Guide de lecture Comics VO : semaine du 1er janvier 2020

Edito : après la VF, nous débutons également la nouvelle année du côté de la VO cette semaine. Et après une année 2019 que je juge personnellement de bonne qualité avec de très bons bouquins un peu partout, mais avec des contrastes dans la situation individuelle de chaque éditeur, nous allons débuter une année charnière pour l’industrie : 

  • Marvel semble ne pas vouloir ralentir entre ses relaunchs et ses events et nous voyons clairement en ce début d’année 2020 que ce sont les nouveaux auteurs comme Donny Cates, Al Ewing et Chip Zdarsky qui vont mener la charge. Il faudra également que la maison confirme le succès de Dawn of X dans la durée. C’est en général là que les problèmes apparaissent pour Marvel : maintenir un succès plus de 6 mois. 
  • DC…ahhh DC…quand je parlais de situation contrastée selon les éditeurs…si la maison d’édition a sorti de très bons bouquins l’année dernière, on sent quand même que la ligne principale ne suscite pas tant d’intérêt que cela.

    En fait à ce jour, on dirait que la ligne historique portée par Geoff Johns est en train de mourir, tandis que deux camps s’affrontent : d’un côté Bendis qui a créé son propre micro univers de poche DC au sein de la maison et de l’autre, le clan Snyder/Tynion IV/Williamson qui pilote …ben tout le reste ?

    Alors que DC prépare son 5G, il va être intéressant de voir comment ces deux visions différentes évoluent. Et pour le moment je préfère ne pas porter de jugement sur ce que sera potentiellement 5G tant que nous n’aurons pas plus d’informations. Mais il faudrait à un moment que tout ce petit monde s’interroge pour savoir comment il se retrouvent à rebooter leur univers pratiquement pour la 3e fois en seulement 10 ans (rebirth étant un mini reboot tout de même). 
  • du côté de l’indé, après plusieurs années difficiles, on sent un début de résurgence depuis quelques mois…mais pas vraiment chez Image,…Boom a clairement le vent en poupe, Dark Horse développe de nouvelles franchises et d’autres se font entendre. Du côté de chez Image, on va surtout ressusciter de vieilles gloires en 2020…ce qui me fait dire que la grande période de créativité qui avait marqué le retour d’Image au début des années 2010 est vraiment terminée…

Bref, tout cela pour dire…que nous n’allons pas manquer de lectures en 2020…

Sorties de la semaine : une petite semaine avec quelques grosses sorties : 

  • chez DC, le retour du titre Black Label Joker Harley criminal Sanity et la suite de Lois Lane !
  • chez Marvel, les relaunchs de Star Wars et Thor et les suites de Daredevil de Chip Zdarsky et le X-Men de Hickman !

Emission de la semaine : une seule émission au programme cette semaine : 

  • vendredi à partir de 21h toujours sur Mixlr, nous ferons un bilan de la VO 2019, avant la reprise de nos émissions normales la semaine prochaine ! 

DC COMICS

JOKER HARLEY CRIMINAL SANITY #2 

Prix : $5.99

Scénario : KAMI GARCIA

Dessin :MIKE MAYHEW and MICO SUAYAN

Sollicitation : Jim Gordon and the GCPD have turned to profiler Harley Quinn for assistance. She’s intrigued by the level of care and detail this new, depraved serial killer is putting into his crime scenes; there must be clues to his pathology in his artful staging. His level of meticulous preparation is unusual, but will it lead to or help delay his capture?

Avis : suite attendue de cette mini série Black Label portée par des auteurs exceptionnels et un pitch digne d’un film de serial killer des années 90. En fait, on sent bien à la lecture du premier épisode que l’autrice s’est positionnée avant tout dans le genre policier et pas vraiment dans le genre super-héroïque. Elle utilise les noms de personnages connus dans le cadre d’une enquête et le serial killer est simplement le joker. 

