Tops et Flops de la semaine

VO – Sorties  du 25 Mars 2015

 

TOPS DE LA SEMAINE

 

3 – New Avengers 32, de Jonathan Hickman et Mike Deodeto. Si les Beyonders restent des ennemis au design on ne peut plus ridicule et sans aucun charisme, il faut dire qu’Hickman joue bien avec leur toute puissance dans ce numéro. Dire que le scénariste nous livre ici un récit sombre voire quelque peu désespéré relève de lapalissade mais reste pour autant vrai.

NEW AVENGERS #32

Les Avengers lancés dans le multivres pour trouver la cause des incursions rencontrent enfin la source du problème et…en prennent sérieusement plein la gueule. Si Times Run Out s’est révélé jusqu’ici grandement irrégulier, entre des épisodes creux, des révélations en carton patte très décevantes et des héros Marvel presque non reconnaissables, il faut tout de même faire attention, car parfois Hickman se rappelle qu’il sait écrire et nous en balance une dans ce genre …

Ensuite, je ne me fais guère d’illusion sur le sort des personnages, cela reste Marvel, roi du statut quo ou du changement limité à deux ans…

Note :  8 /10

 

 

2 -Invincible 118, de Robert Kirkman &  Ryan Ottley. Ahhh Robert ! voilà un épisode qui résume bien la série dans son ensemble ! avec une première partie légère et riche, remplie d’humour bon enfant et qui vous file un large sourire de bout en bout, alors que l’on suit Mark dans sa nouvelle vie, avec sa petite famille en vadrouille qui rend visite aux copains …aliens big boss d’une fédération galactique.

INVINCIBLE #118

On rigole bien au choc des cultures, on est ravi de revoir certains personnages qui avaient disparu depuis un moment…et on souffre avec Mark alors qu’il fait l’expérience de la digestion de nouvelles nourritures…

Et puis dans la seconde partie, l’histoire bascule alors que les drames récents dans la vie de Mark le rattrapent, ce qui nous amène à l’inévitable scène de Eve en train de chialer, son activité favorite depuis une bonne quarantaine d’épisodes…Vous vous souvenez quand Atom Eve était cool ? oui, moi aussi j’ai du mal…

Tout cela pour nous laisser sur une dernière page à couper le souffle, dans tous les sens du terme ! comme d’habitude, avec Kirkman, dès que l’on pense que l’on va avoir un épisode un peu plus calme, boum ! on s’en prend plein la face ! en tout cas voici une série qui reste mon titre de super-héros favori et de loin ! loin des events constants, des fausses évolutions et autres trucs marketing en toc, voilà un comic-book constant dans le temps avec lequel on peut vieillir sans problème.

 

Note :   9/10

 

1 – Multiversity, Ultra Comics de Grant Morrison et Doug Manhke. Je vais faire un commentaire très court sur cet épisode, car comme d’habitude avec Multiversity et Grant Morrison : c’est tout simplement impossible à résumer !!! Tout ce qu’il faut retenir est que encore une fois,  comme d’habitude, c’est un bijoux d’inventivité, d’imagination et de récit à multiples couches.

MULTIVERSITY ULTRA COMICS #1

Essayer de dénombrer le nombre de dimensions de l’histoire et de la narration de Morrison sur cette série, et cet épisode en particulier, est presque impossible et demanderait, demandera, une étude poussée avec profs d’universités en tweed pour y parvenir.

A titre personnel, tout ce que je sais, est que cette série constitue depuis le début un vrai plaisir de lecteur, qui a tendance à récompenser le vieux fan de comics, de DC Comics, de Grant Morrison, mais aussi tout nouveau lecteur qui se demanderait : mais pourquoi est-ce que je lirais des comics-books ?

L’auteur nous rappelle en permanence, la richesse de ce médium, l’expérience à la fois personnelle et collective que la lecture procure, et que sa riche histoire est avant tout un atout et non un problème qu’il faut résoudre à coup de Crisis ou de Secret Wars…De de point de vue, Kirkman et Morrison ont un peu le même discours…

Note :    9,5/10

LES BONNES SURPRISES DE LA SEMAINE

 

 

Note : /10

DÉCEPTIONS DE LA SEMAINE

Il est parfois difficile de qualifier un titre de flop car il a tout de même des qualités.. Des titres qui ne sont pas des bides monstrueux mais qui clairement ne sont pas exceptionnels.

