Guide de lecture Comics VF : semaine du 14 octobre 2020

Edito : et c’est parti pour une nouvelle semaine …assez mitigée. Beaucoup de choses de prévues, mais essentiellement des rééditions (merci Panini). Nous avons quelques perles que je signale plus bas, notamment côté indépendant et qui font partie des grosses sorties du mois, mais au-delà on nage un peu beaucoup dans le déjà vu/déjà imprimé 15 fois. La semaine prochaine sera clairement bien plus intéressante, avec certaines des sorties les plus importantes du mois, mais en attendant, il faut un peu ronger son frein. 

Sorties de la semaine : quelques bons trucs cette semaine : 

  • Je sens que Jonat ne me pardonnera pas si je ne mentionne pas le crossover Powers Rangers / TMNT dans les sorties importantes. Donc voilà c’est fait, tu peux lâcher ton arme, Jonat. Au delà, il faut surtout retenir la sortie, toujours chez Hi Comics, de Invisible Kingdom de G.Willow Wilson et Christian Ward ; 
  • Sinon, chez Panini, on retiendra surtout la suite du run de Chip Zdarsky sur Daredevil et la poursuite des intégrales X-Men, avec le prélude Age Of Apocalypse. 

Émissions de la semaine : ou la semaine de la mort ! nous avons en effet quatre émissions prévues au programme de la semaine, toujours diffusées en direct à partir de 21h sur notre chaîne Youtube, Comixity Live (quand ça veut bien marcher) :

  • Mardi, le Comixity of the Future past où nous parlerons de l’actu geek d’octobre 2000 ! au programme : comics, manga, série TV, film, jeux-vidéos, musique et bien d’autres choses ! 
  • Mercredi, un nouveau Freaxity, où comme chaque semaine Laure et Steve parlent horreur, cette fois au programme, le film Trick or treats !
  • Jeudi, un nouveau Comixweekly, où nous reviendrons sur les sorties Comics Vo de la semaine avec un peu d’info s’il y en a !
  • Vendredi, un Comixity où nous reviendrons sur les sorties VF des dernières semaines ! Comme nous vous l’avons annoncé récemment, nous avons pris la décision d’accélérer les Comixity pour faire face à l’énorme production VF du moment. En conséquence, nous passons à un rythme d’une émission toutes les trois semaines pour quelque temps !

DELCOURT COMICS

LE MAÎTRE VOLEUR TOME 7

Date de sortie : 14 octobre  2020

Prix : 15.95€/144 pages 

Scénario : Robert Kirkman , Brett Lewis

Dessin : Shawn Martinbrough

Sollicitation : Entre Ocean’s Eleven et Snatch, Robert Kirkman, le créateur de Walking Dead, prouve que son talent se décline également en mode polar avec ce « maître-voleur »… qui est aussi le pire des poissards ! Cet ultime opus de la série est scénarisé par Brett Lewis.

Conrad Paulson est mort. Enfin c’est ce que tout le monde croit. Mais dans ce cas, qu’est-ce qu’une prison russe réputée peut bien avoir affaire avec le maître voleur internationalement connu, appelé Redmond ? Cet album qui clôture la série est celui des ultimes révélations !

Avis : pas d’avis, je signale juste la sortie du dernier tome de la série !

Verdict : pour ceux qui ont suivi jusque là, c’est la fin !

À lire avant : les 6 premiers tomes !

WALKING DEAD PRESTIGE TOME 15

Date de sortie : 14 octobre  2020

Prix : 24.95€/304 pages 

Scénario : Robert Kirkman 

Dessin : Charlie Adlard 

Sollicitation : Retrouvez la suite de LA série phénomène dans cette collection prestigieuse, en grand format cartonné dont chaque volume regroupe deux tomes de la série régulière. Un sketchbook inédit et une galerie d’illustrations des couvertures en couleurs complètent l’ensemble.

Après les derniers événements qui ont plongé Alexandria et ses habitants en plein désarroi, Rick, Dwight, Eugène et Negan ont tous quelque chose à prouver. Ce qui les attend, ce sont de nouveaux amis, de nouveaux ennemis et de nouvelles menaces, en d’autres termes un tout nouveau monde. Et ce nouveau monde recèle bien plus que cela, s’érigeant carrément en nouvel ordre mondial. Est-ce que les survivants d’Alexandria sont prêts à l’accepter ?

Avis : pas d’avis, je signale juste la sortie de cette suite de la réédition de Walking Dead dans la version deluxe de Delcourt. Nous avons là largement dépassé le moment où j’ai laissé tomber la série. 

Verdict : pour les nombreux fans de Walking Dead !

À lire avant : les tomes précédents. 

HI COMICS

POWERS RANGERS & TORTUES NINJAS TOME 1

Date de sortie : 14 octobre  2020

Prix : 16.90€/

Scénario : Ryan Parrott

Dessin :Simone Di Meo

Sollicitation : Vous pensez connaître les Rangers Ninja ? Vous êtes sûrs ? Vous rêvez de voir les Tortues et April O’Neil en armure ? Mieux encore : vous pensez être prêts pour le démentiel Turtlezord ? Découvrez le premier vrai crossover d’envergure entre les deux univers culte de Haim Saban, Peter Laird et Kevin Eastman.

