et Andrea Sorrentino, alors qu’Oliver revient à Seattle après la Outsiders War il découvre que beaucoup de mauvaises choses se sont passées dans son dos et dans son domaine. Alors que la ville est déchirée par une vague de crime orchestrée par le nouveau Big Boss, nous plongeons dans les origines de ce dernier, ainsi que dans les premières années d’activités de Green Arrow. Lemire équilibre vraiment bien cet épisode entre les révélations sur le passé de ce Richard Dragon nouvelle version et le retour d’Oliver qui est immédiatement replongé dans l’action.

Mais le bon goût du scénariste est qu’il évite de nous servir une bataille classique et déjà vue entre super héros et ses vilains, grâce à une dernière page qui donne envie de revenir le mois prochain. Encore une fois Lemire et Sorrentino sont à la hauteur des promesses faites pour ce qui est désormais le meilleur run sur Green Arrow de l’histoire du personnage.

GREEN ARROW #32

4 – Cyclope 2, de Greg Rucka et Russel Dauterman…, merci !!!! alors que le mystère sur la résurrection et surtout l’état précaire de santé du père de Cyclope s’épaissit, Greg Rucka décide d’éviter de nous sortir une série sombre et torturée pour nous donner une série fun et inventive. Corsaire fait découvrir l’espace à son fils, ses amis et sa vie remplie de dangers et quand on vient réclamer une prime sur sa tête, la seule chose qui le préoccupe est de savoir si elle est suffisamment grosse. La relation père/fils est remarquablement gérée et Rucka exploite vraiment bien le fait que nous avons là deux personnes qui fondamentalement apprennent à se connaître dans un contexte fantastique.

CYCLOPS #2

3 – Magneto 5 de Cullen Bunn et Gabriel Hernandez Walta. Je ne cesse de vanter les mérites de cette série et cet épisode me donne à nouveau raison alors que Cullen Bunn change de schéma d’histoire avant de devenir répétitif. Jusqu’ici nous avons vu un Magneto seul, volontairement, après avoir quitté l’équipe de Cylclope, dans une quête vengeresse contre des humains oppressants des humains.

Ici le scénario change le perspective en faisant entrer quelqu’un dans la bulle du personnage. Une personne avec de toute évidence son propre plan et des intentions véritables qui restent encore à dévoiler. Bien que la dernière page nous donne un indice sur celles-ci, je suspecte fortement une fausse piste lancée par l’auteur, car je doute qu’il emprunte une route aussi prévisible. Depuis le début cette série est une révélation et Bunn qui jusque là n’avait rien fait de glorieux chez Marvel trouve enfin un genre d’histoires où il peut exceller.

MAGNETO 5

2 – All New X-Factor 9, de Peter David et Carmine Di Giandomenico. Comme souvent avec Peter David, le scénariste est parti d’un postulat relativement classique pour développer un propos passionnant et surtout nous introduire un nouveau vilain, chose rare il faut l’avouer dans la galaxie des X-Men faute de créatifs inventifs. Comme toujours avec lui, les relations entre les personnages sont riches, les complications nombreuses et les développements inattendus. Il est rassurant de se dire que dans la vie il y a des choses constantes : la mort, les taxes et Peter David qui nous fait de bons comics X-Factor…

ALL NEW X-FACTOR #9

1 –Moon Knight 4, de Warren Ellis et Declan Shalvey, depuis le début de ce volume, Warren Ellis joue avec la perception de la réalité de son personnage principal. Moon Knight est il vraiment fou ? ou a-t-il vraiment accès à un être divin ? la plupart des scénaristes ces dernières années ont joué avec cette idée, mais aucun n’est allé aussi loin que Ellis qui dans cet épisode abolie plus que jamais la frontière entre réalité, fantasme et rêve. Mais il est évident que la série ne fonctionnerait pas aussi bien sans le travail de Declan Shalvey qui donne forme à tous les délires que lui donne le scénariste.

MOON KNIGHT #4

Les Flops de la semaine 

– The Wake 9, de Scott Snyder et Sean Murphy, je sais qu’il est choquant de retrouver cette série dans ce classement, d’autant que l’épisode en lui même est relativement bon. C’est là en fait le problème, avec une équipe créative comme celle-ci, on peut s’attendre à plus qu’à « relativement bon ». Quand on est habitué à l’excellence de la part de certains, des travaux qui ne répondent pas aux attentes ont tendance à décevoir dans un premier temps.

Snyder et Murphy ont ici crée un monde d’une très grande richesse, mais se sont parfois perdus dans des détails tout en perdant de vue l’essentiel : quelle est la motivation de la chef des forces humaines ? comment lutter contre la poiscaille ? quel est le lien de la poiscaille avec le développement humain dans les temps anciens ? Il ne reste désormais qu’un épisode et le fait est que l’auteur n’a apporté aucune réponse aux nombreuses questions soulevées jusque là. Donc à moins d’une conclusion expédiée ou alors qui finit mal pour l’héroïne, je ne vois pas comment Snyder va se sortir de là…

WAKE #9

– Iron Fist 3, de Kaare Andrews, je me suis déjà exprimé sur le fait qu’avec cette série, Andrews nous présente un Dany Rand très différent de ces incarnations précédentes. Du crétin autiste du premier épisode, on passe au crétin avec des problèmes de gestion de sa colère, alors que le personnage se comporte comme un ado immature. Le fait est que pour le moment, on ne peut pas dire que l’on est envie de soutenir ce Dany Rand tant l’auteur le rend inamicale. La série continue de valoir la peine d’être lue pour le travail graphique de l’auteur, mais j’espèce que ce dernier sait où il va en termes d’arc pour son personnage.

IRON FIST LIVING WEAPON #3

– Original Sin 3, de Jason Aaron et Mike Deodeto, où Jason Aaron résume très bien les choses quand il fait dire à un de ses personnages que tout cela mène à « whole bunch of nothing… », alors qu’on passe du récit juste gentiment stupide au foutage de gueule caractérisé…Sur un peu plus de 20 pages, les trois quart sont dévoués à des dialogues qui ne passionnent, guère, qui ne mènent à rien, et quand ils amènent un nouvel élément, ils sont redondants avec ce que nous avons déjà vu dans les précédents épisodes. Reste donc ces dernières pages qui pourraient en effet représenter un développement intéressant…si cette histoire n’avait pas déjà été faite des douzaines de fois auparavant. De fait les dernières pages m’ont fait pleurer de rire et n’ont eu aucune impact dramatique sur ma pauvre personne…, d’autant que le scénariste pose dans le même épisode la porte de sortie lui permettant de maintenir en fait le statut quo…Plus que jamais avec Marvel, plus ça change, plus ça reste pareil…

ORIGINAL SIN #3

A propos Sam 2116 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

2 Comments

  1. Je me demande si la fin de l’épisode de Magneto ne ferait pas une référence à la destruction de NY par « Xorneto » à la fin du run de Morrison, un évènement censé être marquant qui n’a quasiment jamais été réutilisé depuis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.