Visuellement c’était magnifique et l’alliance entre Mayhew et Suayan, tous deux adeptes d’un style photo réaliste, fonctionnait vraiment car chacun travaillait sur une séquence différente. Entre Mayhew qui bossait sur les flashbacks et le passé du personnage principal et Suayan dans un style sombre et peu coloré centré sur le présent et l’enquête. Le premier épisode constituait un très bon départ qui donnait envie d’aller voir la suite. 

Une suite qui a mis du temps à se manifester. Le titre, comme d’autres dans le Black Label…et chez DC de manière générale, a connu ainsi plusieurs reports. Si bien qu’il y a pratiquement 3 mois entre l’épisode 1 et l’épisode 2. Il est étrange qu’il y ait de tels délais alors que les titres Black Label ne sont justement pas soumis aux contraintes d’une publication mensuelle permanente 

Ne serait-il pas plus simple d’attendre que chaque bouquin soit bien avancé avant de le lancer ? Vu le succès de la ligne en 2019 et sûrement en 2020, je pense que DC peut se le permettre. 

Verdict : Buy

JUSTICE LEAGUE DARK #18

Prix : $3.99

Scénario : James Tynion IV 

Dessin : ALVARO MARTINEZ BUENO and RAUL FERNANDEZ

Sollicitation :  It’s Wonder Woman versus Circe in an all-out brawl for the fate of the magical world! Does the Justice League Dark stand a chance against their evil counterparts ? Maybe, but one of our heroes will have to make a deal with their greatest enemy to secure a power that could turn the tide of this Witching War! Will it be enough ? Find out in the thrilling conclusion to this tale !

Avis : est-ce juste moi où James Tynion IV a tendance à utiliser souvent les mêmes astuces narratives ? à savoir acculer le ou les personnages face à une menace apparemment invincible? les forçant à forger une alliance ou demander de l’aide à un ennemi pour régler le problème du jour en reportant à demain le problème posé par le fait que l’on a sollicité un vilain pour s’en sortir. 

Si jusque là cela ne me dérangeait pas, le fait que nous en sommes au 3e arc de cette série et que c’est…la 3e fois qu’il s’en sert. J’ai comme l’impression que l’auteur ne sait pas résoudre autrement les conflits qu’il met en place et ne sait pas mettre en danger ses personnages d’une autre manière. Ce qui est assez inquiétant alors qu’il s’apprête à reprendre Batman. 

Et si vous vous en souvenez? je n’avais que des louanges pour la série jusque là et j’attendais et attends toujours beaucoup de son run sur Batman, mais à force de lire ses séries, je commence à détecter des tics d’écriture dont j’espère qu’il va se débarrasser. 

Verdict : Buy

LOIS LANE #7

Prix : $3.99

Scénario : Greg Rucka 

Dessin : Mike Perkins 

Sollicitation : Someone wanting to kill Lois Lane is nothing new for the famed reporter, but is it because of something she knows or something she’s about to uncover? Plus, this issue ties to the events of December’s Superman #18 and the gigantic status quo shift for both Lois and her husband, Superman, when the Man of Steel decides to reveal his identity to the world.

Avis : suite de la série Lois Lane qui…encore une fois doit gérer les répercussions d’événements survenus dans la série Superman. On en viendrait presque à croire qu’il se passe des choses dans le run de Bendis…oui, je sais je n’y crois pas non plus, mais le fait est que l’auteur a mine de rien bien chambouler l’univers du personnage en un an. En fait, on peut même dire que tous les éléments issus du Rebirth semblent avoir été jeté par la fenêtre. Mais bon, je ne lis pas ce run, donc je ne vais pas juger, peut être qu’il s’en sort bien ? qui sait ? 

Sur le fond, c’est tout de même un changement important que Rucka doit gérer ici, même si je suis certain que ce n’est que temporaire. Et avant que l’on ne me pose la question, non je n’ai pas lu le numéro en question  de Superman qui apparemment change le statut quo. Je n’en ai pas eu besoin, puisque DC a spoilé la chose depuis des mois…reportez vous à une sollicitation de janvier ou février, vous verrez de quoi je parle. Et malgré cela je n’ai pas l’impression que cela fasse beaucoup de vagues. 