Les Rangers débarquent à New York en quête de Tommy Oliver, le Ranger Vert, et découvrent ce dernier aux prises avec les Tortues Ninja. Fonçant tête baissée dans la mêlée pour l’aider, les cinq héros font face aux fils de Splinter. Mais alors que la raison les rattrape, les Power Rangers découvrent que Tommy s’est associé avec Shredder et son terrible clan Foot. Suite à sa trahison, ils vont devoir faire équipe avec les Tortues afin de trouver un moyen de le ramener à la raison et d’empêcher la destruction du monde des mains de Rita Repulsa et de l’ennemi juré des quatre frères. 

Les plus grands enfants savent que Power Rangers et Tortues Ninja se sont déjà croisés dans les années 90. Véritable déclaration d’amour aux Rangers et aux Tortues, Power Rangers & Tortues Ninja capture l’essence des uns et des autres, de leurs fratries respectives à leurs galeries de vilains tous plus terribles les uns que les autres.

Magnifié par le dessin de Simone Di Meo, véritable révélation de ce début de décennie, et brillamment mis en scène par Ryan Parrott, Power Rangers & Tortues Ninja délivre l’un des meilleurs crossovers que vous aurez la chance de lire, et le plus beau, sans aucun doute. 

Avis : voilà un crossover qui fera plaisir à nombre de fans des deux franchises (Jonat se reconnaîtra et sera le premier en ligne pour se le procurer), TMNT et Powers rangers. Deux franchises assez bien gérées par leurs maisons d’éditions respectives, Boom et IDW aux USA, et qui ont su se construire au fil des années une base de fans fidèles entre bons runs et crossovers avec d’autres maisons d’éditions. 

DC s’est notamment prêté régulièrement à ce petit jeu, avec les différentes mini-séries Batman / TMNT et JLA/Powers rangers. En ce qui me concerne je ne suis pas encore parti aussi loin dans le territoire des crossovers inter-franchises. Oh, ça j’entends beaucoup de voix m’appelant (ressemblant beaucoup à celle de Jonat) et disant : »rejoins-nous, abandonne tout ton budget…

Mais non, je trace une ligne sur le sol que cette fois je ne franchirais pas. Peut-être…sans doute…je vais finir par craquer c’est ça ? (le guide VF, ou la longue chute d’un homme…). 

Verdict : à tester

À lire avant : apparemment, peut se lire de manière indépendante. 

INVISIBLE KINGDOM TOME 1

Date de sortie : 14 octobre  2020

Prix : 17.90€/

Scénario : G. Willow Wilson

Dessin : Christian Ward 

Sollicitation : Vess est une jeune « non-un » tout juste initiée et dévorée par une foi inébranlable dans l’enseignement de la Renonciation. Pilote de fret aguerrie au service de la méga-corporation Lux, Grix est son antithèse. Elle trace sa route de planète en planète, épaulée par un équipage téméraire. Tout bascule quand Vess, récemment nommée scriptorienne, et Grix, plongée dans son inventaire, tombent sur une information explosive…

Cette découverte fait planer un danger aussi grave qu’immédiat sur les deux femmes, une révélation qui menace de faire chanceler les fondations de leur univers. Willow Wilson (créatrice de Ms. Marvel) livre ici son magnum opus avec une histoire complexe, profonde et riche en émotions, épaulée par Christian Ward (Black Bolt, Machine Gun Wizards…), qui a réalisé des planches extraordinaires et son meilleur travail à ce jour.

Une histoire puissante, qui n’est pas sans évoquer le destin des lanceurs d’alerte, proposée aux États-Unis par Karen Berger, légendaire éditrice de Sandman, Watchmen et V pour Vendetta.

Avis : après The Savages Shores en août (encore une fois  au passage très recommandé), Hi Comics parvient encore une fois à mettre la main sur l’une des séries indépendantes les plus attendues de l’année en VF : Invisible Kingdom. La série, qui a déjà gagné un Eisner aux USA, fait parler d’elle depuis l’année dernière, notamment grâce à ses créateurs. 

D’un côté G.Willow Wilson, créatrice de Miss Marvel,  qui continue de naviguer entre comics et prose et qui s’attaque ici à quelque chose de plus porté sur la SF (alors que son domaine de prédilection est plus la fantasy) et de l’autre Christian Ward, dessinateur plus vraiment nouveau mais qui s’est plus fait connaître ces dernières années, notamment au travers de plusieurs projets chez Marvel (Black Bolt et il a également bossé sur le Thor de Jason Aaron) et qui dispose clairement d’un style visuellement unique. Le tout chapeauté par Karen Berger, notamment à l’origine de Vertigo…il était difficile de ne pas accoucher de quelque chose de qualité. 

