Unspoken VF : X-Men – X Tinction Agenda

Crédits :

X-MEN - L'INTÉGRALE 1990(II)Scénario : Chris Claremont, Louise Simonson,

Dessin : Jim Lee, Rob Liefeld, Jon Bogdanove, Guand Yap,

Sollicitation : Découvrez l’intégralité du crossover mutant X-Tinction Agenda ! Le cyborg Cameron Hodge lance une attaque contre l’institut Xavier et kidnappe Tornade ainsi que plusieurs Nouveaux Mutants. Mais Cable, Gambit, Forge et leurs alliés vont mener une expédition afin de les secourir.

Date de sortie : 05 Novembre 2014

Éditeur VF : Panini Comics

Collection : Marvel Classic – X-Men l’ Intégrale 1990 (II)

Prix : 29.95€/288 pages

Épisodes:  270-272 ; New Mutants (1983) 95-97 ; X-Factor (1986) 60 à 62

Avis :  pour cette chronique je n’aborderais que le sujet du crossover X-Tinction Agenda et laisserait de côté l’autre crossover présent dans la dernière intégrale X-Men, Days of Future Present ou A la croisée des temps en VF, puisque nous n’en avons que la première partie dans ce tome.

Nous sommes donc en 1990 et Chris Claremont n’en a plus que pour quelques mois sur la franchise qu’il a largement contribué à populariser, mais il ne le sait pas encore. Comme je l’ai souvent dit, sur la fin de son règne, le scénariste clôturait une à une les très très nombreuses intrigues de longue date encore en cours dans la série. Ce qui ne l’empêchait pas d’en lancer de nouvelles bien entendu. Ainsi, l’une des sous intrigues les plus importantes qui se développe dans ses X-Men est le déclin continu de la condition physique de Wolverine. Très clairement, le scénariste pose brique par brique sa fameuse intrigue avortée de la mort de Logan qui aurait du culminer aux alentours du numéro 300, mais ne nous égarons pas.

Avec X-Tinction Agenda, c’est toute la saga autour de Genosha qui atteint son apogée alors qu’une offensive générale est lancée par la nation esclavagiste contre les X-Men et tous leurs alliés. Introduite en 1988 par Claremont dans les épisodes 235 à 238, la nation de Genosha était devenue très vite un des opposants les plus dangereux de l’équipe.

Uncanny X-Men 236

Dans les années qui suivirent, le scénariste fit peu à peu monter la pression autour de cette intrigue. Au début de l’année 90, il fait monter la tension d’un cran alors que des forces de Genosha attaquent l’équipe X-Factor sur le sol américain. Claremont organise leur défaite pour mieux préparer l’acte III de la saga Genoshaénne.

De manière évidente, Claremont aurait pu continuer à gérer la chose seule … et il aurait sans doute mieux valu d’ailleurs. En effet alors que le scénariste essaye de livrer un récit adulte, Louise Simonson semble très occupée à traiter  tant les personnages que l’histoire au premier degré et sans les nuances de son collègue.

Mais ce n’est pas important pour Marvel qui à ce moment  avait déjà compris que la franchise X-Men était en train de devenir leur vache à lait et que lancer crossover sur crossover ne faisait qu’accroître les ventes, tout en augmentant la place et l’importance de la franchise X-Men dans l’univers Marvel…Pourquoi croyez vous qu’aujourd’hui les Avengers connaissent le même phénomène ?

Le crossover riche (ou lourd) de 9 épisodes peut être aisément segmenté en 3 parties et dans chacune, ont voit que seul Claremont s’en sort vraiment bien  :

– Première partie : l’enlèvement, qui recouvre les épisodes Uncanny X-Men 270/New Mutants 95/ X-Factor 60, voit l’enlèvement des X-Men et d’une bonne partie des New Mutants (en pleine « mutation » X-Forcienne) par les forces de Genosha. A l’image du reste du crossover, c’est l’épisode de Uncanny X-Men qui remporte la palme, que ce soit au niveau du scénario que du dessin.

009

C’est à ce moment que l’on voit la  véritable montée en puissance de Jim Lee au dessin. Le dessinateur reste alors plus ou moins sous contrôle de Chris Claremont, mais on sent clairement son désir d’émancipation. Et par là, j’entends de montrer le maximum de jeunes femmes dans des vêtements et postures le plus sexy possible dans le cadre de splash pages continues. Ainsi après une séance en salle des dangers, que voit-on dans le décor derrière  Rhane et Storm ? mais les New Mutants en maillots de bain bien échancrés bien évidemment !!! Si l’on passe sur ces petits détails qui amusent avec le recul du temps, ce qui marque surtout c’est tout de même la densité du scénario de Claremont qui parvient à caser un maximum de choses en 24 pages.