Pour en revenir à Lois Lane, j’apprécierais que Rucka puisse un minimum écrire ses propres intrigues plus d’un moi d’affilée, car cela fait un moment qu’il n’a pas pu faire avancer ses histoires. De fait, on a un peu de mal à se souvenir en quoi c’est important maintenant…

Verdict : Buy malgré tout. 

MARVEL COMICS

DAREDEVIL #16

Prix : $3.99

Scénario : Chip Zdarsky 

Dessin : Jorge Fornes 

Sollicitation : The Devil of Hell’s Kitchen returns ! As Matt Murdock rekindles his alliance with Elektra, Kingpin plans to rekindle some alliances of his own…

Avis : ARRRGGHHH !!! mais quel run, mes amis, mais quel run ! Chip Zdarsky continue d’impressionner dans sa gestion de la destinée tant de Matt Murdock que de Wilson Fisk qui malgré le fait qu’ils aient pris des chemins différents au cours des derniers mois…se retrouvent désormais avec les mêmes ennemis. Et alors que Matt semble repartir dans le même cycle de violence, et d’erreurs…On peut sentir que l’ancien Caïd va reprendre le chemin de la guerre dans pas longtemps !

En fait, on voit bien que Zdarsky ajoute pas mal de strates à ses personnages, surtout le Caïd qui n’apparaît plus comme cette force de la nature qu’il était par le passé. Après avoir réussi à quitter sa vie de crime, comme Matt sa vie de Daredevil, il se voit désormais confronter aux limites de ce choix qui l’ont privé d’une bonne partie de ce qu’il était et surtout ce qui le rendait redoutable par le passé. Du coup…comme pour Matt, le scénario ne lui propose qu’une seule option : redevenir celui qu’il était. 

C’est fascinant de voir comment le scénariste est parvenu à mettre en scène ce cycle sans fin, d’en montrer toute la tragédie et surtout le côté inéluctable. Ces personnages ne peuvent échapper à leur nature et ils y retournent en permanence souvent avec pas mal d’erreurs le long  de la route. 

Verdict : BUY –  un grand run. 

DOCTOR DOOM #4

Prix : $3.99

Scénario : Christopher Cantwell

Dessin : Salvador Larroca 

Sollicitation : As his homeland is invaded by foreign adversaries, DOCTOR DOOM continues to be hunted, and on his own. But his conviction strengthens as he further embraces a possible future where he becomes the savior of all humankind. In order to confront those who have set him up as a global criminal, Doom will fight his way through the doors of the spy organization A.I.M, where he’ll battle his would-be assassin TASKMASTER, and match wits with one of the biggest brains in the universe… M.O.D.O.K. Meanwhile, a forgotten and bereft hero of the past will suddenly rise on the geopolitical stage.

Avis : suite de la sympathique série dédiée au Doctor Doom. Chaque épisode présente un nouveau défi pour le personnage pourchassé par toutes les autorités pour un crime que pour une fois, il semble ne pas avoir commis. Le scénario se montre efficace, il y a un bon rythme et jongle entre les aspirations de Doom, qui rêve d’une autre vie et la réalité où il est plus diminué que d’habitude, son génie l’ayant quelque peu déserté. 

Cela ne révolutionne rien et j’attends de voir où va la série avant de rendre un jugement définitif, mais pour l’instant c’est très correct. En parallèle, il est amusant de voir que Cantwell connaît bien sa continuité, ramenant dans le mix des personnages comme Morgane la Fey ou encore Kang pour alimenter un peu son cast tout en étant cohérent avec l’histoire de son personnage. Quoique je sois un peu surpris de la vie choisie par Morganne…

Je vois qu’après l’enfer dans le dernier épisode, cette fois, c’est le monde de l’espionnage qui va être à l’honneur, alors que Doom va aller chercher quelques réponses du côté de l’AIM. 

Verdict : Check it

HAWKEYE FREEFALL #1

Prix : $3.99

Scénario : Matthew Rosenberg 

Dessin : Otto Schmidt

Sollicitation :  ISSUE #1“ When a mysterious and ruthless new Ronin starts tearing a destructive path through the city, suspicion immediately falls on Hawkeye, but Clint has more to worry about than who’s wearing his old costume. After a clash with the Hood ends badly, Hawkeye gives himself a new mission that will place him in the crosshairs of one of New York’s most dangerous villains. Hawkeye’s mission and Ronin’s secret plans will set them on a collision course that only one of them will walk away from.