Le pitch de départ est intriguant. On peut noter que comme souvent avec Wilson, la religion tient une place importante dans le récit, en apportant notamment des points de vue opposés sur le sujet. À voir le résultat final, en ce qui me concerne je suis curieux de découvrir le résultat. De mémoire, il me semble que 10 épisodes ont été publiés aux USA et que le titre s’achèvera au travers d’un graphic novel. 

Verdict : à tester. 

À lire avant : rien – début de série. 

PANINI COMICS

LE GANT DE L’INFINI (MUST-HAVE)

Date de sortie : 07 octobre  2020

Prix : 19,95 €, 272 pages, 

Scénario :  Starlin, 

Dessin :Pérez, Lim

Episodes : US Infinity Gauntlet (1991) 1-6, précédemment publiés dans MARVEL GRAPHIC NOVEL : LE GANT DE L’INFINI)

Sollicitation : Best of Marvel

La saga qui a inspiré Avengers : Infinity Wars et Avengers : Endgame ! Découvrez le combat, sans doute perdu d’avance, des Avengers, des Quatre Fantastiques et des X-Men face à Thanos, qui a réuni les terribles Joyaux de l’Infini !

Avis : réédition dans la nouvelle collection Must Have de Panini de la saga incontournable Infinity Gauntlet. À la différence d’autres épisodes publiés dans cette collection, dans le cadre du catalogue Marvel c’est effectivement à posséder. Jim Starlin signe sans aucun doute l’un de ses travaux les plus célèbres, avec une mini série qui a marqué son temps, au point effectivement de servir de base aux films Marvel récents. 

Cela faisait alors des années qu’il développait un peu dans l’ombre son histoire sur le personnage de Thanos et Infinity Gauntlet est le résultat de tout ce travail. Il livre un comic-book épique dans tous les sens du mot et qui en plus a plutôt bien vieilli même 30 ans après sa sortie. 

Le seul regret que tous les lecteurs conservent est que Georges Perez n’ait pu être en mesure de tout dessiner…Parti en cours de réalisation de l’épisode 3, il passa la main à Ron Lim qui livra une prestation efficace…mais on était loin du grandiose de Perez. 

Enfin, je me demande si les autres volets de la saga Infinity de Starlin trouveront aussi leur place dans cette collection. Après tout, si je trouve Crusade assez médiocre, Infinity War reste une suite très efficace à Gauntlet. 

Verdict : à posséder – un vrai Must Have

À lire avant : peut se lire de manière indépendante – attention, se rappeler que ces épisodes sont sortis au début des années 90…donc l’univers Marvel était alors très différent. 

HULK : PLANÈTE HULK (MUST-HAVE)

Date de sortie : 07 octobre  2020

Prix : 19,95 €, 376 pages, 

Scénario : Pak,

Dessin : Pagulayan, Lopresti

Episodes : US The Incredible Hulk (2000) 92-105, Giant-Size Hulk et Amazing Fantasy (2004) 15, précédemment publiés dans MARVEL DELUXE : PLANÈTE HULK et 1 inédit)

Sollicitation : Best of Marvel

Pour se débarrasser de la menace que représente Hulk, les héros de la Terre l’exilent sur une planète lointaine où il pourra couler des jours paisibles. Mais au lieu de ça, le Géant Vert se retrouve sur une planète sauvage, forcé de mener des combats de gladiateurs. Retrouvez l’une des inspirations du film Thor : Ragnarok à prix serré, avec huit pages inédites !

Avis : autre bonne sélection de la part de Panini pour la collection Must Have. Autant les premiers choix sortis le mois dernier m’avaient laissés dubitatifs, autant cette semaine, je ne peux rien dire ! puisqu’après Infinity Gauntlet, ils proposent la réédition d’une des meilleures sagas Hulk de ces 15 dernières années, qui a remis en selle le personnage pour quelques années. Il faut dire qu’à l’époque, Hulk sortait du run de Bruce Jones et était clairement en recherche d’une nouvelle direction. 

C’est finalement le très bon Greg Pak, qui fut révélé au grand public avec ces épisodes, qui redynamisa les choses avec Planet Hulk. Un récit épique, bourré d’action, de développements, de twists et qui ne laisse pas souffler le lecteur une seconde. Il n’y a aucun temps mort et Pak maîtrise parfaitement son récit. On peut noter ainsi à la lecture qu’il a parfaitement cadencé les différentes étapes de son histoire, qui ne stagne jamais. L’auteur sait où il va et ne dévie pas une seconde de sa direction générale. 

C’était à l’époque un vent de fraîcheur pour le personnage de Hulk, qui développait au passage une nouvelle personnalité, un nouveau cast, de nouveaux ennemis et s’achevait de manière assez marquante, établissant le futur World War Hulk. Bref, de très bons épisodes de Hulk !

Verdict : à posséder 

À lire avant : rien – peut se lire de manière indépendante. 