019

On voit là les vertus de l’écriture à l’ancienne, alors que le scénariste fait son possible pour présenter la situation de plus en plus complexe des mutants alors que leur nombre devient incontrôlable et ainsi continuer de rendre le titre abordable et accessible. En quelques pages, il parvient ainsi à organiser les retrouvailles de Storm et Jean, à représenter les relations tendues entre les New Mutants de Cable et les X-Men en pleine reconstruction et enfin l’attaque de Genosha avec force de détails. Ce qui aujourd’hui se ferait en 2 ou 3 épisodes est ici parfaitement présenté en un seul avec une fluidité de lecture assez enviable pour un scénariste souvent jugé comme verbeux.

023

Malheureusement tout de suite après c’est un poil la débandade. Tout d’abord ce qui frappe bien entendu c’est la transition graphique. Passer d’un coup du trait ultra stylisé de Jim Lee à…Rob Liefeld ou encore Jon Bogdanove, fait clairement mal aux rétines. Notamment sur les planches de Bogdanove et son Cable tout simplement immonde…

Une partie des X-Men et des New Mutants se retrouvent donc à Genosha …à poil. Oui c’est un détail important, puisque ça dure tout de même quelques pages et cela devient légèrement dérangeant étant donné que la plupart des personnages étaient alors des mineurs. Y compris Storm…et que Liefeld n’hésite pas à donner des formes à tout ce petit monde…

Là on comprend que le très méchant Hodge est derrière tout ça…et il frappe fort dès le départ, puisque l’évènement qui marque cette première partie est la mort d’un des New Mutants. La pauvre équipe les enchaîne à ce moment puisque ils venaient aussi de perdre Doug Ramsey juste avant…De toute évidence, l’équipe est en pleine transition et Louise Simonson a décidé de la  reformater en se débarrassant des membres qui représentent un peu la période innocente de la petite troupe.

Et la perte de l’innocence est un peu à l’ordre du jour pour l’équipe dans le crossover, notamment le personnage de Rhane qui sera le plus affecté par cette confrontation…Et pendant ce temps là chez X-Factor (avec la voix d’Alain Chabat…)…parlote un peu avant de se rendre sur Genosha et de découvrir qu’un membre perdu des X-Men suite à la période Australienne a trouvé refuge sur Genosha où il est très content …

– Deuxième partie : les renforts, qui recouvre les épisodes d’Uncanny X-Men 271/New Mutants 96/X-Factor 61, cette partie débute par l’arrivée de la petite troupe de Wolverine, composée de Psylocke et Jubilee, sur Genosha. Une arrivée qui va vite être repérée…Cette partie compte quelques passages très intéressants…encore une fois plutôt situés dans l’épisode d’Uncanny X-Men, de nouveau particulièrement dense dans lequel Claremont et Lee  réussissent à la fois à nous livrer plusieurs séquences d’action bien menées contre les Magistrats de l’île, à rappeler aux lecteurs le déclin de Wolverine qui se poursuit de manière évidente, mais aussi à souligner qu’en dehors de Hodge les ennemis des X-Men sont loin d’être tous des benêts sadiques sans âme.

076

Je pense notamment à la rencontre entre Storm et le docteur Moreau que j’ai beaucoup apprécié. Alors que l’on devrait haïr l’ingénieur génétique Moreau pour ses actions contre les mutants, puisqu’il est le principal responsable de leur situation d’esclaves sur l’île, Claremont préfère nous en livrer un portrait bien plus nuancé. De toute évidence, l’homme comprend les souffrances qu’il cause aux mutants, mais est animé non pas par un désir sadique de lesavilir, mais plutôt par patriotisme. Il aime sa nation et cela motive toutes ses actions. A ce titre la séquence entre les deux personnages est vraiment fascinante, puisque Claremont crée un pont entre les deux personnages. Bien qu’opposés, ils sont liés par leur engagement pour leur cause respective et leur dévouement sans faille.