Avis : après Annihilation, Rosenberg récupère un autre projet cette semaine qui ne m’attire pas plus que les précédents. Je le signale donc plus par information qu’autre chose, le ton “décontracté” utilisé par l’auteur dans nombre de ses bouquins ne me correspondant pas, mais est peut être adapté à une mini série sur Hawkeye, en effet c’est assez dans la lignée du boulot de Fraction sur le bouquin, qui est révéré par beaucoup. 

Verdict : Check it 

PUNISHER SOVIET #3

Prix : $3.99

Scénario : Garth Ennis 

Dessin : Jacen Burrows 

Sollicitation : Valery Stefanovich has put himself on a collision course with The Punisher. The roots of this issue go back to Afghanistan in the 1980s where Valery spent time in the Russian Special Forces and some of the most horrific things you can imagine. Things that CHANGED him. Frank and Valery have so much in common, but that never bodes well, does it?

Avis : ahhhh, ben voilà ! après un premier épisode un peu mou qui avait un peu douché mon enthousiasme pour cette nouvelle maxi série, Garth Ennis s’est empressé de tous nous rassurer avec son second épisode. Le message était en effet clair : ne paniquez pas, voilà voilà on parle de guerre ! et cette fois, il va aborder un conflit qu’il a touché de manière assez légère voire presque pas jusqu’ici, à savoir la guerre d’Afghanistan. 

Non pas celle des années 2000/2010, mais celle des années 70, quand l’URRS avait décidé de rappeler au monde qu’ils avaient de grosses XXX en envahissant le pays. Parce que toutes les invasions de l’Afghanistan se sont historiquement toujours bien déroulées. Ennis résumait même assez bien la situation dans un arc de Punisher Max : on part faire la guerre en Afghanistan et tout le monde meurt…

Bref, en ce qui me concerne, je suis heureux, j’ai ce que je voulais, un bon gros comics de guerre par Garth Ennis avec Punisher dans le titre pour que ça vende plus. 

Verdict : BUY !!!

STAR WARS #1

Prix : $4.99

Scénario : Charles Soule 

Dessin : Jesus Saiz 

Sollicitation : « No…I am your father. » In the wake of the events following The Empire Strikes Back, it is a dark time for the heroes of the Rebellion. The Rebel fleet…scattered following a disastrous defeat at the Battle of Hoth. Han Solo…lost to the bounty hunter, Boba Fett, after being frozen in carbonite. And after being lured into a trap on Cloud City and bested in a vicious lightsaber duel against the evil Darth Vader, Luke Skywalker…learned the horrible truth about his past. Vader did not kill Luke’s father Anakin–Vader is Luke’s father! Now, after narrowly escaping the dark lord’s clutches, and wounded and reeling from the revelation, Luke, Princess Leia, Lando Calrissian, the Wookiee Chewbacca and the droids C-3PO and R2-D2 must fight their way back to the Rebel Alliance–for the fate of the entire galaxy is at stake! After so many losses is victory still possible?But, what Leia, Luke and their ragtag band of freedom fighters do not realize is that they have only traded one Imperial trap for another! Enter the cunning and vengeful Imperial Commander Zahra, at the helm of the Tarkin’s Will!