ANNIHILATION : LE FLÉAU

Date de sortie : 14 octobre  2020

Prix : 22,00 €, 200 pages

Scénario : Rosenberg, Abnett, 

Dessin :Garcia, Ramírez

Episodes : US Annihilation Scourge: Alpha, Annihilation Scourge: Nova, Annihilation Scourge: Fantastic Four, Annihilation Scourge: Beta Ray Bill, Annihilation Scourge: Silver Surfer et Annihilation Scourge: Omega, inédits)

Sollicitation : 100% Marvel, 

Le retour du Cancervers. L’une des pires menaces cosmiques refait des siennes dans la Zone Négative, la faute à un vilain inattendu. Les Quatre Fantastiques, Nova, le Silver Surfer et Beta Ray Bill suffiront-ils à l’arrêter ? Nouveau chapitre de l’un des événements cosmiques les plus appréciés des lecteurs.

Avis : pas vraiment d’avis sur ces épisodes que j’ai évité au moment de leur sortie puisque écrit par Matthew Rosenberg. En 2019, Marvel a tenté de relancer pas mal d’initiatives autour de franchises ou titres connus. Ainsi, on a eu en même temps que ce retour d’Annihilation, tout un bazar autour de 2099…

Il s’agissait sans doute plus d’exploitation de licence qu’autre chose…mais Steve m’a surpris en m’indiquant que le titre était en réalité de qualité…malgré son auteur. Et pour les quelques épisodes de Guardians of the Galaxy signés Al Ewing que j’ai pu lire, on dirait bien que ces numéros vont avoir de sacrés répercussions sur Richard Rider. 

Du coup…un bon hommage à l’excellente saga Annihilation, un rôle clé donné au meilleur Nova…tout cela donne envie, et puis on voit le rapport nombre de pages / prix et on va chercher autre chose…ou la VO…

Verdict : à lire si vous en avez les moyens. 

À lire avant : connaître un peu l’univers cosmique de Marvel et la première saga Annihilation ne va pas faire de mal. 

DAREDEVIL T02

Date de sortie : 14 octobre  2020

Prix : 17,00 €, 112 pages

Scénario : Zdarsky, 

Dessin :Sharma, Fornés

Episodes : US Daredevil (2019) 6-10, inédits)

Sollicitation : 100% Marvel, 

Après le terrible incident du premier volume, Matt Murdock a décidé de tourner le dos à la carrière de super-héros. Mais l’absence de Daredevil donne de l’assurance aux criminels et pourrait mettre ces résolutions à dure épreuve. D’autant que l’inspecteur Cole North n’a pas du tout l’intention d’abandonner son enquête sur le Diable de Hell’s Kitchen.

Avis : arrghhhh, que j’aimerais dire uniquement du bien de ce second tome de Daredevil qui présente la suite du run de Chip Zdarsky sur la série ! oui, j’aimerais, mais autant lâcher le morceau…préparez vos yeux, car Marvel a décidé je ne sais pas trop pourquoi de couler la série pendant 4 épisodes avec un artiste…pas franchement au niveau. Je ne veux pas être méchant, mais oui, c’est visuellement très moche, avec un artiste incapable de maintenir les modèles visuels de ses personnages de page en page…voire de case en case…

Après le très bon Marco Checchetto sur le premier tome…ça pique vraiment. Heureusement la toute fin du tome est sauvée par Jorge Fornès, vu récemment sur le Batman de Tom King, qui permet de bien retranscrire l’éclat du scénario de Zdarsky sur cet épisode, qui sert de climax à ce second arc et va amener Matt à faire de nouveaux choix…pas vraiment avisés ! 

Si le dessin est inégal, le scénario de Zdarsky reste lui une franche réussite alors qu’il amène ses personnages dans une toute nouvelle direction. Au fond, 3  personnages sont au centre du run de l’auteur : Matt, qu’il écrit comme bourré de défauts, faisant des erreurs, mais essayant de les réparer, d’apprendre…pour au final en commettre de nouvelles…Un traitement qui ne marcherait pas avec un autre super-héros Marvel, mais qui lui convient parfaitement, car c’est exactement le personnage établi depuis Miller/Nocenti/Bendis/Brubaker. Matt est loin d’être parfait et c’est aussi pour cela qu’il est aussi attachant. 

Les deux autres personnages bien mis en avant son clairement d’une part Wilson Fisk, l’ancien Kingin de New York qui après ce qui est arrivé à son ennemi juré, décide de donner une nouvelle direction à son existence et va faire en sorte de monter …dans la chaîne alimentaire pour se rendre compte que le monde compte quelques prédateurs bien plus dangereux que lui. C’est une direction intéressante, presque inédite pour le personnage, qui va d’un côté tenter de s’intégrer dans un nouveau monde où il n’est pas respecté…et de l’autre doit gérer ses anciens instincts toujours bien présents. 

Enfin, dernier personnage qui va prendre de l’ampleur : Cole North qui doit assumer les décisions qu’il a prise dans le premier tome et les retombées sont lourdes, tant d’un point de vue morales que professionnelles, car il se rend compte qu’il n’a pas toutes les réponses et qu’il est désormais en danger…car il n’est pas franchement très populaire auprès de ses collègues. 