– Uncanny X-Men 32, de Brian Michael Bendis & Chris Bachalo. Avec seulement quelques épisodes avant la conclusion de son run, Bendis livre ici un de ses épisodes les plus importants. De la révolution de Cyclope, au sort de son école à sa relation avec Emma Frost, l’auteur développe nombre de choses qui étaient sous-jacente depuis le début de la série. Si tout n’est pas à la hauteur, il faut bien reconnaître la logique de l’ensemble avec ce que Bendis a posé jusque là…

UXMEN 32

Alors pourquoi parler de déception? parce qu’encore une fois Bendis se rate sur sa conclusion et en outre n’a que faire de la continuité récente de Marvel. Alex Summers est toujours victime de l’inversion subie lors d’Axis ? ben vous savez quoi ? cela ne se voit pas du tout dans cet épisode. Apparemment, ne sachant que faire avec cette idée, Bendis fait comme s’il cela n’existait pas parce  que Fuck It, il ne lui reste que quelques épisodes pour tout conclure…

Quant à la conclusion ? après un épisode riche en contenu, pourquoi quelque chose d’aussi plat et non événementiel ? Non mais sérieusement ? à moins bien entendu qu’il manque des pages dans mon bouquin?  oui c’est ça en fait Bendis a oublié d’envoyer à Bachalo les dernières pages de script, du coup ça devient plus clair…

Note : 7/10 – riche en contenu, mais toujours en deçà de ce que cela devrait être.

 

FLOPS DE LA SEMAINE

 

Note : /10

LIVRES

Bon cette semaine, je vous fous la paix du côté livre. En effet, je me suis essentiellement enchaîné des bouquins de David Gemmell et je pense que vous commencez à en avoir ras le bol…bizarrement en ce qui me concerne, je ne suis toujours pas lassé…premiere-loi1

Sinon, j’ai également débuté Première loi de Joe Abercrombrie toujours dans le genre fantasy. J’en suis pour le moment à la moitié du premier tome et c’est assez prenant. Je suis encore dans le noir quant à la direction générale du récit, puisque l’auteur manie différents personnages avec chacun sa propre petite histoire qui pour l’instant reste séparée.

Au point où j’en suis, des liens commencent à apparaître mais cela reste assez flou. En tout cas niveau personnage, ma préférence va clairement vers la mage Bayaz…un mage qui échappe au modèle Tolkien habituel, rien que par sa manière de jurer…ou le guerrier Gallen qui l’accompagne.

DE BONS PRESAGES

J’ai également débuté, pour changer d’ambiance, De bons présages, co-écrits par Neil Gaiman et Terry Pratchett. J’avais déjà lu la 8e couleur de Pratchett et franchement ma lecture avait été laborieuse et loin de l’humour promis. Après recherche, il apparaît que c’est un de ses moins aboutis. Donc nous allons voir avec De Bons présages, si je suis plus séduit par la plume de l’auteur malheureusement décédé il y a quelques semaines. Le podcast du site Elbakin m’a donné quelques pistes sur les titres les plus recommandés, mais si vous avez des idées, vous pouvez vous lâcher…

Bon finalement, j’aurais pas mal parlé livres cette semaine…

MANGA

AD ASTRA VOL 5 chez Ki-oon éditions.

J’avais parlé du premier tome lors de sa sortie. Comme vous avez pu vous en rendre compte, j’apprécie grandement cette petite vague de seinen historiques qui a débuté dans les mangas ces derniers temps. Des titres comme Cesare, le chef de Nobunaga ou donc Ad Astra font partie de mes lectures favorites ces derniers temps.

AD ASTRA

Au Japon, la diversitification des genres n’est pas nouvelle. Depuis les années 70, les éditeurs ont bien compris que pour attirer le maximum de lecteurs, il faut présenter le maximum de choses différentes. Je suis ravi de constater que cette bonne philosophie commence à prendre en France.