Avis : c’était pratiquement un miracle auquel Marvel a décidé de mettre fin. Après presque 6 ans sans interruption et 75 épisodes (soit un record pour Marvel), le titre Star Wars est relancé cette semaine et bizarrement je doute que ce nouveau numéro 1 atteigne les scores du précédent.  Pour ceux qui auraient oubliés, le lancement de la précédente série Star Wars, qui marquait le retour de la franchise chez Marvel après plus de 20 ans chez Dark Horse, avait établi le record de vente de la décennie avec plus d’un millions de copies écoulées. Un record que nous ne sommes pas prêt de renouveler de sitôt à mon avis. Non pas que la situation soit catastrophique, mais cela me semble compliqué…

Sur le fond, je vais personnellement passer mon tour. On connaît mon aversion pour le travail de Soule et même si la période abordée change, je n’ai guère envie de l’explorer avec cet auteur. Après s’être intéressé à la période située entre l’épisode IV et V dans la précédente série, cette fois-ci Soule va développer un peu plus celle située entre l’épisode V et l’épisode VI…mais y-a-t-il grand chose à apprendre ou faire ici ? de mémoire, il se passait très peu de temps dans la chronologie des évènements entre les deux films, si bien que la route au sein de laquelle Soule peut naviguer est assez restreinte. Et il va encore plus vite rencontrer le même problème qu’avec la précédente série, à savoir : peut on faire quelque chose d’intéressant très longtemps quand la destination des personnages est déjà arrêtée. 

J’aurais bien été tenté par contre par la présence de Jesus Saiz au dessin. J’avais beaucoup aimé son Doctor Strange récemment et j’aurais préféré qu’il reste plus longtemps sur le titre. Mais bon, au moins la franchise récupère un talent de 1er ordre. 

Verdict : Check it 

TAROT #1

Prix : $4.99

Scénario : Alan Davis 

Dessin : Paul Renaud 

Sollicitation :  An all-new epic adventure teaming the classic Earth’s Mightiest Heroes with Marvel’s premiere Non-Team by Alan Davis and Paul Renaud ! A strange and impossible lost memory from his days in World War II draws Namor the Sub-Mariner to his one-time compatriot Captain America–but the two heroes and their respective allies find themselves pulled into a labyrinth of pain, destruction and madness courtesy of the Infernal Ichor of Ish’lzog !

Avis : début d’une mini série intéressante cette semaine puisque dessinée par le trop rare Paul Renaud. Honnêtement si je vais jeter un oeil à cette mini étrangement nommée Tarot, ce qui est étonnant pour une intrigue qui va apparemment mettre avant tout en scène des personnages issus d’équipes comme les Avengers, Defenders et Invaders (et je crains que nombre de lecteurs passent à côté parce que le nom ne leur dit rien), ce sera uniquement pour le dessinateur. J’aime beaucoup son travail, d’autant que c’est un artiste complet, c’est aussi malheureusement pour cela qu’il est rare, il fait un peu tout. Sur le fond, cela a l’air d’une petite aventure sympathique, avec des éléments qui me rappellent le Mignolaverse : mystique et nazi + action. 

Verdict : Check it 

THOR #1

Prix : $4.99

Scénario : Donny Cates 

Dessin : Nic Klein 

Sollicitation : The prince is now a king. All Asgard lies before Thor, the God of Thunder. And after many months of war, the Ten Realms are finally at peace. But the skies above the Realm Eternal are never clear for long. The Black Winter is coming. And the God of the Storm will be powerless before it.

Avis : comme vous avez pu le noter dans ce guide, Marvel attaque très fort l’année 2020 et ce dès la première semaine avec notamment plusieurs relaunchs importants, comme nous avons pu le voir avec Star Wars juste au dessus et ici avec Thor…Bon, c’est loin d’être le premier relaunch de Thor, puisque le pauvre Jason Aaron a dû en subir entre 6 et 7 au cours de ses 7 années sur le titre…Mais cette fois, c’est différent. Alors que les précédents marquaient à chaque fois, plus ou moins,  une étape dans la grande saga dépeinte par le scénariste, cette fois c’est un passage de flambeau. En effet, avec ce relaunch, c’est Donny Cates qui reprend la main sur le titre. 

Et comme je l’ai dit lors de la sortie de King Thor #4, il est assez symbolique de voir ce passage de flambeau alors que nous entamons une nouvelle décennie. À l’image de la situation de Marvel mais aussi de DC, où nous voyons peu à peu de nouveaux noms émerger et s’imposer. Il semble clair au vu des premières pages présentées et des premières informations révélées que nous allons voir avec Cates une direction très différente de celle impulsée par Aaron, alors que ce dernier a de nouveau laisser Thor comme roi d’Asgard, donc forcément nous aurons un Thor différent. 