Encore une fois, ce run est sans aucun doute l’un des meilleurs sur la série Daredevil depuis 20 ans. Un run sombre, ultra bien rythmé qui ne se repose jamais sur ses lauriers et fait évoluer le statut quo d’épisode en épisode. 

Verdict : à posséder – un grand run, voire un futur classique

À lire avant : le premier tome par Zdarsky !

FANTASTIC FOUR T04

Date de sortie : 14 octobre  2020

Prix : 17,00 €, 112 pages

Scénario : Slott, Duggan, Carey, 

Dessin :Izaakse, Caselli

Episodes : US Fantastic Four (2018) 12-13, Fantastic Four: 4 Yancy Street, Fantastic Four: Negative Zone, inédits)

Sollicitation : 100% Marvel, 

Ben Grimm et Alicia tentent de profiter de leur lune de miel sur une île paradisiaque… Mais c’est forcément trop demander ! Vous êtes prêts pour le combat du siècle entre Hulk et la Chose ? En plus, deux histoires complètes se déroulant sur Yancy Street… et dans la Zone Négative.

Avis : nouveau tome un peu fourre tout pour Fantastic Four, avec d’un côté la suite du run de Dan Slott avec deux épisodes de la série régulière et de l’autre, deux one shot assurés par d’autres équipes créatives. Concernant les deux épisodes de FF, il s’agit d’un petit arc complet qui voit Ben et Alicia partir en lune de miel et qui …est très sympa honnêtement. 

Je me souviens que le temps de ces quelques numéros, j’avais réussi à enfin me raccrocher à ce run, qui me laisse assez froid autrement. On voit encore une fois combien Slott sait écrire le personnage de Ben, que c’est son personnage favori, si bien que ces deux épisodes apparaissent bien plus réussis en comparaison des quelques autres que j’avais pu lire auparavant. 

Le scénario est sur le fond assez classique avec une nouvelle confrontation avec Hulk, version Immortel cette fois…avec bien évidemment un petit twist derrière. Mais même classique, Slott pose bien les enjeux personnels pour Ben et Alicia derrière et du coup, il y a une vraie tension, un vrai suspense derrière un combat pourtant vu mille fois. 

Le tout est d’ailleurs très bien servi par Sean Izaakse qui signe des pages super-dynamiques qui servent bien ce combat. Certaines sont vraiment très sympas à admirer. 

Verdict : à lire 

À lire avant : rien – s’inscrit dans le run de Slott mais est accessible. 

SPIDER-MAN NOIR : AU CŒUR DE LA GRANDE DÉPRESSION (NOUVELLE ÉDITION)

Date de sortie : 14 octobre  2020

Prix : 32,00 €, 256 pages

Scénario : Sapolsky, Hine, 

Dessin :Di Giandomenico

Episodes : US Spider-Man Noir 1-4, Spider-Man Noir: Eyes Without a Face 1-4, Edge of Spider-Verse 1, Spider-Verse: Team-up 1 (II), Spider-Geddon: Spider-Man Noir Video Comic, nouvelle édition)

Sollicitation : Marvel Deluxe, 

En 2009, Marvel lance une ligne de comics qui imagine ses héros dans une ambiance de Polar. La version de Spider-Man, créée par le Français Fabrice Sapolsky, obtient un tel succès qu’elle finit par apparaître dans le dessin animé Spider-Man : New Generation. Voici une nouvelle édition de l’album recueillant les deux mini-séries consacrées au personnage.

Avis : pas d’avis, je signale juste la sortie. 

Verdict : pour ceux qui sont intéressés par cette version de Spider-Man. 

À lire avant : rien – peut se lire de manière indépendante. 

SECRET WARS

Date de sortie : 14 octobre  2020

Prix : 32,00 €, 328 pages

Scénario : Hickman, 

Dessin :Ribić

Episodes : US Free Comic-Book Day 2015 (Secret Wars), Secret Wars (2015) 1-9, précédemment publiés dans MARVEL NOW! : SECRET WARS)

Sollicitation : Marvel Deluxe, 

Le Multivers est détruit. Il ne reste plus que le Battleworld, un monde unique créé avec des fragments de réalités sauvées par Fatalis, devenu Dieu. Mais une poignée de héros survivants de l’ancien monde réapparaissent. Découvrez le giga-événement signé Jonathan Hickman, l’architecte de House of X/Powers of X, et Esad Ribić (King Thor).

Avis : alors que Panini continue de rééditer le run de Jonathan Hickman sur les séries Avengers en format deluxe, ils impriment cette semaine la version deluxe également de Secret Wars, qui peut être considéré à juste titre comme la véritable conclusion du travail du scénariste non seulement sur cette franchise, mais également sur tout ce qu’il avait fait chez l’éditeur à ce stade. 

On retrouve en effet, nombre de personnages ou de sous intrigues qu’il avait commencé à utiliser depuis Secret Warriors ou encore Fantastic Four qui viennent jouer un rôle ici. En fait, par moment, l’affrontement contre Doom, nouveau dieu de Battleword…fait plus figure de conclusion à son travail sur les FF qu’autre chose. Au-delà, cette nouvelle Secret Wars rend évidemment hommage à la première publiée en 85/86 par Jim Shooter, et l’on voit quelques références ici ou là installées de manière assez maligne. 