085

Si Claremont n’est pas avare d’ennemis des X-Men qui les haïssent, parce qu’il les haïssent et puis c’est tout. On sent aussi qu’il souhaite de manière régulière leur opposer des adversaires plus profonds, plus contrastés. A l’image d’un Magneto dont on comprend les motivations mais dont on ne peut cautionner les actions. Claremont joue vraiment bien sur l’ambiguïté qui peut exister entre compréhension et acceptation. En comparaison, Hodge apparaît plus comme un bouffon à qui on n’a envie de demander en permanence « mais pourquoi est-il aussi méchant » en s’attendant à ce qu’il réponde « parce quuuuueeeeeee !!! ».

En outre on notera aussi dans cette partie la réunion très chaude entre Jean Grey et un Wolverine, qui laisse peu de place pour une quelconque ambiguïté quant à leurs sentiments respectifs…Encore une fois, on se dit que Claremont aurait sans aucun doute mieux géré la chose. Visuellement, les parties New Mutants et X-Factor continuent à nous faire saigner des yeux …

129

– Troisième partie : la contre-offensive, et nous arrivons enfin à la conclusion ! Que ceux que cette longue chronique auraient épuisé se rassurent, cette dernière partie sera la plus courte car le dernier acte de X-Tinction Agenda est aussi le plus creux du lot. Quelqu’un de positif dirait que l’intrigue atteint son paroxysme…moi je dis que ça tourne à la baston à toutes les pages…Comme un vieux disque rayé, Claremont et Lee s’en sortent le mieux.

144

Le bon vieux scénariste peut nous ressortir une scène de procès qui nous en rappelle un autre … avant de livrer les X-Men, qui sont pratiquement tous tombés, entre les mains de Hodge qui va pouvoir les torturer à satiété. Pour cela il commence …par se faire s’affronter un Archangel qui ne maitrise plus ses ailes et un Logan pratiquement mourant…A part cette petite séquence « tu aimes les films de gladiator ? « , le scénariste peut enfin sortir son twist concernant Storm que l’on voyait venir depuis le début.

En intro, je vous disais que Claremont résolvait pas mal de ses intrigues sur les X-Men en cette fin de décennie et on sent qu’avec Storm, il est arrivé avec ces épisodes au bout d’un certain cycle…Je ne vous révélerais ensuite qu’une chose sur les autres épisodes, c’est que bien entendu le vilain gagne, que tous les mutants meurent et que c’était le dernier crossover des X-Men. Voilà c’était sympa, à plus !!!

Hein, c’est pas comme cela que ça se termine ? mmm, ah oui, en effet. Il y a des gens qui survivent…Au final que penser de ce crossover ? Ce qui frappe en premier lieu, c’est le manque presque total de conséquences pour l’équipe X-Factor. Ce qui est vraiment étonnant, car Hodge était plus un ennemi de cette équipe à la base et que le vilain avait un compte personnel à régler avec Archangel. Mais à part les traumatismes habituels, l’équipe s’en tire à bon compte…

On ne ne peut pas en dire autant des New Mutants qui est sans doute l’équipe la plus impactée. Un mort, un membre qui préfère quitter l’équipe et qui est profondément transformée…ça fait beaucoup. L’autre blessure c’est bien entendu celle portée à l’orgueil de Cable. Le soldat ultime fut remarquablement inefficace durant ce crossover. En fait si, il a été bon à un truc, servir de punching bull, de cible pour se faire empaler et bien entendu être partout sauf avec ses New Mutants…ça il était très bon.

Quant aux X-Men de Claremont, ils ont retrouvé l’un des leurs perdus après la bataille du seuil du péril. Ils ont en apparence neutralisé une de leurs principales menaces et un début de réunification débute. Le scénariste se montre clairement supérieur dans tous les domaines. Alors que sa collègue nous livre des épisodes essentiellement centrés sur de la baston et un ennemi plus ridicule qu’effrayant, Claremont aura tenté, pas toujours avec succès, de garder la métaphore raciale propre à l’intrigue Genosha au centre de son récit.

Verdict : Pas si mal au fond. Il aurait sans doute fallu faire plus court…On ne peut s’empêcher de se rappeler que la première saga sur Genosha entièrement écrite par Claremont était développée en l’espace d’à peine 4 épisodes.

Note : 7/10 – pour Claremont et Lee. les autres font clairement tâche.