On peut en tout cas s’attendre à du très grand Donny Cates. On sait qu’il rêve de ce boulot depuis longtemps et qu’il s’y prépare depuis un moment. De fait, on peut se demander si à l’image de ce que l’on a pu voir dans Venom, il ne va pas complètement réinventer le personnage…Ce qui serait en accord avec le message laissé par Aaron quand il a quitté le titre, à savoir que le personnage est d’une richesse incroyable et que l’on peut raconter encore bien des histoires différentes sur le personnage. 

Verdict : BUY !

X-MEN #4

Prix : $3.99

Scénario : Jonathan Hickman 

Dessin : Leinil Francis Yu 

Sollicitation : EARTH’S MOST POWERFUL! CYCLOPS STORMS THE SAVAGE LAND! The most powerful heroes of the dominant species on the planet, the X-Men rise to protect the world against any threat. From a new foe in the Savage Land to an old nemesis’ surprising return…

Avis : et enfin un nouvel épisode des X-Men de Hickman ! alors que le reste de la ligne avance à un rythme soutenu, pourquoi faut-il que le titre porte étendard lui soit en retard ! et ce alors que le titre dispose de tout un pool d’artistes justement pour tenir les délais ! et j’imagine bien que Marvel veut que le titre sorte rapidement pour éviter que l’engouement retrouvé autour des mutants ne redescendent trop vite. 

Je vois en tout cas au vu de la sollicitation que le scénariste continue son approche d’une histoire par épisode et personnellement j’apprécie étant donné que tous les autres auteurs de la franchise sont immédiatement partis sur des arcs longs en 5 ou 6 parties…souvent sans que cela soit réellement justifié, à part peut être X-Force mais la série elle avance assez vite avec des histoires vraiment fortes. 

Dans le cas présent, après le Savage Land dans le précédent épisode, on dirait que nous allons avoir droit au retour d’un vieil ennemi alors que le scénariste va se pencher sur l’intégration économique de Krakoa dans le monde. Ou comment Hickman arrive à nous intéresser à un truc pareil ??? avec Apocalypse en costume cravate ??? ai-je déjà dit que c’est pour ce genre de trucs complètement débiles que j’aime les comics !

Mais étant donné que tous les antagonistes mutants des X-Men sont déjà sur Krakoa et en paix avec l’équipe de Xavier, cela ne peut être qu’un non mutant ? nous avons vu dans X-Force que toutes les organisations se sont déjà organisées pour continuer de les persécuter, du coup je me demande qui cela peut être ! ce qui change d’avant où justement on était tellement habité à tout que l’on pouvait tout prédire à l’avance. 

Verdict : Buy

A propos Sam 1978 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

3 Comments

  1. J’ai lu ce X-Men #4. Je l’ai lu de manière exceptionnelle car Steve, lors de sa review, a parlé d’un épisode « presque parfait ». Rien que ça… Alors, si ce pouvait être l’épisode à lire pour me réconcilier avec les X-Men d’Hickman, j’ai voulu tenter le coup. Et…

    Eh bien d’abord, premier souci, d’appréciation celui là, qu’est ce que serait un « épisode des X-Men proche du parfait » ? S’il on me pose la question, il devrait contenir plusieurs critères :
    1- De l’action, car on est dans un titre X-Men, et c’est en plus le titre flagship, celui « où ça se passe ».
    2- De l’aventure, dans le sens où « à la grande époque », un groupe d’X-Men partait à l’aventure, généralement dans un autre pays, autre dimension, univers, ou même près de chez eux, mais il y avait un coté « découverte » d’autres personnages, endroits, et/ou principes de SF.
    3- Un propos politique, pas indispensable, mais pouvant aussi porter un bon épisode des X-Men.