L’ensemble du récit est avant tout une réalité alternative construite autour de la personnalité de Doom, qui a recréé l’univers avec ce qu’il restait du multiverse et les derniers survivants se rappelant de l’ancien multiverse essayant de ramener le statut quo. Le récit est bien mené dans sa globalité, avec encore une fois quelques moments à la fois épiques mais aussi touchants. La dernière confrontation entre Doom et Reed est particulièrement marquante à ce titre. J’aime aussi beaucoup le fait que Doom se soit quelque part “attribué” la famille de Reed dans la nouvelle réalité qu’il a créé, démontrant toute l’envie qu’il ressent pour son ennemi. 

On regrettera cependant le manque de conséquences réelles sur l’univers Marvel. Fidèle à leurs habitudes, les responsables de la maison d’édition ont tout fait pour limiter les évolutions qui sont en réalité négligeables. La conclusion du récit de Hickman ne servant que d’excuse pour un nouveau relaunch. Certes, ils ont tenté de bousculer les choses avec All new, All different, sauf que les changements de statut quo n’étaient pas le résultat d’une réelle évolution. 

Ils étaient tous plantés comme un fait accompli à l’occasion du relaunch, sans être amenés d’une quelconque manière organique, avec parfois des incohérences assez étranges. Peter Parker est ruiné avant Secret Wars, Peter est multi-milliardaire quelques mois après… Certes, les scénaristes ont tenté d’expliquer les choses après coup…mais sans grande conviction. 

Il faut donc vraiment plutôt apprécier Secret Wars en tant que tel, plutôt que d’en espérer un quelconque développement dans la durée. Par ailleurs, si vous suivez son run sur les séries Avengers en deluxe, c’est indispensable. 

Verdict : très bon pris de manière isolée. 

À lire avant : le run d’Hickman sur Avengers et New Avengers. 

SECRET INVASION (NOUVELLE ÉDITION)

Date de sortie : 14 octobre  2020

Prix : 32,00 €, 272 pages

Scénario : Bendis, 

Dessin :Yu

Épisodes : US Secret Invasion Prologue, Secret Invasion 1-8, nouvelle édition)

Sollicitation : Marvel Deluxe, 

Les Skrulls ont envahi la planète et remplacé des héros sans que personne ne s’en aperçoive ! Alors que la résistance s’organise, à qui les héros peuvent-ils faire confiance ? L’un des événements les plus importants de l’univers Marvel, signé Brian Michael Bendis (House of M) et Leinil Francis Yu (X-Men) est réédité.

Avis : encore une réimpression d’un event Marvel après Secret Wars, avec cette fois Secret Invasion qui revient en deluxe. Je ne vais pas trop m’étendre car nous en avons déjà parlé à de nombreuses reprises. Je dirais que presque 15 ans après sa parution, je reste globalement assez déçu par cet event, même avec le recul. L’event était le climax d’une intrigue que Bendis développait alors depuis presque 3 ans dans New Avengers pour un résultat loin d’être grandiose. 

C’est presque comme si une fois toute la mise en place effectuée, et ce de manière très réussie, il avait juste complètement oublié d’avoir une histoire. Il y une base bien évidemment, mais rien au delà.  Dès l’épisode 2, on se rend compte que la machine tourne à vide et que l’auteur doit meubler avant d’en arriver à la bataille finale qui réunit encore une fois tous les héros disponibles. Dans le fond,  on le voit simplement reproduire en moins bien la structure narrative de House of M. 

Tout cela pour simplement mettre en place le statut quo suivant, le final servant de base à Dark Reign, dont la fondation était quelque peu capilotractée…Bref, si vous ne l’avez pas lu, je vous conseillerai de l’essayer tout de même, car c’est une plaque tournante du run de Bendis dans les années 2000. Mais en termes de contenu, c’est assez pauvre et annonce le déclin de Bendis de manière générale. 

Verdict : à lire tout de même – mais n’est pas incroyable. 

À lire avant : le run de Bendis sur New Avengers et Mighty Avengers. 

NICK FURY : L’INTÉGRALE 1990-1991

Date de sortie : 14 octobre  2020

Prix :  32,00 €, 224 pages

Scénario : Chichester, 

Dessin :Trimpe, Guice

Episodes : US Nick Fury Agent of SHIELD (1989) 15-23, précédemment publiés dans Nick Fury (VI Sémic) 8-9 et 5 inédits)

Sollicitation : Marvel Classic,

Sixième intégrale consacrée à Nick Fury, le fondateur et directeur du S.H.I.E.L.D. Fury affronte des ennemis sur la Lune avec l’aide des Quatre Fantastiques, avant d’affronter l’Hydra et le Baron Strucker. Point fort de cet album : cinq épisodes inédits en France !