Nb : j’en profite pour vous annoncer la vraie raison pour laquelle j’ai choisi de faire ce Unspoken sur ce crossover. En principe et sauf problème majeur : lors du prochain Comixity, la bibliothèque sera consacrée aux crossovers X-Men. En effet entre la réédtion de ce mois-ci de X-Tinction Agenda, Necrosha, Schism et la fin de Trial Of Jean Grey…c’était un peu le thème obligé.

Pour vous aider à réviser et que vous ayez une autre opinion que la mienne, je vous conseille d’aller voir les différentes chroniques de Bruce sur Bruce Lit :

son avis sur X-Tinction Agenda justement.

X-Cutionner’s Song

Second Coming ou le retour du messie

Tolerance Zero, qui fut personnellement mon tout premier crossover X-Men et la première fois c’est toujours spécial…

De mon côté j’en ai traité certains comme :

– Schism : épisode 1, épisode 2, épisode  3, épisode  4,

Messiah complex

A propos Sam 1977 Articles
Ce fan de Morrison donne ses conseils dans des guides de lectures

9 Comments

  1. Bravo ! J’aurais ps fait mieux ! J’ai beaucoup aimé ton analyse sur la subtilité de l’approche de Moreau et les ponts crées entre Storm et lui. Un peu comme le fit Lobdell entre Xavier et le sénateur Kelly pour Fatal Attractions.
    Merci pour le clin d’oeil .

  2. Merci pour cette analyse passionante, tu me donnes presque envie de me mettre aux Intégrales avec cette année-là vu que je suis toujours bloqué au troisième Essential de la période Claremont (Dieu si tu es là, rallonge les journées de quelques heures s’il-te-plait qu’on puisse lire 5% de ce qu’il nous intéresse).

    Est-ce dans cette saga qu’il y a un sous-entendu de viol subit par Malicia ?

    • Le passage que tu évoques Marti, se déroule lors de la première saga Genosha, dans l’épisode 236/237 et effectivement cela est sous entendu mais jamais clairement dit. Claremont et Silvestri montrent bien qu’elle a été abusée physiquement mais il n’est jamais précisé si elle a été simplement tabassé ou bien violer. Mais étant donné qu’elle était nue,sans pouvoirs et à merci de soldats et que ce qu’elle a traversé a entrainé l’effondrement de sa psychée, on peut penser que la seconde hypothèse est malheureusement la bonne.

      Le problème ici est que je pense que Claremont avait un plan sur le long terme sur le sujet qu’il n’a jamais eu le temps de concrétiser. Si vous vous en souvenez, suite à ce qu’elle subit, la psychée de Carol Danvers prend le contrôle du corps de Rogue. Dans les épisodes qui suivent INferno survient, puis Rogue disparaît dans un combat contre le moule initial. A ce moment Danvers est toujours la personnalité dominante.

      Rogue ne revient que dans le courant de l’année 90, sans plus d’explication…et elle finit par se retrouver dans le Savage Lang avec Magneto et séparée de la personnalité de Danvers. Comme vous l’avez vu il y a plus de 35 épisodes entre le viol supposé de Rogue et sa réapparition véritable.

      Je pense que Claremont souhaitait reprendre cette intrigue à un moment, mais peu après il a du quitter la franchise X-men et elle est tombée dans les limbes, si bien qu’elle n’a plus jamais été évoqué par la suite. Je me souviens d’ailleurs que j’avais assez choqué en lisant ces épisodes la première fois car je n’en avais jamais entendu parler.

    • La force de Claremont je trouve est de ne pas faire d’aborder ce genre de sujet de manière sérieuse et subtile, bien loin de tout sensationnalisme, et de surcroît dans une publication à destination d’n public qui ne s’attend pas à lire ce genre de choses. Et rien que pour ça, je pardonne à Claremont ses pires travers de ces dernières années (même le Néo ? Quand même pas… :p).

    • La première de la longue série des « j’ai plus mes pouvoirs/je maîtrise mes pouvoirs… ah ben en fait non ».

      • Non je vous rassure tous les deux, rien de cela. En fait il faut se souvenir que l’une des forces de Genosha est leur technologie très avancée, notamment dans le contrôle des mutants. Chose logique puisque toute leur économie était basée sur l’exploitation et l’asservissement des mutants.

        L’un des aspects de cette technologie était la possibilité de supprimer les pouvoirs mutants à volonté. C’est ce qui arrive à Wolverine et Rogue dans ce premier arc sur Genosha. Ils sont capturés en premier lieu et c’est quand ils tentent une première fois de s’évader que leurs pouvoirs sont supprimés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.