    Alors partant de ces critères :
    De l’action, il y en a peu. (s’il on considère que Cyclops qui dégomme quelques gardes dans des couloirs c’est de l’action, c’est bien mince)
    De l’aventure ? Depuis que nos mutants sont sur Krakoa, la paradigme est inversé : ce ne sont plus les X-Men qui vont découvrir des endroits inconnues de l’homme… C’est eux qui font découvrir à l’homme Krakoa. Ce qui déjà est problématique en soit, mais j’y reviendrai plus bas.
    Un propos politique ? Oui. C’est même l’essentiel de l’épisode qui repose entièrement là dessus.

    Alors, en conséquence, « un épisode des X-Men presque parfait », serait un épisode uniquement centré sur le propos politique ? Je dirais simplement non. Les X-Men, c’est beaucoup de choses, et pour que ça soit « parfait » ou presque, il faudrait plus de facteurs essentiels dans cette épisode.

    Bon, ça, c’est juste le coté appréciation. Mais le vrai problème des X-Men d’Hickman repose surtout sur quelque chose qui m’est apparu évident avec cette lecture : le paradigme inversé.

    Les X-Men sont devenus les antagonistes de leur propre univers, c’est eux qui « dirigent », et plus l’inverse. X-Men est devenu un titre de « méchants »… En soit, ce pourrait être très bon… Mais c’est les X-Men, et les X-Men ne sont pas supposés être ça. (à la limite, un titre secondaire oui, mais LE titre phare, non)
    Comment les prendre en pitié alors que c’est eux la plus grande menace ?
    Comment avoir peur pour eux lorsqu’on voit Apocalypse à leurs cotés ?
    Comment se sentir impliqué alors qu’ Hickman a totalement arrêté d’utiliser des bulles de pensés ? (ou alors, comme c’est souvent le cas des comics actuels, d’avoir recours à un narrateur qui est l’un des protagonistes)

    Car oui, aussi, le fait de ne plus voir « ce qui se passe dans la tête » de Wolverine et des autres fait qu’on peut tout leur faire faire, sans avoir à le justifier. Pire, à lire cet épisode, je me disais que ce pourrait être un animé/une série TV, l’effet serait le même, l’oeuvre identique, car justement la particularité des comics est de montrer la psyché des personnages, ce qui participe à notre implication. Ici, tout est hermétique. Les réactions froides et sans âmes.

    Et puis, oui aussi… Une page pour décrire le MENU ?! Sérieusement ?! …

    • Personnellement je pense que c’est volontaire de la part d’Hickman d’inverser justement le propos sur les X-Men.
      Après des années de « on est au bord de l’extinction », l’auteur montre quelque chose d’inédit : les mutants en situation dominante, dans autre chose qu’une réalité alternative.
      Il faut aussi avouer que cela fait des années que les X-Men tournaient en rond et que justement faire l’opposé de cela est follement rafraîchissant, d’autant plus qu’Hickman va au bout de son propos en montre réellement les implications d’X-Men en tant que nation, cela vaut dire les compromis avec les ennemis d’hier et les discours ambigus vis à vis des humains.

      Comme avec Spider-Man fauché il y a 10 ans sur lequel on avait fait le tour, ici on fait justement quelque chose où les mutants gagnent et construisent quelque chose, plutôt que d’être dans la défaite ou semi défaite permanente. Ensuite, je ne doute pas que Marvel fera du rétropédélage immédiat environ 1 seconde et demi après le départ d’Hickman mais en attendant, on apprécie.

      • Oui, mais ce n’est pas tant sur le scénario que ça me dérange… Comme je disais, à la limite, pourquoi pas. Mais ce qui me dérange c’est le procédé narratif non assumé : les personnages ne « pensent plus », du coup, il est facile de tout écrire/tout justifier.

        Le projet serait bien plus ambitieux si Hickman nous montrait « ce qu’ils ont dans leurs têtes ».

        Là, on suit ça comme un film, avec un regard extérieur, alors que le propre des comics, ce qui en fait une spécificité, c’est d’avoir aussi une vision de « l’intérieur », ce qui permet de se sentir plus impliqué, d’être « avec » les persos.

        Mais tu montres bien pourquoi ça plait : voir les victimes se rebeller, c’est ce que beaucoup de monde voulait voir… Oui, mais la manière employé pour le raconter ne me convient pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.