Avis : suite de la réédition de la série Nick Fury de la fin des années 80/ début des années 90 en intégrales. J’avais beaucoup aimé les précédents tomes en grande partie grâce au travail de Bob Harras au scénario qui avait redonné un nouveau souffle à la série et au personnage notamment dans le cadre de la mini-série Nick Fury VS SHIELD (intégrale 88). 

Par contre, on pouvait voir dès l’intégrale 1989 que sans lui, le titre devenait assez rapidement un bouquin assez lambda, un sous G.I.Joe sans grande imagination et j’ai bien peur que maintenant que nous abordons toute la période post Harras, c’est tout ce à quoi nous allons avoir droit. Déjà en termes d’intrigues, nous pouvons constater que le titre est mis sous perfusion super-héroïque, avec des apparitions annoncées des FF et je ne pense pas que ce soit la dernière fois ! La partie la plus intéressante, à savoir la partie espionnage propre à Fury semble être un peu mise sous le tapis à cette occasion. 

Par ailleurs, même si l’équipe artistique est bien composée, entre le vétéran Herb Trimpe (notamment connu pour son long run sur Hulk dans les années 70) ou encore Butch Guice, j’ai quelque peu peur des scénarios de D.G.Chichester…qui ne bénéficie pas de la meilleure réputation en tant qu’auteur. 

Verdict : à lire. 

À lire avant : nouveau run qui démarre ici – donc un bon point d’entrée !

X-MEN : L’INTÉGRALE 1994-1995

Date de sortie : 14 octobre  2020

Prix : 35,00 €, 328 pages

Scénario : Lobdell, Nicieza, 

Dessin :Kubert

Episodes : US Uncanny X-Men (1963) 318-321, X-Men Unlimited (1993) 6-7, X-Men (1991) 38-41, Cable (1993) 20, précédemment publiés dans Spécial Strange 103-104, X-Men (Sémic) 17-20, X-Men Saga 23, BEST OF MARVEL : L’ÈRE D’APOCALYPSE – PRÉLUDE)

Sollicitation : Marvel Classic, 

Découvrez les derniers instants de la vie des X-Men avant le début de l’ère d’Apocalypse ! Légion, le fils du professeur Xavier, veut remonter le temps afin de tuer Magnéto. Mais ses actions vont avoir des conséquences inattendues. Un chapitre essentiel de la saga des mutants…

Avis : suite de la réédition des principales séries X-Men en intégrale, alors que nous attaquons la période 1994/1995 et un nouveau crossover avec le prélude à Age of Apocalypse, saga qui voyait David Haller, fils de Xavier remonter le temps pour butter Magneto et s’assurer que le rêve de Xavier s’impose quelque part par défaut…sauf que comme vous le savez, les choses n’ont pas vraiment fonctionné ainsi !

Le crossover occupe l’essentiel de l’intégrale, et pour moi qui ai acheté le best of il y a des années, ce volume publié cette semaine n’a guère d’intérêt en fait. En effet les seuls épisodes inédits sont un épisode d’Uncanny X-Men, le numéro 318,  et les deux épisodes d’X-Men Unlimited. 

L’épisode d’Uncanny X-Men est loin d’être fondamental, puisqu’il met juste en scène le départ de Jubilee du manoir des X-Men pour rejoindre Generation X (tiens à quand une intégrale Panini ?). Cela peut paraître important, sauf que cela faisait un moment que Jubilee ne jouait plus un grand rôle dans la série X-Men. Une fois Claremont parti, elle a fait un peu beaucoup tapisserie, avant de retrouver, pendant un temps, une place dans Generation X justement. Après…a commencé pour elle une longue traversée du désert, émaillée de quelques vampires (désert, vampires…) 

Quant aux épisodes d’X-Men Unlimited…nous savons tous que cette série était hautement dispensable au dernier degré. Donc, même mon côté complétiste ne peut justifier que je doublonne avec le Best of…

Sur le fond, l’arc prélude à Age of Apocalypse en lui-même, est essentiel et fortement recommandé si vous voulez comprendre ce qui se passe dans l’intégrale suivante…On reparlera rapidement d’ailleurs de la manière dont Panini veut rééditer ce grand crossover. 

Verdict : à lire 

À lire avant : au moins les intégrales précédentes avec le run Lobdell/Nicieza et si possible le crossover Muir Island saga qui marquait la fin du run de Claremont sur Uncanny X-Men et surtout était la dernière apparition de Legion avant cet arc. 

X-MEN : L’INTÉGRALE 1985 (I) (NOUVELLE ÉDITION)

Date de sortie : 14 octobre  2020

Prix : 35,00 €, 304 pages

Scénario : Claremont, 

Dessin :Romita Jr, Windsor-Smith

Episodes : US Uncanny X-Men (1963) 189-198, Annual 7, nouvelle édition)

Sollicitation : Marvel Classic, 

Réédition attendue de la neuvième INTÉGRALE des X-Men, avec les débuts de Nemrod et le retour de Fatalis, ainsi que les magnifiques épisodes concernant Tornade, illustrés par Barry Windsor-Smith.