Oh, je ne me fais pas d’illusion, les grands genres comme le Shonen continueront toujours à dominer, mais le Seinen, destinés à  des publics plus mûrs, a de belles perspectives de développements dans nos vertes contrées.

Mais de quoi ça parle à propos Ad Astra ? le manga revient sur la seconde guerre punique qui opposa la République Romaine à Carthages dont les troupes étaient alors menées par un certain Hannibal Barca…Les précédents tomes amenaient le développement de la guerre entre les deux puissances se partageant alors la méditerranée.

Avec ce tome 5, nous parvenons à un moment clé de notre Histoire, avec la fameuse bataille de Cannes qui opposa les gigantesques troupes romaines avec presque 90 000 hommes assemblés et les troupes d’Hannibal, éparses et composées de diverses tribus en large infériorité numérique.

Si je rappèle le côté célèbre et décisif de cette bataille c’est parce qu’elle se solda par un massacre sans précédent dans l’histoire militaire romaine et la perte de presque toutes les troupes qu’elle avait engagé ! (oui spoiler vieux de 2200 ans…)

Après des débuts un poil laborieux, que ce soit au niveau scénario que graphique, on voit que l’auteur est de plus en plus à l’aise avec son récit. Il s’est éloigné du côté quasi mystique qu’il voulait donner à Hannibal au départ, en le montrant plus comme un stratège de génie et n’oublie pas celui qui sera son opposant ultime en la personne du futur Scipion l’Africain, qui n’est alors qu’un jeune homme.

Le récit de cette bataille, qui se poursuivra dans le tome 6, est réellement bien mené, particulièrement prenant alors que l’on voit Hannibal déployer de manière implacable sa stratégie qui retourne contre les romains leur propre force, à savoir leur nombre. Le tome est d’autant plus puissant quand on connaît l’issue de la bataille car on sait que le massacre peut intervenir à chaque tournant de page…

Note :  9/10 –

A propos Sam 1986 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

3 Comments

  1. De bons présages et l’un des meilleurs Pratchett hors « Disque Monde » (en même temps l’Apocalypse revue et corrigée par Pratchett et Gaiman ça ne peut qu’être bon).
    La 8ème couleur (et sa suite directe le 8ème sortilège) sont clairement les moins bons (et je ne parle même pas de l’adaptation…).
    Les meilleurs, pour moi, sont les suivants :
    _ceux mettant en scène le guet d’Ankh-Morpork (au guet !, le guet des orfèvres, pieds-d’argile…)
    _ceux mettant en scène l’escroc Moite Von Lipwig (timbré ! et monnayé, je n’ai pas encore lu le dernier)
    _et enfin ceux un peu inclassable : le régiment monstrueux, les zinzins d’olive-oued, les petits dieux…
    Après hormis les 2 1er plus faible que les autres il n’y en a aucun de mauvais : on accroche plus ou moins aux thèmes, aux personnages ou aux lieux dans lequel le livre se passe (l’université des mages, la ville d’Ankh-Morpok, le domaine de La Mort, etc). Le mieux c’est encore de tous les lire 😉

  2. Etant donné que je ne me fais plus de mal à lire Bendis, je serais curieux de connaître dans les grandes lignes sans trop de spoils pour les autres lecteurs ce qu’il advient de Scott Summers.
    Invincible : j’ai tenté de m’y remettre, mais le volet monstres / space me rebute.

  3. De Bons Présages est juste parfait, presque dix ans après ma lecture je rigole encore à certains de ses traits d’humour. L’adaptation cinématographique envisagée depuis belle murette n’a malheureusement jamais abouti.

    Je suis tenté de voir s’ils n’ont pas Ad Astra à la mediatheque, le sujet m’intéresse beaucoup. Pour faire une comparaison un peu maladroite, la bataille de Cannes c’est un peu me Verdun de la République romaine, sauf que contrairement à la France qui y a perdu une grosse partie de sa noblesse qui n’avait plus de rôle politique à jouer Rome a vu sa classe politique décimée, au point de devoir repeupler le Sénat, ce qui a un peu chamboulé les grandes familles au pouvoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.