Avis : suite de la réimpression des intégrales X-Men, avec l’année 1985 qui revient en librairie ! au programme l’excellente saga Kulan Gath, l’arrivée de Nemrod, ou quand Claremont décide de faire évoluer le concept des sentinelles, l’apparition de Power Pack, le retour des Morlocks (et Xavier en tenue SM, comment résister !) et bien entendu Life Death II, qui voit le retour de Barry Windsor Smith ! un programme assez riche, où Claremont se concentre davantage sur certains personnages en particulier, chaque ayant sa sous intrigue.

Il continue ainsi de développer l’arc de Rachel Summers dans le décor, Colossus est également très présent et il marque une nouvelle évolution de Storm qui revient sur le continent Africain pour renouer avec ses racines, alors qu’elle traverse une grave crise suite à la perte de ses pouvoirs. Nous arrivons aussi,  de nouveau, à la veille d’un grand tournant de la série, l’épisode 2000 qui va bousculer le statut quo, et Claremont multiplie les sous intrigues dans tous les coins.

Une période riche, un peu disjointe en termes de cohésion de l’équipe mais incroyablement dynamique, et superbement illustrée par un John Romita Jr alors à son sommet ! Les années 80 demeurent sans doute la meilleure période de l’artiste, entre Iron Man, X-Men, Daredevil et un peu de Spider-Man…son style était alors je trouve parfaitement équilibré et surtout sa mise en page était particulièrement inspirée. 

Verdict : encore une fois indispensable, mais faites attention à la traduction !

À lire avant : les précédentes intégrales du run de Claremont donc depuis 75…oui, ça fait beaucoup, mais ce run forme un tout qu’il est difficile de dissocier. 

DARK VADOR T02 : LA GUERRE SHU-TORUN

Date de sortie : 14 octobre  2020

Prix :  32,00 €, 248 pages

Scénario : Gillen, 

Dessin :Larroca

Episodes :  US Darth Vader 16-25, précédemment publiés dans 100% STAR WARS : DARK VADOR 3-4)

Sollicitation : Star Wars Deluxe,

Au lendemain des événements de l’album Vador : Abattu, l’Empereur confie à Dark Vador une nouvelle mission. Il devra pacifier la planète Shu-Torun sur laquelle se trouvent des ressources inestimables pour l’Empire. Vador va devoir travailler avec Cylo-V, mais cette entente peut-elle durer bien longtemps ?

Avis : suite et fin de la réédition du run de Kieron Gillen sur la série Dark Vador en format deluxe (décidément cette semaine, c’est la foire à la réédition deluxe) pour la quoi ? 150e fois ? j’ai l’impression d’avoir chroniqué ce run un nombre de fois incroyable, entre la publication en mag dans un premier temps, puis la réédition en 100%, puis la réédition en absolute…et y a pas eu une version omnibus dans le coin aussi ? et donc finalement deluxe. À ce stade, si vous n’arrivez pas à trouver la série, vous le faites un peu exprès…

Sur le fond, ben je n’ai pas changé d’avis, nous avons là un XXX de bon run. Un travail qui m’a permis de me réconcilier avec les séries signées Kieron Gillen, ce qui n’était pas une mince affaire (mais depuis avec les excellentes Once and Future et Die, ça va beaucoup mieux !) à l’époque alors qu’il sortait d’un run que je n’avais guère apprécié à la fois sur Iron man et avant sur les X-Men (mais bon, tout le monde se plante sur les mutants, donc…). Gillen avait parfaitement compris la psychologie de Vador et savait le servir de manière avantageuse. 

Le tout fonctionne autour d’une intrigue simple mais bien menée alors que Vador fait son possible pour sécuriser sa position dans l’Empire suite à sa déconfiture face à la rébellion à la fin de l’épisode IV. Et après sa première année sur le titre et surtout après le crossover Vader down qui a vu le personnage décimer les rangs de la résistance…ça va beaucoup pour lui ! 

Maintenant qu’il a retrouvé sa position, voire plus, il se voit confier de nouvelles missions bien plus essentielles, avec une petite guerre derrière. C’est toujours bad ass, bien rythmé avec des personnages créées par Gillen qui marquent son run et entourent bien Vador. Bref, un bon gros indispensable, si vous ne l’avez pas déjà. 

Verdict : à posséder 

À lire avant : le premier tome et le crossover Vador abattu.

A propos Sam 1994 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

1 Comment

  1. J´adore comment même quand il me flatte Sam arrive à me mettre des quiches à la figure.^^
    Honnêtement, le crossover MMPR/TMNT n´est pas un indispensable loin de là. Pareil pour les cross avec Batman ou la JLA. Économisez votre argent là dessus et privilégiez d´autres titres.
    Les séries TMNT et MMPR valent le coup individuellement mais les crossovers c´est vraiment du fan service et ça n´apporte rien créativement parlant.
    C´est pas mauvais en soit. Ça reste correctement écrit et joli dans l´ensemble mais il y´a tellement de séries qui sortent chaque mois et le budget n´est pas illimité.
    Privilégiez largement le tome de Daredevil ce mois ci par exemple.

Répondre à jonat Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.